Retour à l’accueil > Humeurs > Et vive le blasphème !

Non à l’ordre moral (1)

Et vive le blasphème !

« Nous ne les empêchons pas de croire, ils ne nous empêcheront pas de penser ! » : j’ai plaisir à reprendre cette phrase de Jean-Michel Ribes à propos des chrétiens intégristes tentant de faire interdire la programmation de la pièce « Golgota Picnic » par le théâtre du Rond-Point qu’il dirige à Paris. Ces dévots-là, quoique plus pacifistes, ne peuvent que faire songer aux sombres crétins qui ont incendié il y a peu les locaux de Charlie-Hebdo sous prétexte que le journal avait brocardé leur idolâtrie. Ajoutons les cris d’orfraie des grandes âmes qui s’émeuvent du blasphème ! Comme si c’était un crime ! Comme si les religions étaient a priori et par nature respectables !

La vulgarité de notre société en pleine régression sociale, intellectuelle et culturelle me laisse parfois l’impression d’être revenu avant 1968, quand la peur du corps, du sexe, de la femme, de l’autre, etc. alimentait les fantasmes de la réaction et les perversions religieuses. Tout cela pue l’ordre moral, qui rêve toujours de persécuter les libres-penseurs et prépare le terrain d’un retour de l’obscurantisme et des fascismes, fût-ce même parfois sous les oripeaux de la bien-pensance.
Tout cela me conduit à l’échauffement de la bile et à reprendre du coup une plume un peu plus militante et combative, comme dans le poème suivant.

Si dieu existait


« Si dieu existait, il faudrait s’en débarrasser. »
Michel Bakounine


Je suis sans haine mais pas sans colères
et si mon poème rarement montre les dents,
des envies de blasphèmes me viennent
quand l’arrogance d’une foi menace du bâillon
les infidèles, les athées, les libertaires,
et promet l’ordre moral aux libertins,
aux affranchis dénonçant l’imposture d’un pêché de chair,
la lapidation de la femme adultère,
la beauté qu’on enferme dans l’insulte d’une burqa.
Ces misérables qui avilissent l’amour et la vie,
je m’attriste qu’ils ne puissent deviner
que si leur dieu jaloux n’est pas un voyeur,
il regarde dans les cœurs, pas dans les lits !

Pour un oui, pour un non, une caricature,
une image non conforme à leur orthodoxie,
les voilà en émois, rameutant le troupeau,
en appelant à la censure, au meurtre, à la croisade ;
ils crient au sacrilège et feignent d’ignorer
que le sacré des uns n’est pas celui des autres,
qu’on est pour son voisin toujours un peu dans l’hérésie.
Car ces inféodés, ces dévots qui s’indignent du blasphème
semblent incapables de comprendre jamais
que le respect humain est dû à la personne,
pas à ses crédos, ses opinions, ses utopies.

Bien sûr, je connais des croyants convaincus
que sans la liberté de conscience
aucune adhésion jamais ne vaudrait rien.
Qui connaissent le doute et parfois même
les tempêtes sous un crâne, et n’ont cure
des pauvres crédulités nées du clapot des cerveaux.
Déchirés entre la louange et le refus,
ceux-là dont le souci d’autrui oriente la prière,
qui voudraient rédimer le monde
en misant seulement sur la ferveur et la bonté,
sont à mes yeux le seul argument en faveur du divin.
Mais je vois trop que leur « créateur » est à l’image fraternelle
du meilleur de leur humanité
pour ne pas penser qu’ils l’ont inventé !

Pour ma part je le confesse,
depuis longtemps la messe est dite, le discrédit
jeté sur ces relents de religions, ces allégeances
à la lâcheté superstitieuse, aux peurs qui nous accablent
de la mort, du vide et de l’insignifiance.
Je n’ai pas le goût des soumissions,
des prosternations ni des genoux à terre.
La dignité de mes héros intimes
est d’être filles et fils de Prométhée,
d’avoir volé le feu au ciel et de lui montrer parfois le poing.
Et je me plais à croire que si un dieu existait
qui valût quelque considération,
il serait de toute éternité du côté des esprits critiques,
des rebelles, des insoumis,
des mécréants.

Michel Baglin

Lire aussi :

Blasphème et libre pensée

Non à l’ordre moral (3) : Laïcité, tolérance, athéisme

vendredi 9 décembre 2011, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page

__degrade.png__

Voltaire


« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

« Si Dieu nous a faits à son image, nous le lui avons bien rendu. »

« Quiconque s’agenouille devant Dieu se façonne à se prosterner devant un roi. »

Joseph Joubert

« Athéisme.
L’homme debout »,

Je veux ici signaler un site, « Athéisme. L’homme debout », pour sa qualité.
Il s’adresse, prétend-il, « aux athées, aux agnostiques, aux libres-penseurs, aux défenseurs de la laïcité, aux rationalistes, aux matérialistes, aux incroyants, aux sceptiques, aux sans-Dieu, aux "sans-religion", aux anticléricaux, aux apostats, aux excommuniés, aux anathématisés, aux infidèles, aux renégats, aux hérétiques, aux damnés de la terre, aux défroqués, aux mécréants, aux "croasseurs", aux compisseurs de bénitier, aux impies, aux blasphémateurs, aux femmes lapidées, aux "chairs à bûcher"... », mais n’a aucunement l’intention d’agresser quiconque, les attaques ou les traits d’humour ne s’adressant ici qu’à l’objet de la croyance, jamais aux croyants en tant qu’individus.
« Nous respectons la liberté pour chacun de croire aux esprits des ancêtres, à Dieu, au Père Noël, à la licorne bleue, à la vie éternelle ou à d’autres phénomènes, selon l’environnement culturel, si cela peut aider à mieux vivre la courte existence humaine », y lit-on. « Mais les croyances et les doctrines religieuses deviennent dangereuses si elles menacent la liberté et l’intégrité de l’individu ou de la société. C’est la raison pour laquelle les athées sont extrêmement vigilants quant au pouvoir (de nuisance) dit "temporel" des grandes religions et des sectes et en combattent les abus de toutes leurs forces. »

« Les blasphèmes qui montent en multitude de la terre ne sont pas lancés contre Dieu vrai, contre Dieu Amour. Ils sont lancés à la face des faux dieux, façonnés par les égoïsmes, les hypocrisies, les intérêts politiques. Le seul blasphème, c’est le blasphème contre l’amour. »

(Abbé Pierre. « Mémoires d’un croyant » . 1997)

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0