Jean Claude Pirotte

« Brouillard »

Dans ce livre, Jean Claude Pirotte semble mêler réalité et affabulation et il devient impossible de démêler le vrai du faux.



Le livre commence par une condamnation du réalisme, impossible selon Pirotte : « Le seul fait d’écrire dénature… » écrit-il. Suit une description du goût du narrateur pour les araignées. Suit encore une description de l’endroit où s’installe le narrateur à son retour de Florence après un mariage qui ne semble pas bien solide. Descriptions réalistes : comprenne qui pourra et le lecteur a intérêt à se méfier. Et il a raison, car il apprend quelques pages plus tard que le rivière ne coule pas comme le prétendait le narrateur : « Car ce modeste cours d’eau se dirigeait vers l’est. Je me suis trompé en le faisant sortir de cet éboulis de roches. Il y entre ».
Dès lors, le lecteur se prend à douter de tout, ce qu’écrit Jean Claude Pirotte semble mêler réalité et affabulation et il devient impossible de démêler le vrai du faux. Ou plutôt, on ne sait trop si cet ouvrage est autobiographique ou une fiction ou encore dans quelle mesure les deux genres se mélangent.
Dans le premier chapitre, on passe sans transition d’une évocation du passé (l’installation du narrateur dans ce petit village avec sa fille bébé) à l’évocation d’un présent, quelque cinquante années plus tard, où le même narrateur apprend qu’il est atteint d’un cancer (tout comme Pirotte). Le lecteur est désorienté. La suite est désinvolte, le livre ne suit aucune chronologie. Jean Claude Pirotte exploite des Carnets (réels ? imaginaires ?) sans que l’on sache si ces Carnets sont une commodité de l’auteur ou une invention du narrateur… Pirotte passe de juin 1957 à novembre 1956, à 1963 avant de revenir à janvier 1957… Et le roman se termine à la fin 1965 avec ces mots : « Mes carnets ne sont plus qu’un artifice ».
De cette désinvolture naît un rythme évocateur et une poésie prenante. Le lecteur est alors confronté à une histoire (passée) qui se déroule sous ses yeux, truffée d’allusions à la situation présente de Pirotte (sa maladie). L’essentiel est dans cette histoire qui se raconte avec ses références littéraires (des noms d’auteur comme André Dhôtel, Pierre Mac Orlan, Henri Thomas, Achille Chavée, Max Jacob, Robert Desnos, Benjamin Fondane… mais aussi des citations) qui mettent en lumière le goût de Pirotte pour les livres, la lecture et l’écriture.
Au lecteur alors de se débrouiller avec l’ensemble. « Les livres m’entourent et c’est la compagnie rêvée » écrit-il après avoir cité Henri Thomas et décrit ses habitudes à lui Pirotte. Jean Claude Pirotte passe aussi du coq à l’âne, mélange volontairement ses souvenirs pour en faire une page qui se tienne, un livre que traverse une nostalgie qui confine à la poésie. On pense bien sûr à l’étude de Pol Charles ( « Les légendes de Jean Claude Pirotte » , La Table ronde éditeur), on pense connaître Pirotte mais on n’en finit pas de le découvrir à chaque page…. Le « Brouillard » masque la vie !

Lucien Wasselin



LIRE AUSSI :

Jean-Claude Pirotte : DOSSIER
Jean-Claude Pirotte : Entre réel et légende(s). Portrait. (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Traverses » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Jours obscurs » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Portrait craché » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Brouillard » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Ajoie » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Gens sérieux s’abstenir » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « À Saint-Léger suis réfugié » (Georges Cathalo) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Place des Savanes » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Le Promenoir magique » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Passages des ombres » (Lucien Wasselin) Lire
Jean-Claude Pirotte : « Cette âme perdue » (Michel Baglin) Lire



jeudi 31 octobre 2013, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page



Jean Claude Pirotte
« Brouillard »

Le Cherche Midi éditeur
144 pages, 13,50€.





-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0