Retour à l’accueil > Auteurs > BRETHES, Jean-Pierre > Quelques poèmes inédits

Jean-Pierre Brèthes

Quelques poèmes inédits

Grand lecteur, Jean-Pierre Brèthes a toujours aimé faire partager ses découvertes. Il a animé des clubs de lecture, fait venir de nombreux écrivains dans les bibliothèques où il a travaillé. Parallèlement, il a toujours beaucoup écrit, notamment des poèmes (il prépare actuellement un recueil). En voici quelques-uns.


Jour naissant

Quand la fente de la nuit révèle l’aube
le vent s’amuse à tresser les cheveux des arbres
il joue avec le restant d’étoiles

Toi tu poses ton pied dans le jour
tu picores l’ombre
tu pourfends les fumées de l’âme
tu es dans cet intervalle un homme de trop

Tu illumines la poussière du temps
tu étreins l’arbre
et le jour fleurit dans ta main

***

Au pied de la lettre
Au pied de la lettre tu saisis une ombre
la vie continue à se taire
tu te grandis entre deux arbres
les mots soulèvent leurs racines
la phrase déballe ses feuilles
le sentiment brise les nervures des branches

Tu tutoies l’épaule des géants
Silence du matin

Le silence impressionne
au loin un chien aboie
l’écureuil lance son point
d’interrogation
sur le I majuscule du tronc

Le soleil foule la rosée
et te voici
creusant ta voûte
tu te déplies avec lenteur
ton œil chavire

Tu songes
un oiseau chante
il fait froid
soleil tu mens
le pic dérange le silence
tu plonges nu dans l’eau du temps

Radieux

Tu creuses les distances
tu habilles les racines
tu ris

Tu plies le soleil à tes courbes
tu te tends sous l’arc de la pluie
tu jubiles

Tu brises la lune en mille éclats
tu piétines des reflets éteints
tu aspires l’eau de tes mains

Tu resplendis

V. W.
A Virginia Woolf

A la fraîcheur de l’eau elle transmet la sienne
Elle qui fut jadis incandescente
Quand dans un lit captif elle attendait le prince
Chargé de décoiffer ses orteils pétrifiés

Mais voici qu’aujourd’hui le prince a disparu
Et la voilà bien seule à espérer qu’arrive
Du fond du flot boueux quelque poisson de lune
Qui pourrait raviver sa mémoire en dérive

Alors de son pied nu elle tâte le sable
Mouillé qui répercute le silence
L’hiver est si pur en ce jour qui décline
Le nuage là-haut ressemble à un caveau

Et elle avance lente dans l’eau glacée
Qui lui bat les mollets comme une écharpe
Puis elle s’enfonce des cailloux plein les poches
A la fraîcheur de l’eau elle transmet la sienne

Venir à la lumière

La nuit n’en peut plus
tu bois le vin des rêves
et habillé de songes tu te lèves

Les yeux fixés au ciel
tu prends le compas des étoiles
le silence te hante

Et quand la dernière étoile étanche sa soif
tu fermes les yeux et laisses l’aube te pénétrer

Dans le creux de ta main l’ombre s’efface
ton image est bien la bonne

Tu consens à la lumière !

***

Surgir

Tu surgis dans un cri comme une déchirure
tu étais bien au chaud et le cafard te lampe
l’abandon te taraude au long des jours sans fin
dans l’attente patiente de la douceur

Tu reconnais bientôt un visage une voix
tu souris à la peur du néant
et tu tâtes tes mains et ta tête et tes jambes
pour te convaincre que tu ne sais rien faire

Plus tard ton pas s’affermit se dirige
vers l’inconnu dans l’effarouchement
les tiroirs les chaises la table les murs
te disent les secrets de la récréation

Tu verras c’est si simple une vie dérisoire
essayer de grandir dans un monde si creux
où les géants oublient
qu’un jour ils ont été plongés dans ce mystère

Alentour

Qu’y a-t-il alentour ?
un arbre mort peut-être
un lit qui se débine
un corbeau une croix

Pourtant la haie chante les fleurs
les feuilles bleuissent de plaisir
car le soleil leur chuchote à l’oreille
il est venu le temps d’aimer

Qu’y a-t-il alentour ?
Une abeille prise dans la toile
un arbre creux tambour d’oiseau
une mouche te pique au talon

L’été bourdonne tout seul
ton poil chatouille le vent
sur le fauteuil somnole la saison
avec les vêtements en vadrouille

Puisqu’il n’y a rien alentour
tu te meus nu sur la dunette
de ton voilier imaginaire
et tu brasses l’écume du Temps

Aube

Tu te promènes dans l’aube grise
le rossignol te souffle dans l’oreille
et tu suis les traces du lapin

Il tombe quelques gouttes
des larmes
ton œil se trouble
tu respires
l’air tremble
tu retires ton vêtement de nuit

Et tu t’allonges insecte nu sur l’herbe
ton corps frissonne de rosée
tu lèves tes mains en l’air
tu les agites
tu crois voir des branches déchirant les nuages

Poèmes inédits.


mercredi 8 avril 2009

Remonter en haut de la page

Lecteur, mais aussi poète

Jean-Pierre Brèthes est né à Bordeaux en 1945. Il a fait ses études dans les Landes, d’où son père était originaire, puis a préparé une licence de géographie à Pau et à Bordeaux. Après un bref passage dans l’enseignement, il est devenu conservateur de bibliothèque et a exercé successivement à Angers, Auch, Basse-Terre (Guadeloupe), Amiens et Poitiers, où il fut quelque temps conseiller pour le livre et la lecture à la DRAC. Il est veuf et père de deux enfants.
Grand lecteur, Jean-Pierre Brèthes a toujours aimé faire partager ses découvertes. Il a animé des clubs de lecture, fait venir de nombreux écrivains dans les bibliothèques où il a travaillé. Depuis quelque temps, il pratique avec une amie la lecture à haute voix à la Maison d’arrêt de Poitiers, mais comme il aime aussi la bicyclette, il s’est lancé dans son projet de retraite : faire le tour de la France à vélo et en pratiquant la cyclo-lecture. Il a faitparaître le journal de sa première randonnée cyclo-littéraire sous le titre « Le journal d’un lecteur, le Poitou-Charentes et l’Aquitaine à bicyclette » .
Parallèlement, il a toujours beaucoup écrit, notamment des poèmes. Il prépare actuellement un recueil, et deuxième volume de son journal.

On peut le contacter en lui écrivant à jean.pierre.brethes@gmail.com
et découvrir son site : http://cyclo-lecteur.blogspot.com/

Portrait de Jean-Pierre Brèthes

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0