Retour à l’accueil > Auteurs > SAINT-JULIA, Monique > « Au Fil des nuages »

Monique Saint-Julia

« Au Fil des nuages »

Si les abeilles font toujours chanter les glycines dans les poèmes de Monique Saint-Julia, son dernier recueil, « Au Fil des nuages », (L’Arrière-Pays éd.) a des tonalités plus automnales.

JPEG - 137.1 ko
Monique Saint-Julia signait son recueil au Salon des éditeurs à Toulouse (Ph. Guy Bernot)

Son dernier recueil, « Au Fil des nuages » , publié en ce mois d’octobre 2009 par L’Arrière-Pays, nous fait entendre une Monique Saint-Julia plus grave il me semble que dans ses précédents ouvrages. Certes, on y retrouve son univers où elle aime à « promener ses dix doigts dans les quatre saisons du jardin », mille parfums de genêts, le vent d’aubépines, le « plein été vibrant d’insectes ». Certes, les abeilles y font toujours chanter les glycines, les pies frappent au carreau, on y entend tout aussi bien « toute une cristallerie de pluie » et l’on y contemple, sur un lac, « lèvres à lèvres le ciel et l’eau » et leur geste de peintres… Mais si « les poignets fragiles des jours remuent l’éternité des oiseaux », on glisse insensiblement au fil des pages, et des jours, justement, vers ce « temps des ronces », de « ciels blessés sur les balcons », l’hiver à l’extérieur et dans le cœur.

« Chercher des mots en eaux profonde »

Le souvenir de la mère décédée hante ces poèmes où la peine donne souvent sa tonalité automnale au paysage : « Ciel bâclé d’un gris de pluie si bas qu’on peut / le toucher de la main. / Feuillage essoufflés. / Dans le jardin les pas hésitent. » Elle force la retenue habituelle de Monique Saint-Julia pour se dire dans l’étonnement d’une mémoire remuée : « Comment ce gris a-t-il pu si longtemps grandir, m’enfermer en une image douloureuse qui m’étreint dans un carcan de tristesse, de solitude, de deuil ? »
Les ciels et le jeu des nuages qui en dessinent la profondeur sont omniprésents dans ces poèmes : « Longtemps j’ai cru éternels les ciels d’hiver endeuillés », reconnaît-elle. Cependant, elle qui est peintre sait faire vivre les couleurs comme elle sait, en poète, « chercher des mots en eaux profonde ». Même dans la mélancolie, son regard reste clair, baigné d’une ferveur - religieuse peut-être ? -, mais alors très discrète : « le ciel est ma faiblesse », avoue Monique Saint-Julia, qui ajoute : « il entre dans mes jours tout bruissant de joie ».
En tout cas sa poésie qui se veut extrêmement simple, puisant à cette candeur d’« un enfant émerveillé (qui) sommeille en nous », contamine notre regard et nous offre, avec un peu du chant du monde, un moment de sérénité.
« L’écriture qui irrigue toute une vie / apporte l’apaisant bonheur d’avoir vécu », dit-elle encore.

Michel Baglin



Lire aussi :

Monique Saint-Julia : DOSSIER
Monique Saint-Julia : Une tendresse endolorie. Portrait. (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Un jour de plus à aimer » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Je vous écris » (Michel Baglin) Lire & (Georges Cathalo) Lire
Monique Saint-Julia : « Regards croisés » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « On n’invente pas la neige » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Au Fil des nuages » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : Quelques poèmes et quelques tableaux Lire



samedi 28 novembre 2009, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page
Monique Saint-Julia
« Au Fil des nuages »

L’Arrière-pays éd.
56 pages

Monique Saint-Julia

Monique Saint-Julia est née en 1938 à Perpignan. Elle a commencé à écrire et à peindre très tôt, puis a pris des cours d’Art dramatique et de piano au Conservatoire de Musique à Paris.
Elle a publié pour la première fois en 1958, à Rodez dans « Entretiens sur les Lettres et les Arts » que dirigeaient Jean Subervie et Jean Digot.
En tant que peintre, elle a exposé à Toulouse (Galerie le Biblion), Nantes, Paris (Galerie Antoinette) et Galerie Colette Dubois, en Angleterre à Bath et au London Art à Londres. Elle vit aujourd’hui à Revel, en haute-Garonne.

Ses publications :

De mains pigeonnières et d’herbes libres, Guy Chambelland, 1973
La grippeminaude, Guy Chambelland, 1977
In « Le Coffret à Poèmes » éd. Saint-Germain-des-Prés, 1984
Belles Saisons, Guy Chambelland, 1988
Entre Jour, Le Tocsin des Mots, 2002
Un train de paysages, L’Arrière-pays, 2005
Claire-Voie, éditions N&B, 2008
Au Fil des nuages, L’Arrière-pays éd. 2009

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0