Retour à l’accueil > Revues & sites > Revues > « Chiendents », nouvelles et poésie

Une nouvelle revue

« Chiendents », nouvelles et poésie

Les Éditions du Petit Véhicule, animées par Luc Vidal, Yves Moulet Pierrick Hamelin, Thierry Picquet, Marc Bozec, font, depuis quelques lustres, la part belle à la poésie, aux romans, aux autobiographies et aux essais. Elles développent aussi une politique de revues : Cahiers d’études Léo Ferré, Cahiers Jules Paressant, revue Incognita, revue Signes…. La dernière vient de naître sous le nom de « Chiendents ».

Alors que les revues ont tendance à disparaître les unes après les autres, le fait est devenu assez rare pour qu’on s’en réjouisse : une nouvelle revue « papier » vient de naître. Sous une élégante couverture noire, la nouvelle venue dans le paysage littéraire s’intitule « Chiendents » , elle est lancée par les éditions du Petit Véhicule qui, outre de beaux livres, publient déjà les « Cahiers Cadou et de l’École de Rochefort » , les « Cahiers d’études Léo Ferré ». , la revue Signes
Luc Vidal, créateur et animateur des éditions, précise dans son édito : « Les dictionnaires définissent le chiendent comme une mauvaise herbe des cultures et des pelouses. Mais appliqué au champ littéraire il est fertile, nécessaire et indispensable. Pourquoi ? La culture institutionnelle depuis trente années a une tendance plus que naturelle à laminer tout ce qui n’est pas elle. Dame nature offre au chiendent pourtant la possibilité d’être utile. En Bretagne, du côté de Plurien et d’Erquy, avec les oyats, le chiendent consolide les dunes. Ce cahier sera la dune et le sable d’une vraie liberté du mot, de sa chanson et de sa couleur. »

Trois nouvelles

La revue se veut modeste avec une quarantaine de pages et un prix riquiqui de 3 euros (+ 2 euros de port). Mais la modestie est souvent gage de qualité et tel est bien le cas ici.
Le numéro 1 propose trois nouvelles. Celle d’Yves Hughes met en scène deux clowns tristes, dans une histoire où le pathétique tient au non-dit. Louise de Ravinel tente de « recoller les morceaux » du moi-éclaté dans une ressouvenance autobiographique. Roger Wallet raconte la rencontre d’un vieux tailleur de pierre et d’un jeune paumé qui ne demande qu’à trouver du sens à une vie mal partie.
Un poème aussi, « No passarán » de Desnos évoquant le lutte des républicains espagnols. « Que nous dédions à tous ceux et celles qui luttent pour la liberté et la démocratie, en particulier à ceux et celles de Tunisie, d’Egypte, de Libye et de Syrie », précise Luc Vidal. Quelques notes de lectures complètent cette livraison de bon augure.

Michel Baglin

« Chiendents, cahiers d’art et de littératures » n’aura que des abonnements rétroactifs.
Ce cahier n°1 est disponible par correspondance pour le prix de 3 euros + 2 euros de port soit 5 euros.

Éditions du Petit Véhicule.
20 rue du Coudray. 44300 NANTES.
Tél : 02 40 52 14 94

samedi 8 octobre 2011, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page
-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0