Jean-Claude Xuereb

« Légende dorée »

La racine de l’avenir

Comment lire la poésie si l’on n’est pas attentif au moindre détail du vers ou du chant ? Ainsi cette attention est nécessaire pour suivre la pensée de Jean-Claude Xuereb qui donne avec « Légende dorée » une plaquette exigeante : quatre poèmes de trois ou quatre strophes, soit entre quinze et vingt vers au total pour chaque poème. Mais peut-être ne s’agit-il que d’un unique poème en quatre parties ? Peu importe...

JPEG - 51.1 ko
Jean-Claude Xuereb, dessiné par Jacques Basse

L’attention au poème passe par la volonté de savoir qui est Xuereb car comment comprendre cette strophe : « On s’étonne d’un patronyme / forgé sur îlot d’utopie / aux délices de Calypso / rime couplée avec « Maghreb » / par aimantation du hasard ? » Bien sûr, cette rime évoquée « Maghreb/Xuereb » (dans un poème non rimé) invite à l’exploration biographique.
Jean-Claude Xuereb est né à Alger en 1930, ses ancêtres sont d’origine maltaise et espagnole, il fut déchiré par la guerre d’Algérie et il revint définitivement en France en 1961... Ces éléments éclairent le poème écrit en 2010. C’est la mémoire qui est en œuvre « au tocsin fêlé de l’octante », le poète se retourne sur son passé. Non par pure nostalgie mais pour en tirer ce que faute de mieux on peut appeler une leçon, mais que lui préfère désigner comme une « légende".
La légende n’est-elle pas élément fondateur de la conscience collective ? Occasion d’édification du groupe ? Jean-Claude Xuereb se souvient donc de « l’insoumission des démunis, de l’aveuglement d’une lutte », des souffrances, de l’exil et de tout ce qu’il a dû abandonner... Mais il ne se complaît pas dans une attitude passéiste stérile. Il sait se révolter contre « le massacre des innocents / sous le signe d’un dieu vengeur » et cette révolte vaut pour toutes les latitudes.
Reste alors la soif d’écrire car le poème est toujours à venir, « le poème total / d’amoureuse lucidité » donné en partage à ceux qui veulent bien lire... Car le passé, c’est la racine de l’avenir.

Lucien Wasselin


vendredi 29 octobre 2010, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page

__degrade.png__

Jean-Claude Xuereb,
« Légende dorée »


La Porte.
(La Porte / Yves Perrine ; 215 rue Moïse Bodhuin. 02000 Laon)
Abonnement à 6 plaquettes : 18 €.


Jean-Claude Xuereb

Jean-Claude Xuereb est né en 1930 sur les hauteurs d’Alger où il passe enfance et jeunesse et poursuit ses études. Il assiste, en mars 1948, aux rencontres de Sidi Madani, où il approche Camus, Dib, Roblès, Sénac. Il crée en 1952, avec un groupe de jeunes poètes, une revue poétique « Les Feuilles Volantes » et se lie d’amitié avec Jame Eddine Bencheikh.
En 1953, il obtient le prix Lélian de poésie. Il s’installe définitivement en France en 1961 et entre dans la magistrature qu’il quittera en 1991. En 1962, naissance d’une amitié avec René Char. En 1970, il rencontre l’éditeur René Rougerie qui propose de le publier.
Jean-Claude Xuereb a été membre du jury du Prix Antonin Artaud. Depuis 2000, il participe à la préparation et à l’animation des Rencontres Méditerranéennes autour d’Albert Camus, à Lourmarin.

Bibliographie

Les recueils de poèmes de Jean-Claude Xuereb sont publiés aux éditions Rougerie.
Entre cendre et lumière, 2008
Passage du témoin, 2004
Voir le jour, 2001
Pouvoir des clés, 1998
Cette fugitive éternité, 1996
Redoute, 1992
Double versant de la rencontre, 1988
Avance au présent, 1984
Homme diluvien, 1979
Fibres du soleil,1975
Marches du temps, 1972
Gîte du sang, 1970

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0