Retour à l’accueil > Auteurs > RUIZ, Bruno > « Le Miroir et la vitre »

Bruno Ruiz

« Le Miroir et la vitre »

Une métaphore du poème

Bruno Ruiz était début mars sur la scène du théâtre Sorano, à Toulouse, pour un récital qui s’intitule « Bruno Ruiz Maintenant », comme le CD qu’il vient de sortir. Il l’a présenté ensuite en tournée en Suisse et dans les Alpes et le redonnera du 3 au 14 novembre prochain à la Cave poésie de Toulouse. Mais il publie aussi, et son dernier livre est un long entretien mené avec François André, « Le Miroir et la vitre ». Il y interroge avec une grande honnêteté et beaucoup d’intelligence les rapports de la chanson et de la poésie et sa propre démarche.

La dernière publication de Bruno Ruiz est un livre d’entretien passionnant avec François André, « Le Miroir et la vitre » , où le chanteur - et l’homme - détaille ses façons de voir et de vivre le monde, le temps présent, l’amour et la révolte, l’amitié et la fraternité.
Il y explique ses débuts, mais surtout son positionnement poétique alors que régnait la chanson yéyé d’un côté et la poésie de laboratoire de l’autre. Sans oublier d’évoquer les grands ainés, Léo Ferré, Brassens, Bertin, et les proches comme Vasca, Bénin...
Réflexions sur la poésie, le langage, qui touchent aussi à la morale, celle, toute simple, des femmes et des hommes soucieux d’être justes. Le titre est aussi celui d’une chanson. "J’ai écrit cette chanson, Le Miroir et la vitre, explique Bruno, pour montrer que le poème, s’il voulait concerner les autres, devait s’adresser d’abord à celui qui l’écrivait. Sinon, aucune identification ne pouvait s’opérer."
J’y relève ce passage, qui me semble très éclairant :


« Je suis bouleversé au point de pleurer à chaque fois que je vois la dernière scène du film de Mikhail Kalatozov, Quand passent les cigognes. On voit l’héroïne chercher son fiancé qui est mort à la guerre. Nous on le sait, mais elle ne le sait pas encore. Elle est là, heureuse avec son bouquet de fleurs blanches dans les bras sur le quai de la gare. Un soldat la reconnaît et lui annonce soudain la mort de celui qu’elle aime. Alors elle se met à pleurer au milieu de la foule en fête, puis, progressivement, dans un magnifique travelling arrière, on la voit retrouver le sourire en redistribuant une à une les fleurs de son bouquet aux joyeux inconnus qui l’entourent et qui ne se rendent pas compte de sa douleur.
J’ai mis longtemps à comprendre pourquoi cette scène me bouleversait autant. Je crois qu’elle est la métaphore parfaite de ce que je crois être le poème. L’expression d’une douleur impartageable qu’il nous faut pourtant absolument nommer, non seulement pour s’en libérer, mais aussi pour rejoindre les autres, pour la redistribuer au reste du monde.
La douleur n’est pas transmissible, mais son expression poétique nous donne l’illusion d’être moins seuls et d’appartenir à la communauté des hommes. L’art est à ce prix. Tout le reste n’est que divertissement. »

Bruno Ruiz. Le Miroir et la vitre



Lire aussi :

Le poète décline ses fidélités

Le chant contre la mort

Sur scène, dans les arpèges et dans les mots

« Le Miroir et la vitre »

Des disques et des livres

Quelques chansons



dimanche 29 mars 2009, par Michel Baglin

Messages

Remonter en haut de la page

Bruno Ruiz

Né en 1953 à Arcachon, il a élu pour résidence Toulouse depuis 1977. En presque quarante ans de chansons et de poésie, mais aussi de théâtre et d’écriture de nouvelles, il a construit une oeuvre marquée par les tragédies du monde, la mémoire de l’exil, mais aussi la fraternité, l’amour et l’amitié.
Pour une petite bal(l)ade dans un paysage « complètement Ruiz », cliquer sur les titres des différents articles ci-dessus.

Pour écouter
quelques chansons
de Bruno Ruiz
cliquer ici

Contact :

Pour écrire directement à Bruno Ruiz : e.mail : brunoruiz@free.fr
Pour connaître le détail de la bibliographie de Bruno et pour en savoir plus, notamment sur les tournées en cours, rendez-vous sur le site : http://sitebrunoruiz.com
Pour tout ce qui concerne la diffusion des récitals, et la distribution des livres de Bruno Ruiz : Marie-Annick Bault. Association Le Puits 33, rue Française 31400 TOULOUSE Tel : 05 61 20 00 95 / 06 84 30 51 44 Fax : 05 61 20 28 47 e.mail : lepuits@wanadoo.fr

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0