Retour à l’accueil > Auteurs > XUEREB Jean-Claude > « Le Désir et l’Instant »

Jean-Claude Xuereb

« Le Désir et l’Instant »

Deux suites composent le nouveau recueil de Jean-Claude Xuereb, « Le Désir et l’Instant » suivi de « Éléments (moins la terre) » et ce n’est pas un hasard tant leur voisinage dessine une philosophie de la vie.

« Le Désir et l’Instant » met l’accent sur l’homme en tant qu’être désirant inscrit dans le flux du temps tandis que « Éléments (moins la terre) » dresse le décor dans lequel s’agite l’homme. Mais un décor aussi fluide et mouvant que le désir ou l’instant, l’absence de la terre renvoyant à un monde fait d’eau, d’air et de feu, donc fluide et mouvant.
Il est difficile de présenter ce livre dans toute sa diversité : chaque poème (de la première suite) est une scène déchiffrée par le poète (et le lecteur), une approche toujours renouvelée et nuancée du réel ; jamais achevée car seule la mort achève. Jean-Claude Xuereb est à la recherche non seulement d’un impossible savoir mais aussi d’une sagesse. Une extrême attention à l’espace (le paysage, la nature...) et au temps (l’enfance, les souvenirs...) se traduit par un incessant questionnement dont le poème est la trace et qui arrache quelques bribes de savoir à l’ignorance consubstantielle à l’homme, bribes qui restent à organiser. Et si ce questionnement était finalement la sagesse ? Il n’est alors pas étonnant que le mot allégresse revienne à plusieurs reprises dans les poèmes...

Jean-Claude Xuereb, dans son difficile travail d’écriture pour donner une forme à ce qui est fluide et fuyant, n’hésite pas à se servir du vers compté : octosyllabe, décasyllabe, alexandrin ou vers proches qui donnent alors une impression de boiterie conforme à l’incertitude de la démarche. Si cette construction de la stabilité nécessaire pour vivre se fait par le poème à l’image du travail du maçon, il reste qu’il s’agit d’une aventure et Jean-Claude Xuereb n’assène pas de vérités constituées une fois pour toutes.

Par ailleurs, cette philosophie s’exprime dans des poèmes sensibles qui n’ont rien de désincarné. Bien au contraire, ils sont profondément intégrés au temps et sont parfois en prise directe avec les souvenirs. « Qui peut prétendre dévoiler l’énigme / des temps et fins de l’univers ? » Jean-Claude Xuereb semble dire que c’est là mission impossible ou, plus exactement, « quête sans issue ». Resterait alors au poète le silence. Mais ce n’est pas le cas puisque Jean-Claude Xuereb continue et sans doute que si la quête est sans issue, le peu que proclame et cerne le poème fait reculer le silence et le noir. Et l’ignorance ; et le mystère qui reste entier ou revêt de nouvelles formes car l’homme n’en finit pas de poser de nouvelles questions.

Lucien Wasselin

Lire aussi :

« Légende dorée »

samedi 18 juin 2011, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page

__degrade.png__

Jean-Claude Xuereb
Le Désir et l’Instant suivi de Éléments (moins la terre).



Rougerie éditeur,
64 pages, 12 €.

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0