Retour à l’accueil > Auteurs > CAPPELLI Gaetano > « Irrésistible ascension du vin Aglianico à travers le monde »

Gaetano Cappelli

« Irrésistible ascension du vin Aglianico à travers le monde »

Comment essayer de devenir riche et célèbre, sans y parvenir toutefois

Gaetano Cappelli est né en 1954 à Potenza. Il est l’auteur d’essais sur le rock et de plusieurs romans. Il a reçu des nombreux prix littéraires, parmi lesquels le Prix International John Fante. Son dernier roman « Irrésistible ascension du vin Aglianico à travers le monde », vient de paraître chez Métailié, traduit de l’italien par Catherine Siné. Max Alhau l’a lu et en parle.

Voilà un roman qui par la truculence des personnages, par son style foisonnant prend place dans un univers rabelaisien puisque l’enjeu en est la promotion du vin dans une région d’Italie.
Au départ, un intellectuel, Riccardo Fusco, qui aspire à la consécration universitaire mais n’est jamais parvenu à publier sa thèse : « Tout sur les oies. Empreinte anthropologique dans un contexte paysan », vit aux crochets de son épouse, Eleonora, qui s’est entichée de théâtre et le trompe allègrement avec quelques jeunes comédiens. Accablé par tant d’infortunes, Riccardo est amené à côtoyer deux de ses anciens amis afin de conquérir gloire et richesse.

Portraits truculents

C’est d’abord Giacinto Cendre, un peintre bohème dont les tableaux n’attirent plus personne. Pourtant un sauveur est apparu qui a nom Graziantonio Dell’Arco, un ancien condisciple de lycée, surnommé Simplet. Dès lors est brossé avec une ironie corrosive le portrait de ce personnage, fils d’un paysan rusé et malhonnête qui a fait fortune dans l’industrie de la limonade. Dell’Arco est le type même du parvenu qui, après des velléités philosophiques et quelques méfaits de taille, s’est tourné vers le commerce du vin, l’Aglianico. La richesse de Dell’Arco éclate de tous côtés et il a engagé Giacinto Cendre pour peindre des fresques dans sa villa.
On peut goûter la savoureuse peinture que fait Gaeteno Cappelli de celui qui est resté un parfait imbécile mais a su s’introduire dans la société huppée italienne. Il promet à son ancien ami Riccardo de lui assurer gloire et fortune en l’associant à son aventure œnologique.
D’autres portraits tout aussi truculents apparaissent au long de ce roman qui ne se contente pas d’une intrigue linéaire mais, par rebonds, fait surgir des personnages pittoresques, non seulement le père de Dell’Arco, mais encore ce syndicaliste, Carmine Addario, rival du père Dell’Arco, un pauvre hère qui, pour fuir la guerre et le fascisme, s’est réfugié en Russie où après diverses tribulations, il est devenu l’ordonnance d’un général, de même son compère Ernesto Dell’Arco, cousin du père Dell’Arco, peintre célèbre et amateur de billard, parti lui aussi en Russie et mort au cours de sa captivité.

Critique de mœurs

Toutefois au fil des pages l’intrigue se fortifie et un autre fait est révélé au lecteur : Graziantonio Dell’Arco ayant subi un affront de la part d’un nommé Yarno Cantini, comte et vigneron réputé, a juré de se venger et de causer sa perte. Là encore c’est sur Riccardo qu’il compte puisque celui-ci a été naguère l’amant d’une Américaine, Chatryn, devenue une sommité dans le monde de l’œnologie à défaut d’avoir été elle aussi une brillante universitaire. On ne dira pas comment les projets de Dell’Arco avorteront ni quel sera le rôle maléfique de Chatryn, mais on révèlera que Riccardo ne parviendra jamais à ses fins et qu’il se réconciliera avec son existence alors que Cendre, artiste sans talent, sera consacré à New York.
Peinture sans concession d’une société contemporaine où seuls réussissent ceux qui possèdent un esprit d’entreprise et sont dépourvus de scrupules, comédie humaine au cours de laquelle les perfidies, les trahisons, la soif de richesses sont tournées en ridicule, où toute vie n’est que boursouflure, le roman de Gaetano Cappelli est une cinglante et divertissante critique des mœurs de notre société et son écriture construit et déconstruit à plaisir situations et caractères les plus divers.

Max Alhau


samedi 20 mars 2010, par Max Alhau

Remonter en haut de la page
Gaetano Cappelli
« Irrésistible ascension du vin Aglianico à travers le monde »,

traduit de l’italien par Catherine Siné,
Métailié, 17 €.

Gaetano Cappelli

Gaetano Cappelli est né en 1954 à Potenza. Il est l’auteur d’essais sur le rock et de plusieurs romans. Il a écrit un portrait de Mario Schifano pour les éditions Les champs de l’oubli, et de nombreuses anthologies.
Son dernier roman « Irrésistible ascension du vin Aglianico à travers le monde » , qui vient de paraître chez Métailié, traduit de l’italien par Catherine Siné, a obtenu en 2008 le prix Libero Bigiaretti. « Parenti lontani » avait reçu le prix John Fante la même année et « La vedova, il santo e il segreto del pacchero extremo » le prix Hemingway en 2009.

D’autres critiques
de Max Alhau

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0