Retour à l’accueil > Auteurs > MOMEUX, Robert > « Des secrets connus de tous »

Robert Momeux

« Des secrets connus de tous »

Poète trop discret, Robert Momeux qui avait publié une quinzaine de plaquettes de 1968 à 1994, s’est tu pendant une longue période. Ces dernières années cependant, des recueils à nouveau nous ont fait entendre sa voix. Ce fut notamment le cas avec « Des secrets connus de tous » publié par Henri Heurtebise à l’enseigne de Multiples et récemment avec « A Tout jamais » (éditions du Soleil Natal), recueil posthume puisque Robert Momeux nous a quittés le 26 août 2010.

JPEG - 56.1 ko
Robert Momeux photographié par Jacmo

Je me souviens avoir découvert et aussitôt aimé les poèmes de Robert Momeux dans les années soixante-dix, « Corps francs » notamment, publié par Michel-François Lavaur à l’enseigne de sa revue Traces.
Puis ce fut une période de long silence, d’au moins dix ans, et cette belle voix de la poésie contemporaine, simple et fraîche, se fit à nouveau entendre. Henri Heurtebise lui a consacré une partie de sa revue Multiples (n°69) en 2006. Il avait auparavant publié dans sa collection Fondamente « On a beau dire », et le voici qui a récidivé, dans la même collection, avec « Des secrets connus de tous ».
Légèreté de ritournelle parfois, et gravité terrienne souvent, se mêlent aux évocations des bêtes et des hommes chez cet ami de Béalu, de Rousselot, de Follain et de Boujut, qui fut dans les années soixante le co-fondateur de la revue Le Puits de l’Hermite avec Jean Chatard, Jean-Pierre Lesieur et Michel Héroult.
On y rencontre, dans des vers généralement assez brefs et dépouillés, les lentes métamorphoses des paysages et des jours, les déchirures intimes et ce passé qui remue toujours un peu dans les mots et dans les feuilles (« Celui qui renie son passé / il a grand chance de se perdre » prétend Momeux), sans oublier une mélancolie discrète qui s’insinue ici et là, dans les fins de poème surtout, comme un envers du décor et un écho du temps qui passe, mystérieusement, effroyablement.
Si Momeux n’évoque jamais que ces arrière-pays connus de tous, ils n’en sont pas moins « secrets », entendez : intimes. Car c’est la force de cette poésie que de nous confier nos propres secrets et de nous rappeler nos quatre vérités de vivants qui tressaillent et s’émerveillent.

Michel Baglin


Lire aussi :

« A tout jamais »

mercredi 28 janvier 2009, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page
Robert Momeux
« Des secrets connus de tous »

Multiples. (9, chemin du Lançon. 31410 Longages.)
80 pages, 12 euros.

BIBLIOGRAPHIE

Les Moyens du Bord, éd. Traces, 1968.
Corps Francs, éd. Traces, 1969.
Les Moineaux, rue Racine, Hors commerce, 1969.
Proses pour Bételgeuse, Nouveaux cahiers de Jeunesse, 1969.
Poème pour la Fin des Temps, Hors commerce, 1970.
Limpide, éd. Traces, 1971.
Jamais de la Vie, éd. Verticales 12, 1971.
L’envers de l’Ombre, éd. Chambelland, 1972.
Portraits et Portrait, éd. Traces, 1974.
Le Droit d’Asile, éd. Vers les Bouvents, 1974.
Eve enfin, éd. Voûte Romane, 1974.
Solaire en Bonnieux, Cahiers Viviers du Vent (en collaboration
avec Jean Laroche), 1975.
Ecussons et Vignettes, Hors commerce, 1988.
Faute de mieux, éd. La Bartavelle, 1989.
On a beau dire, Collection Fondamente, 1991.
Les Portes, les Portes, Tiré à part éd. La nouvelle Tour de feu, 1992.
Antimagie, Hors commerce, 1994.
Terre à Terre, éd. Sac à mots, 2006.
Au Point du Jour, éd. Gros Textes, 2006
Des secrets connus de tous éd. Fondamente, 2008
Lanterne sourde éd. Potentilles, 2008
A tout jamais éd. Soleil Natal, 2011

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0