Retour à l’accueil > Humeurs > Soutien à Robert Redeker !

Le philosophe reçoit des menaces de mort

Soutien à Robert Redeker !

Oui, les religions, comme toutes les "vision du monde" et toutes les philosophies, sont discutables et critiquables. Le devoir de respect porte sur les croyants, les personnes, non les croyances...

Que n’a-t-on entendu au sujet de Robert Redeker et de ses propos plus ou moins « acceptables » sur l’islam ! Comme s’il s’agissait de les cautionner ! Non bien sûr, il s’agit juste de défendre son droit - notre droit - de critiquer les religions. Les arguties depuis n’ont cessé, traduisant des embarras à n’en plus finir. Ne parlons pas de la Ligue des Droits de l’Homme qui, à Toulouse, se fend d’un communiqué où sur 10 lignes 9, sont consacrées à contester les propos de Redeker, pour une qui dénonce les menaces de mort à son encontre ! Voilà un des plus tristes spectacles que puissent nous offrir les intellectuels…

En démocratie, c’est le respect de la personne qui s’impose, non celui des idées ! Respecter un être humain ne signifie nullement respecter ses croyances, qu’on les baptise « foi », « philosophie », « système de pensée », elles ne sont que des opinions. A ce titre, et parce qu’elles ne sont ni plus ni moins que des « visions du monde », les religions ont en effet à être mises en cause et en débat. A l’instar de n’importe quelle opinion, elles sont discutables, voire contestables a priori. Il est même du devoir de chacun (comme être humain pensant et comme citoyen), de n’accepter aucun credo sans réflexion préalable ; c’est du moins ce qu’on nous a appris depuis des siècles, depuis le fameux « doute méthodique » de Descartes (qui était d’ailleurs croyant) et bien sûr depuis l’essor de l’esprit scientifique. Comment peut-on imaginer d’ailleurs que toute philosophie – ou toute religion – serait en soi respectable et qu’elle devrait être respectée sans examen sous prétexte de ne pas froisser ou blesser ses tenants ? Devrait-on alors respecter le nazisme, le stalinisme, les façons de voir des sectes, et toutes les élucubrations d’une époque si prompte à cultiver et exploiter l’irrationnel et la crédulité ?

Vouloir interdire la critique d’une religion relève évidemment du terrorisme intellectuel qui, avec le temps, finit par faire autant de morts et de dégâts que le terrorisme poseur de bombes.

Qu’il y ait derrière l’affaire Redeker une exploitation politique d’un anti-islamisme latent est probable. Comme il y en a une depuis de nombre de religieux pour tenter de créer un délit de « blasphème » ! L’instrumentalisation politique de la foi conduit à l’obscurantisme. Quand elle prétend réinventer l’Inquisition, il s’agit de résister ! Il n’y va pas que de la défense de la liberté d’expression. Mais aussi de la possibilité pour l’esprit critique et la liberté de conscience de s’exercer.

Et tout simplement de la possibilité de penser !

Michel Baglin

mercredi 8 novembre 2006, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page

"Le sport contre les peuples"

Robert Redeker est l’auteur d’un essai dont je recommande la lecture, "Le sport contre les peuples" où il dénonce l’utilisation idéologique et politique de ce que nous continuons par paresse et par démagogie à nommer "sport". Là encore, il n’y va pas avec le dos de la cueillère, mais il donne à penser en se faisant quelque peu "sacrilège", contre le consensus mou...

Le texte
qui fait polémique

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0