Lucien Wasselin

« Balises »

la rencontre Kijno-Wasselin

Les éditions du Littéraire proposent un livre d’artiste signé Ladislas Kijno et Lucien Wasselin : douze poèmes en regard douze peintures.



Douze poèmes de Lucien Wasselin et en regard douze peintures de Ladislas Kijno composent ce livre d’artiste qui réunit deux amis.

JPEG - 33.6 ko
(Les éditions du Littéraire 48 pages. 15 euros.)

Poète, auteur d’une trentaine d’ouvrages, mais aussi chroniqueur, essayiste et critique pour diverses revues, Lucien Wasselin a consacré plusieurs articles à l’œuvre de Kijno, qui lui a d’ailleurs demandé en 2008 de le représenter dans les négociations avec les autorités de Noeux-les-Mines dans le projet de donation qui s’est réalisé en 2010. C’est lors de leur dernière rencontre en octobre 2012 que Ladislas Kijno a offert au poète les douze peintures originales réalisées pour accompagner chacun des douze poèmes.
Fils de mineur polonais, né en 1921 et mort en 2012, Ladislas Kijno est internationalement reconnu, notamment à travers sa technique de la vaporisation et du froissage. Passionné de peinture, de philosophie, de poésie, il a collaboré avec des écrivains comme Bernard Noel, François Xavier (qui donne ici une préface), ou d’autres peintres comme Robert Combas et fut un pacifiste, militant des droits de l’homme, dont la vie et l’œuvre ont été marquées par des rencontres importantes (Aragon, Ponge, Angéla Davis, etc.) et un engagement permanent. En marge de l’abstraction et de la figuration dominantes, l’œuvre de Kijno a fait l’objet de plusieurs films et de nombreuses émissions de radio et télé.
Ces balises peintes en blanc sur fond noir, selon Wasselin « montrent le chemin / que nous avons à tracer / dans la grâce de la peinture ». Les poèmes, eux, rappellent la « croisée des chemins » d’engagement du peintre, « barlin noeux-les-mines lille viet-nam chine tahiti » pour se demander : « la peinture vaincrait-elle / la folie guerrière de toujours ? ». On y croise les « chevaux de bois de l’enfance » de la « ducasse », comme « le cri du marteau-piqueur / dans la houille qui hurle ». Car le monde et le cri, le jardin des Hespérides et la violence se côtoient et s’incarnent chez Kijno qui introduit ou retrouve « la chair et le sang dans la peinture ».
Une exposition est également visible jusqu’au 15 mars 2015 à la Fondation Maeght
(Les éditions du Littéraire 48 pages. 15 euros.)

Michel Baglin



Lire aussi :

« Balises », rencontre avec Kijno

« Aragon : la fin et la forme »

« Stèles lichens »

« Obscurément le cri »

« Poésie-réalité »

Les lectures de Lucien Wasselin 2014

Les lectures de Lucien Wasselin 2013

Les lectures de Lucien Wasselin 2012



jeudi 5 février 2015, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Lucien Wasselin

Né en 1945, Lucien Wasselin vit dans le Nord de la France. Poète, il collabore par ses articles et notes de lecture à plusieurs publications (revues, hebdomadaires...). Il fut chroniqueur à la revue de poésie Rétro-Viseur, membre des comités de rédaction d’Espaces Marx (où il tient la rubrique poésie), de Faîtes Entrer L’Infini (où il a publié plusieurs études), de La Revue Commune..
Il a coordonné des dossiers Ilse et Pierre Garnier, Max Alhau, Gérard Le Gouic et publié en revue des études sur Alin Anseeuw, Louis Aragon, René Crevel, Pierre Dhainaut, Eugène Guillevic, Ivar ch’Vavar, Léon Moussinac, Armand Olivennes, Jean Prévost...
Co-fondateur d’OrpailleuR-éditions en 1991 (livres d’artistes et estampes originales), il a participé à l’animation de cette structure jusqu’en 2007.



-2016 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0