Retour à l’accueil > Revues & sites > Sites et blogs > Errances dans la blogosphère poétique (2° étape)

Sites et blogs

Errances dans la blogosphère poétique (2° étape)

Et si, comme après la 20° présentation, on se faisait une petite pause ? Juste pour faire le point, se poser un instant, tenter d’y voir plus clair et d’analyser la situation…

Piqûre de rappel : les sites et blogs que je souhaite faire découvrir sont ceux où les créateurs s’ouvrent aux autres et ne demeurent pas cantonnés dans le petit monde étriqué de la « poésie-poésie » ou dans celui de leurs seules activités personnelles.

Quelques critères de rejet : nombrilisme, pauvreté du contenu, mégalomanie, difficultés de circulation, manque d’ouverture,…

En fin de compte, il existe assez peu de sites menés par des collectifs. On retrouve ici la dominante de l’expression poétique sur papier à savoir que, le plus souvent, il n’y a qu’un capitaine à la barre.

But recherché par cette chronique : faire aimer la poésie vivante dans sa diversité, faire découvrir de nouveaux paysages poétiques, s’enrichir de différences clairement exprimées,…

Sainte horreur des blogs de gallinacées où ça caquète de partout, de commentaire en commentaire… Et vas-y que ça se congratule et que ça s’auto-encense à grands coups de phrases incompréhensibles et de termes « jeunistes ».

Le pari sera de ne pas décevoir les curieux qui viendront vagabonder dans les parages de Texture.

Mystère à éclaircir : sur internet, le pourcentage de femmes responsables de sites et de blogs est bien plus important que dans le secteur papier.

Quelques pionniers ont débroussaillé le terrain, essuyé les plâtres et leur travail force le respect. Citons-en deux qui ont un rapport plus ou moins direct avec la poésie : Isabelle Aveline dès 1995 avec « zazieweb » et François Bon dès 1996 avec « remue-net ».

En pleine période exploratoire, je ne note rien : tout se fait à l’impression subjective, de lien en lien, de retour en abandon,… Puis l’écrémage se fait tout seul.

Les blogs personnels prolifèrent à la vitesse grand V, s’interrompent un moment, reprennent vie, s’arrêtent, redémarrent,… Après le virtuel aléatoire, voici l’irrationnel absolu.

Après l’époque des découvreurs méritants, voici venir celle des blablateurs jacassants.

Un rapide pointage des 40 sites ou blogs présentés donne le résultat suivant : 12 généralistes, 10 éditeurs, 9 poètes, 6 maisons et 3 revues. Et même si ce « classement » est poreux, on peut dire que cela reflète à peu près les différents secteurs qui occupent le terrain de la poésie contemporaine.

Pourrai-je toujours trouver des sites intéressants ou des blogs originaux ? Le filon risque un jour de s’épuiser, surtout en raison des contraintes et des exigences que je m’impose.

Que les non-retenus ou les exclus se rassurent : je n’en publie pas ni la liste ni les raisons pour lesquelles je ne les retiens pas.

Tenir le rythme d’une présentation par semaine me semblait au départ un pari difficile à tenir et puis non, ça roule encore. Peut-être aussi parce que je m’en tiens à une approche générale pour attiser la curiosité du lecteur. Cela pourrait se lire comme une invitation au voyage ou comme une incitation à la découverte. Pourquoi pas ?


Georges Cathalo-décembre 2009


mercredi 6 janvier 2010, par Georges Cathalo

Remonter en haut de la page

Georges Cathalo

Georges Cathalo a fait paraître plus d’une vingtaine de plaquettes depuis « Salves » , prix Voronca 1979. Une partie de son œuvre avait fait l’objet d’une publication à Texture en 1989, « Lignes de Charge » . Depuis, Georges Cathalo a fait éditer bien des poèmes, notamment à Encres vives, avec pour derniers titres, « A l’envers des nuages » et « L’Echappée ».
Lire des critiques ici.

Mais Georges Cathalo est aussi un critique littéraire qui donne de nombreux articles et des chroniques à diverses revues. Il est enfin l’auteur de recueils et de compilations de formes brèves, qu’il affectionne particulièrement (comme ses « Brèves d’ovalie » par exemple).
Voici donc l’occasion de revisiter l’œuvre d’un ami - et de brosser le portrait d’un fidèle complice au temps de la revue Texture.
A lire le portrait d’un poète du quotidien en cliquant ici.

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0