Marie-Josée Christien

« Aspects du canal »

Le long du canal de Nantes à Brest

« Le hallage silencieux / ouvre les songes » : le long du canal de Nantes à Brest qu’elle parcourt à pied et à vélo, et célèbre en poésie, Marie-Josée Christien réveille aussi la mémoire avec les ombres clandestines des bagnards morts en creusant la tranchée de Glomel. Une poésie simple, visuelle, ouverte aux rumeurs du monde et de l’histoire et à la beauté terrestre.

Entrer dans les mystères d’un paysage – les échos qu’il éveille en nous – est le dessein poursuivi par ces poèmes, tous évocateurs du canal de Nantes à Brest, dont l’auteur a parcouru, à pied et à vélo, une partie des 360 km. Décidé par Napoléon et creusé entre 1802 et 1842, il est aujourd’hui sans activité économique, oublié et devenu impropre à la navigation depuis longtemps sur une majorité de son parcours. Ce qui n’enlève rien à sa beauté et à son charme que célèbre Marie-Josée Christien en poèmes brefs.

Ruminations d’eau sombre

« Le hallage silencieux / ouvre les songes », et l’écriture se fraye un chemin sensible entre le bruissement des couleurs, une barque envasée, les portes de rouilles des écluses, un crapaud sur son îlot de feuillages, les miroitements d’été et les brouillards d’hiver. On y entend les « rumeurs du canal » : au-delà du « reposoir de tristesse douce », des « ruminations » d’eau sombre. Car cette « veine » qui irrigue autant l’imaginaire que la campagne, coupée des escaliers d’eau qui « interdisent l’échappée », a aussi un goût de feuilles pourrissantes et d’exil.
Une suite est ainsi consacrée à la tranchée de Glomel, creusée par 600 bagnards condamnés pour insoumission et désertion et dont beaucoup sont morts dans les marais, au long des cinq kilomètres reliant les versants de l’Aulne et du Blavet. Les ombres clandestines de ce « déni d’humanité » hantent un « canal de larmes et de pestilence » et confèrent de la force aux images mélancoliques de Marie-Josée Christien, quand « le canal / a froid / de n’être qu’un oubli / déposé dans la fange molle / du sous-bois » et quand l’écriture belle et souvent très visuelle de l’auteure creuse dans le sol et trame dans le cœur « une mémoire / qui s’agrège / à d’autres mémoires ».
Un bonheur de lecture.

Michel Baglin



LIRE AUSSI :

Marie-Josée Christien : DOSSIER
Marie-Josée Christien : « Entre-temps », précédé de « Temps composés » (Michel Baglin & Lucien Wasselin ) Lire
Marie-Josée Christien : « Un monde de pierres » (Lucien Wasselin & Georges Cathalo) Lire
Marie-Josée Christien : « Temps morts » & « Petites notes d’amertume » (Michel Baglin) Lire
& (Lucien Wasselin) Lire & (Georges Cathalo) Lire
Marie-Josée Christien : « Petites notes d’amertume » (Lucien Wasselin) Lire
Marie-Josée Christien : « Quand la nuit voit le jour ».(Michel Baglin) lire
Marie-Josée Christien : « L’attente du chat » (Michel Baglin) Lire & Lucien Wasselin) Lire
Marie-Josée Christien & Guy Allix : « Correspondances » (Michel Baglin) Lire
Marie-Josée Christien : « Aspects du canal » (Michel Baglin) Lire
Marie-Josée Christien : « Les extraits du temps » (Michel Baglin) Lire

Spered Gouez n°22 : « Éloge de la frontière »

Spered Gouez n° 21 : « La poésie ramène sa science »

Spered Gouez : « l’esprit sauvage »



mardi 21 décembre 2010, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page


Marie-Josée Christien
« Aspects du canal »


Sac à Mots éditeur
70 pages
ISBN 978-2-915299-37-3)




Marie-Josée Christien

Marie-Josée Christien est née en 1957 à Guiscriff dans le Morbihan. Elle vit à Quimper dans le Finistère où elle enseigne dans une école maternelle. Elle a publié pour la première fois, en 1979, dans la revue « Interventions à Haute Voix ». Depuis, ses textes poétiques, ses collages, ses chroniques et articles paraissent régulièrement dans une quinzaine de revues.
Lire ici la suite et sa bibliographie.

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0