Retour à l’accueil > Auteurs > CHATARD Jean > « Clameurs du jour »

Jean Chatard

« Clameurs du jour »

"Clameurs du jour" paraît chez éditinter en cette fin 2014. Michel Baglin et Georges Cathalo l’ont lu.



JPEG - 28 ko
Jean Chatard : « Clameurs du jour ». Editinter poésie. 70 pages. 13 euros

« Et la mer se déchire un peu plus
dans ce pays défait où la mort incendie
le plus bleu du rivage

On ouvre le matin à petits gestes las
à petits gestes lents comme si le regard
s’habituait au monde

et l’on garde toujours une blessure au front. »


Une invention verbale et métaphorique qui se souvient du surréalisme (et ici d’Apollinaire) est toujours à l’œuvre dans la poésie de Jean Chatard et c’est plus que jamais le cas avec son dernier recueil, « Clameurs du jour » que publie Editinter.

Les longs poèmes de la premières partie ont une musicalité très travaillée tandis que la partie « Petits gestes singuliers » enchaîne de très courts poèmes, d’un seul vers parfois, qui tendent à l’aphorisme sans en être vraiment. Plutôt des flashes, des fulgurances : « Faire d’un homme entier un petit rien cassant » ou « Demain est cet oiseau perdu qui vole nos regards » ou « Sur chaque jour le jour se pose et chaque jour / la mort inscrit le nom discret d’une avenue » ou encore « A trop demander l’heure on se brise parfois » font vibrer le sens au bout de l’image énigmatique.
Des accents de détresse (« Maintenant l’aujourd’hui s’habille de clarté / et la peur à porter est un troublant manteau / qui protège du froid et de l’espoir / peut-être  »), de révolte, de « peurs masquées », de nostalgie, de déréliction (« Vivre après tout est-ce bien légitime ») traversent l’ensemble de ce livre, même si la voix redevient plus ample et cadencé, comme un chant cherchant l’harmonie, dans la dernière partie intitulée « Les folies » pour ce clore sur le mystère d’un « Écoutez rire vos terreurs » en guise de dernier vers.

Michel Baglin



Une lecture de Georges Cathalo

Bien plus que les clameurs du jour, c’est la petite musique de Jean Chatard que l’on a toujours plaisir à entendre. La sensation de bien-être qu’elle procure au rythme régulier d’alexandrins à peine masqués rappelle le mouvement des marées. Voyageur au long cours, ce bourlingueur a posé son havresac à terre depuis de longues années mais il n’en demeure pas moins marin dans l’âme, lui qui ne sait plus « compter les vagues rescapées ». A l’écoute du moindre bruit ou du tumulte quotidien, il « regarde passer les ombres du silence » car « c’est le silence désormais qui vrille les regards ». Il n’a pas le temps de se laisser endormir par une insidieuse mélancolie que le voilà déjà reparti pour de nouveaux périples maritimes et terrestres, imaginaires ou réels. Il y a chez lui une force vitale qui transcende les aléas de la vie, une solide envie de bonheur, ce bonheur qui « est peut-être cette blessure au front / qui courbe les sourciers et démâte l’ennui ». Ce déchirement originel et cet écartèlement irréparable sont lisibles au fil des poèmes : « J’ai un pied sur la rive un autre / au bois dormant ». Le livre s’achève sur Les folies, une série de neuf poèmes où Chatard donne libre cours à sa foisonnante imagination, où les images se télescopent pour alimenter « la force de survie avec le / chant pour sauver l’heure encore ou le présent ». Avec lui, le poète se donne des ailes pour « dompter l’arc-en-ciel »  : c’est ce que l’on souhaite à chacun de ses lecteurs.

(Jean Chatard : Les clameurs du jour (Éditinter éd., 2014), 70 pages, 13 euros -
B.P. 15 – 91450 Soisy-sur-Seine ou contact@editinter.fr)



Lire aussi :

« Sous le couvercle de la nuit »

« Les archives de la nuit », une anthologie

« Clameurs du jour »

« Dites-moi à quelle heure… »

« Et toute la plage s’effondre, tu sais bien »

Jean Chatard, Un revuiste au long cours

Jean-Claude Tardif & Jean Chatard : « Choisir l’été »



mercredi 17 décembre 2014

Remonter en haut de la page



Jean Chatard, marin, poète et revuiste

Jean Chatard est né le 12 février 1934 dans le Bordelais, à Sainte-Terre, entre les vignobles de Saint-Émilion et Saint-Michel de Montaigne, sur les bords de la Dordogne..
Nourri d’histoires de pirates et de flibustiers durant son enfance, il entre à 15 ans à l’École des Pupilles de la Marine, à 16 ans à l’École des Mousses et signe un engagement de cinq ans dans la Marine Nationale. Divers voyages, tant sur le voilier l’Étoile que sur le cuirassé Richelieu. Séjour de plus de deux ans à la "Marine aux Antilles".
À 22 ans, il quitte la Marine et entre dans les Transports parisiens pour y demeurer jusqu’à la retraite. Il se retire alors en Normandie.
Parallèlement, Jean Chatard s’est investi pleinement dans le domaine poétique avec l’ami des bons et des mauvais jours, Robert Momeux, avec lequel il fonde en 1965 "Le Puits de l’Ermite", aventure qui aboutit à un numéro spécial Raymond Roussel (repris par la revue de J.J. Pauvert Bizarre), puis à un numéro spécial : Domaine poétique international du Surréalisme (n° 29 — 30 — 31) de la revue "Le puits de l’Ermite", préfacé par Philippe Soupault. Puis il fonde "Soleil des loups" (24 numéros parus), avec la complicité de Michel Héroult et de Jean-Claude Roulet, puis de Jacques Simonomis.
Il a rédigé des centaines de notes de lecture et collabore à une vingtaine de revues par le biais de portraits, de chroniques, de compte-rendus, etc. Il est par ailleurs traduit en allemand, anglais, arabe, espagnol, polonais, portugais, roumain. Les peintres et illustrateurs Gabrielle Rigo, Charles Bézie, Hélène Roy, Claudine Goux, Patrick Guallino, Michel-François Lavaur, Cercl. D’Arganthe, Gérard Sendrey, Claude Caumel, Philippe G. Brahy, lui firent le plaisir d’illustrer ses textes.
Lors de fréquents voyages au Québec, il a travaillé avec la peintre Hélène Roy et en Europe essentiellement avec Claudine Goux. De 1967 à 2010, il a publié une quarantaine de recueils ainsi qu’une anthologie "Les archives de la nuit" (éditions de l’Arbre à paroles).
On lira également avec intérêt le n° 173 de la revue de Michel-François Lavaur, "Traces" (" spécial Jean Chatard ").



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0