Retour à l’accueil > Auteurs > GUENO, Jean-Noël > « Barbares à la barre du jour »

Jean-Noël Guéno

« Barbares à la barre du jour »

Une lecture de Lucien Wasselin

Beau titre : les barbares sont à la barre, la barbarie efface la lumière...



Jean-Noël Guéno accuse le monde. Mais ce n’est pas une indignation sans lendemain, c’est un témoignage à charge et l’histoire est convoquée ; dans la deuxième suite de la plaquette, « De la nuit du monde », mots et expressions réveillent les souvenirs : Soweto, Ouvéa, la corvée de bois (qui évoque la guerre d’Algérie et les exécutions sommaires des suspects arrêtés), les Folles de la place de Mai (qui évoquent la résistance des mères de « disparus »)... Le journal de guerre daté du 31/12/1990 à mars 1991 rappelle la guerre du Golfe et l’opération Tempête du désert. Les lecteurs ont de la mémoire, ils se souviennent de l’arme de la manifestation et des protestations.

Jean-Noël Guéno fait prendre conscience à son lecteur de la nécessité de changer le monde. Mais il évite le piège de mettre son poème au service d’une cause politique, aussi honorable soit-elle. Il se situe au-delà ou en-deçà. Dans un espace indéterminé où le savoir et même l’espoir sont fragmentés, d’où cette poésie volontiers éclatée. On ne sait plus très bien où se trouve le poème. Est-il dans ce pavé identifiable parce qu’on va à la ligne avant le bord de la page ? Ou dans ces bribes mises bout à bout où se mêlent vers et citations ? Ou encore dans l’éparpillement sur la page des mots issus de vers disloqués ? Les circonstances à l’origine des poèmes ou des textes sont dépassées, le passé est appelé à la rescousse. C’est ce qui donne toute sa force à cette plaquette. Le lecteur est confronté à l’inacceptable et doit faire effort pour comprendre de quoi il est précisément question dans les trois suites qui composent le recueil. On a parfois l’impression d’un monde vu aux actualités télévisées ou dans un vieux film documentaire. De là une efficacité rare, une distanciation certaine qui débouche sur la prise de conscience des moyens pour combattre la barbarie.

Car, plus que jamais, le temps est à la lutte. Et l’on se souvient du beau poème de Gabriel Celaya : « La poésie est une arme chargée de futur »...

Lucien Wasselin



Lire aussi :

Jean-Noël Guéno : « Rais de soleil dans l’hiver »

Jean-Noël Guéno : Quelques poèmes


vendredi 6 avril 2012, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page

Jean-Noël Guéno
« Barbares à la barre du jour »


Editions Gros textes, 64 p, 6 €.
Sur commande chez l’éditeur :
Fontfourane. 05380 Châteauroux-les-Alpes

Jean-Noël Guéno

Jean-Noël Guéno est né le 3 janvier 1955 à Saint Michel-Chef-Chef (44). Il est professeur de Lettres en Loire atlantique.
De 1980 à 2000, il fut co-animateur de la revue et des éditions « A Contre-Silence ». Depuis 1992 il anime « Moraines », une lettre aux amis en poésie, lettre actuellement en sommeil.

Publications

Parmi ses publications, on notera :

Tenures - Ed. A Contre-Silence (1985), Dessins de Cécile Nivet
En prise directe avec la Terre - Ed. A Contre-Silence (1989)
Vacances du cœur - Ed. A Contre-Silence (1996) Encres de Lewigue
Une courbe dans l’été - Ed. Alain Benoît (2000) Dessins de Pierre Cayol
Jean Rousselot, un poète à l’écoute des hommes et du monde Ed Info / Poésie (1985)
L’Etoile pour la faim (2004) Gros textes éd. Encres de Lewigue

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0