Retour à l’accueil > Auteurs > AUTIN-GRENIER, Pierre > « C’est tous les jours comme ça »

Pierre Autin-Grenier

« C’est tous les jours comme ça »

Lectures de Georges Cathalo et Michel Baglin

Face aux situations les plus étranges, réelles ou imaginaires, l’écriture devient pour Pierre Autin-Grenier un couteau suisse ouvrant des contre-feux.

Quel plaisir que de vagabonder parmi ces 47 récits où se croisent les thèmes majeurs de Pierre Autin-Grenier : la révolte, l’humour, les bistrots, l’amitié…
Tous ces viatiques permettent d’avancer dans « le vaste remue-ménage du monde » alors que tout se résume souvent à la « banalité du quotidien et à la platitude d’une existence à mourir ». Face aux situations les plus étranges, réelles ou imaginaires, l’écriture devient pour l’auteur un couteau suisse ouvrant des contre-feux. On y retrouve des personnages (l’ami Martin, l’épouse du poète, la couturière du 2° étage, …) et l’on y découvre des objets rares comme ce « minuscule brandicule en fer-blanc ciselé » ou « un trancheflic des années soixante-huit ».
Ah ! 68 ! Nous en sommes bien loin, « en ces temps policiers » avec « les rodomontades des fiers-à-bras du gouvernement ». Chacun semble frappé d’impuissance : « Que faire face à cette politique de pression et de chantage dont nous faisons les frais ? » et qui ne cherche qu’à maintenir la population dans la peur.
Et puis, nouveauté chez PAG, une lucarne d’espoir, minuscule certes, mais bien réelle : « Tout n’est pas perdu, je me dis » puisqu’après l’interrogation (« Allons-nous enfin nous réveiller et passer à l’action ? »), s’affirme le constat figurant dans Musique, le dernier récit du livre : « C’est le combat et la légèreté vers la lumière qui continue ».

Georges Cathalo




la révolte sous la pirouette

C’est bien Autin-Grenier, le poète et le styliste de la forme brève, qui nous revient avec ce recueil de récits publié par l’éditeur bordelais Finitude. Le drapeau noir flotte sur le petit monde que constitue l’immeuble d’Anthelme Bonnard, qui nous raconte moult péripéties et anecdotes, avec souvent une colère rentrée et toujours beaucoup d’extravagance et de fantaisie dans sa chronique du quotidien naufragé. Car si Autin-Grenier s’autorise toutes les fantaisies, si l’on continue à croiser dans ses pages des montreurs de dentelles et autres petits vendeurs d’orgasmes au porte-à-porte, si l’on s’y penche sur le yo-yo du cours du concombre au palais Brongniard, ses inventions les plus farfelues en somme sont la belle politesse qu’il emploie pour faire passer ce foutu monde – presque déjà le nôtre – qu’il dépeint. Un monde où l’on est abruti par l’hymne au travail et les interdits, un monde où la sous-secrétaire d’Etat en charge des activités culturelles et de loisirs déclare vouloir « aller buter les déviants jusque dans les chiottes »…
Voilà de l’Autin-Grenier de la meilleure veine. Qui dit des choses graves en se jouant, distille la révolte sous la pirouette. Qui sait illustrer un constat (« Misère des temps que d’ingurgiter sans méfiance toutes ces petites saletés à la mode dont les gros margoulins de la publicité nous font l’article toute la sainte journée ») en l’incarnant dans le cas de Lucette qu’on opère : « Prévert lui-même n’en reviendrait pas de ce qu’on a pu trouver là-dedans ! Des civelles, des grondins gris, une moitié de murènes, des raies bouclées ; en pagaille d’autres poissons morts et mal digérés, une forte concentration de mercure en supplément… » j’en passe et des meilleurs, dont un crabe, évidemment.
Voilà le style du bonhomme. Mais bien sûr, un livre d’Autin-Grenier ne se raconte pas, il faut aller s’y perdre et s’y retrouver. Avec, quand même, la note musicale de l’espoir qui chante à la fin : « c’est le combat vers la légèreté et la lumière qui continue ». .. Peut-être le drapeau noir qui claque dans le vent ?

Michel Baglin



Lire aussi :

PAG : Un nouvelliste et un conteur

L’hommage de François de Cornière

« C’est tous les jours comme ça »

« Histoires secrètes » et « Les Radis bleus »

Au comptoir de la « Friterie-bar Brunetti »

« Chroniques des faits »



dimanche 2 mai 2010

Remonter en haut de la page

Pierre Autin-Grenier
« C’est tous les jours comme ça »
Finitude éd., 2010
(160 pages, 15 euros)

(Finitude – 14 cours Marc-Nouaix – 33000 Bordeaux)




Pierre Autin-Grenier

Pierre Autin-Grenier est né à Lyon à le 4 avril 1948. Il partage son temps entre sa ville natale et Carpentras. Auteur de textes souvent inclassables, entre poèmes en proses et nouvelles, il est devenu un des maîtres de la forme brève.



Sa bibliographie

Histoires secrètes, Laurence-Olivier Four, 1982. Réédition chez La Dragonne en 2000.
Jours anciens, L’Arbre, 1986.
L’Ange au gilet rouge, Syros, 1990. Réédition aux éditions Gallimard en 2007.
Les Radis bleus, Le Dé bleu, 1991. Réédition aux éditions Gallimard en 2005.
Chroniques des faits, L’Arbre, 1992.
Impressions de Lozère : La Margeride, Les Presses du Languedoc, 1992.
Je ne suis pas un héros, Gallimard, L’Arpenteur, 1993. Réédition Folio en 2002.
Légende de Zakhor, L’Arbre à paroles, 1996.
Toute une vie bien ratée, Gallimard, L’Arpenteur, 1997. Réédition Folio en 1999.
13, quai de la Pécheresse 69000 Lyon, Éditions du Ricochet, 1999.
L’Éternité est inutile, Gallimard, L’Arpenteur, 2002.
Le Poète pisse dans son violon, Les Carnets du dessert de lune, Dessert, 2004.
Friterie-bar Brunetti, Gallimard L’Arpenteur, 2005.
Là-haut, illustrations de Ronan Banot, Éditions du chemin de fer, 2005.
Un cri, Cadex, 2006.
C’est tous les jours comme ça, Finitude éd., 2010



A propos
de georges Cathalo



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0