Retour à l’accueil > Actualité > Une voix vive, un poète, un ami

Bernard Mazo est décédé

Une voix vive, un poète, un ami

Sa femme Muriel vient de m’annoncer le décès subit de Bernard Mazo, survenu hier samedi 7 juillet, à Gassin où il séjournait comme chaque été. Il a succombé à un arrêt cardiaque, apparemment sans souffrances. Il avait 73 ans.



Je suis encore sous le coup de l’émotion, d’autant plus abasourdi par cette nouvelle que nous les attendions, lui et Muriel, à la maison ces jours-ci et que je l’ai eu au téléphone la semaine dernière, en belle forme semblait-il.
Heureux de l’acceptation par les éditions du Seuil de sa biographie de Jean Sénac, il se faisait une joie de participer à la fin de ce mois au Festival des Voix vives de la Méditerranée à Sète, dont il était un des plus fidèles animateurs, et d’y retrouver tous ses nombreux amis.

Le tragique et l’appétit de vivre

Bernard Mazo est né le 13 avril 1939 à Paris, où il vivait. Poète, il a publié une dizaine de recueils et reçu le prix Max Jacob pour « La cendre des jours » . Son dernier recueil, « Dans l’insomnie de la mémoire » , a paru chez Voix d’encre l’an dernier. Il a connu la guerre d’Algérie. « J’ai eu vingt ans dans les Aurès, où je suis resté cloué, triste rêveur éveillé, vingt-sept mois durant », confie-t-il, ajoutant : « sans la poésie et la lecture des poètes, sans la chaleur partagée de leur parole, sans doute aurais-je sombré dans le désespoir ». L’épreuve l’aura en tout cas suffisamment marqué pour en faire un anticolonialiste convaincu et pour que l’exil devienne un de ses thèmes majeurs,

JPEG - 148.3 ko
Bernard Mazo, un bon vivant. Ici en compagnie de Muriel.
Photo Michel Baglin

Ses thèmes – la dépossession de soi par le temps, l’étrangeté du monde, etc. revenaient plus épurés que jamais dans chacun de ses recueils. Ils sont toujours confrontation au silence. Silence de l’âge venu et des pages tournées dans « l’obscure rumeur du temps », hébétude lorsqu’on se penche sur « cette vie qui nous appartient si peu ». Sans oublier cette sorte de silence qui tient à « ce vide douloureux entre les choses et ce qui les nomme ». Car l’adéquation des mots et des choses n’est pas plus acquise que celle de soi et du monde dans l’œuvre de Bernard Mazo. C’est que « le poème ne peut se fonder que sur ce qui est condamné à mourir » et que la conscience tragique et douloureuse de la finitude est la source même de sa poésie.
Bernard Mazo n’en était pas moins en prise avec le réel, l’autre, l’amour, et sa poésie témoigne aussi de son appétit de vivre. « On n’est pas quitte avec la vie en l’éludant. / On est quitte avec la vie en l’épuisant », prétendait-il.
La revue Phoenix (qui a succédé à Sud et Autre Sud) lui a consacré un dossier dans sa troisième livraison, en 2011.

Critique et animateur

JPEG - 71.3 ko
Bel adieu à "l’homme au chapeau" que cette image signée Jean-Pol Stercq lors des rencontres de l’Atelier imaginaire en 2011. On reconnait à la tribune Werner Lambersy, Luis Mizon, Jean Mételus, Guy Goffette et, bien sûr, Bernard à droite, sans son couvre-chef...

Fin connaisseur de la poésie contemporaine, Bernard était aussi critique pour de nombreuses revues et fut codirecteur durant neuf ans d’Aujourd’hui poème. Certains de ses articles et études ont été réunis en volumes et une biographie de Jean Sénac est en préparation au Seuil (il me disait récemment avoir terminé la correction des épreuves).
Secrétaire général du Prix Apollinaire, membre de l’Académie Mallarmé et du Pen-Club français, Bernard Mazo animait de nombreuses rencontres, débats, assurant avec générosité présentations des auteurs et lectures. Il était aussi, bien sûr, un collaborateur régulier de revue-texture.fr auquel il a donné de nombreux articles.
Mais c’était, avant tout, un ami. Fidèle, chaleureux, qu’on repérait de loin à son chapeau et à sa manière de porter souvent une double paire de lunettes et sur le nez et sur le front… Bon vivant, il nous réjouissait tous par sa présence, ses plaisanteries, sa faconde, qui n’ont pas fini de terriblement nous manquer.

Michel Baglin


Cérémonie et inhumation vendredi

Une bénédiction aura lieu le vendredi 13 juillet à 10h30 (et non 9h30 comme annoncé par erreur) en l’église Saint-Thomas d’Aquin à Paris, dans le 7e arrondissement (métro Rue du Bac). Bernard sera inhumé à 16 heures au cimetière de Condé, à Saint-Maur des Fossés. Un avis de décès sera publié dans Le Monde de mercredi.



Une émission sur Radio-Occitanie

Christian Saint-Paul, dans son émission « Les Poètes » du 12 juillet, revient sur le décès de Bernard Mazo en lisant notamment un de ses textes critiques sur Jean Rousselot et un article de Magid Kaouah parlant de ses relations avec la poésie arabe. Michel Baglin est invité à parler de Bernard et à lire quelques-uns de ses poèmes.
Cliquer ci-dessus pour écouter.



Son portrait ici

Sur son dernier recueil

Ses chroniques répertoriées


dimanche 8 juillet 2012, par Michel Baglin

Messages

  • Monsieur Michel Baglin ,
    je viens d’apprendre la triste nouvelle du décés de Bernard Mazo , dont je venais juste de faire sa connaissance lors de son dernier passage à l’Institut Culturel Français de Constantine , où il avait donné une conférence sur Sénac que j’avais d’ailleurs connu en 1972 ici même à Constantine
    il était content du livre qu’il terminait et de la collaboration des poétes algériens qui lui avaient fait parvenir des documents inédits , surtout Abdelhamid Laghouati
    il m’avait parlé de la sortie imminente de son dernier recueil illustré par Hamid Tibouchi que j’avais longtemps cotoyé quand j’étais à Alger et qu’il devait saluer de ma part
    je lui avais offert mon recueil " Au sud de nos nuits magnétiques "
    en échange courtois il m’a remis le numéro de la revue Phoenix qui lui rendait un hommage particulier
    c’est ainsi que j’ai eu à découvrir de trés beaux textes que je n’avais jamais lus auparavant
    nous fumions beaucoup lui et moi lors de notre entretien
    Madame Marie Jouannic Directrice du Centre Culturel que j’avais rencontrée lors de mon séjour à Avignon en mai devait le revoir au marché de la poésie
    voudrez-vous avoir l’amabilité de présenter mes condoléances à sa compagne Muriel
    merci à vous
    kenzy dib

Remonter en haut de la page
-2016 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0