Retour à l’accueil > Revues & sites > Revues > "Autre Sud" publie son dernier numéro

Une autre revue disparaît

"Autre Sud" publie son dernier numéro

Dédié à Jean-Max Tixier, qui vient de nous quitter, le numéro 47 de la revue Autre Sud est hélas le dernier, signant la fin d’une belle aventure commencée en 1998 dans la lignée des Cahiers du Sud (1914-1966), puis de la célèbre Sud , fondée par Jean Malrieu. Jacques Ancet est l’écrivain invité de cette ultime livraison. Quant à l’éditorial d’adieu, s’il n’est pas signé, c’est qu’il a subi de larges coupures de passages informant de l’arrêt brutal signifié par le gérant d’Autres Temps, au nom de « la société des actionnaires ».

Autre SUD s’inscrit dans une lignée féconde et prestigieuse de revues littéraires.
Il y eut d’abord les Cahiers du Sud (1914-1966), sous la houlette de Jean Ballard.
Puis la célèbre Sud, fondée par Jean Malrieu, prit le relais pour nous offrir cent seize numéros substantiels, le dernier consacré en 1996 au grand poète roumain Lucian Blaga.
En 1998 nait Autre SUD, soulignant par ce titre fidélité et différence, et liens avec les éditions Autres temps, dirigées par Gérard Blua, qui en assuraient l’impression et la diffusion. Elle reprend la formule des cahiers trimestriels et l’ancrage « dans le creuset méditerranéen qui constitue son espace premier, sans préjudice de la francophonie et du domaine étranger ».
Yves Broussard, Jacques Lovichi, Frédéric Jacques Temple, André Ughetto, Daniel Leuwers, déjà membres du conseil de rédaction de Sud, reprennent le flambeau, ainsi que d’autres dont Jean-Max Tixier. Soleil du tarot de Marseille et colombe cathare s’épousent dans le sigle de couverture.
Chaque numéro invite un écrivain actuel avec des textes, un entretien et des articles, propose ensuite un « espace méditerranéen » offrant des inédits d’auteurs du Sud, puis ouvre à d’autres poètes un « partage des voix », une « voix d’ailleurs », enfin une tribune libre, des chroniques et notes de lecture. Ainsi les lecteurs ont-ils eu le bonheur de retrouver quarante sept invités d’horizons divers comme Adonis, Claude Ollier, Aimé Césaire, Jean Orizet, Charles Juliet, Vénus Khoury Ghata, Rachid Boudjedra, Luis Mizon, Kenneth White et tant d’autres.

Jacques Ancet invité

JPEG - 72.4 ko
Jacques Ancet est l’invité de cet ultime numéro

Dédié à Jean-Max Tixier, qui vient de nous quitter, ce numéro 47 est hélas le dernier, il signe la fin d’une belle aventure. L’éditorial d’adieu n’est pas signé, et pour cause : il a subi de larges coupures de passages nous informant de l’arrêt brutal signifié par le gérant d’Autres Temps, au nom de « la société des actionnaires », malgré l’équilibre des comptes.
Pour le bonheur de ses lecteurs, Jacques Ancet est l’écrivain invité. Présenté par Jacques Lovichi, un passionnant dossier de soixante pages est inauguré par dix pages inédites d’une « Ode au recommencement » où revient cette voix si émouvante, que l’on reconnait d’emblée. Puis l’entretien avec Laurent Mouret nous éclaire sur son expérience de l’écriture, son approche du réel, ainsi que le lien étroit avec sa pratique de traducteur : « traduire, c’est écrire ».
Six articles suivent : François Bon rappelle la place pour lui essentielle et singulière de l’écrivain et du traducteur, Alexandre Eyries évoque la lumière de l’œuvre ; Bernard Mazo le murmure infini de cette parole errante ; Antoine Emaz les « tensions motrices » qui engendrent la vibration de la parole, Jacqueline Saint-Jean interroge « l’égarement » à l’œuvre dans l’écriture, et Blanche Brissaud analyse le dernier livre « L’identité obscure », qui vient d’obtenir le Prix Apollinaire. Des éclairages différents, mais qui entrent très souvent en résonance.
Dans le second volet de ce numéro 47, les poètes d’ Autre Sud , Yves Broussard, Jacques Lovichi, Françoise Donadieu, Joëlle Gardes, Daniel Leuwers, Jean Poncet, Frédéric Jacques Temple, André Uguetto, Benito Pelegrin, Serge Bec, Teric Boucebi, pour la première fois réunis , offrent leurs textes à leurs lecteurs fidèles.
A travers les pages qui lui sont dédiées et le choix de textes fait par Jacques Lovichi, la présence vivante de Jean-Max Tixier habite l’écriture et la lecture. Ainsi que les liens tissés d’un texte l’autre entre les membres de l’équipage d ’Autre Sud . On le sait, faire vivre une revue est une aventure commune, un espace tissé de rencontres et d’amitiés.
Oui, « comme beaucoup d’autres, dont le triste bruit du naufrage nous parvient porté par les vents mauvais de l’économie libérale » (coupure), notre navire de haute mer sombre pavillon haut. »
Mais « quand le navire s’engloutit, sa voilure se sauve à l’intérieur de nous. Elle mâte sur notre sang. Sa neuve impatience se concentre pour d’autres obstinés voyages… », rappelle René Char en quatrième de couverture. Souhaitons donc vivement que cet adieu ne soit qu’un au-revoir ?

Jacqueline Saint-Jean



A propos de Jacques Ancet

« L’âge du fragment »

« Entre corps et pensée »

« Les livres et la vie »

« Huit fois le jour »

« Portrait d’une ombre »

« Chronique d’un égarement »

Jacques Ancet dans la revue "Autre Sud"



lundi 29 mars 2010, par Jacqueline Saint-Jean

Remonter en haut de la page

__1__

Lire le portrait
de Jacqueline Saint-Jean

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0