Retour à l’accueil > Auteurs > LEUCKX Philippe > « D’obscures rumeurs »

Philippe Leuckx

« D’obscures rumeurs »



JPEG - 27.9 ko
(70 pages. 12 euros. Ed. Petra)

Il y a dans les poèmes de Philippe Leuckx d’obscures rumeurs de mélancolie portées par l’imparfait. Des pluies (« la pluie révèle »), des talus, des chemins de fer et bien des trains qui vous ramènent des territoires de l’enfance et vous emportent vers d’autres solitudes. Si vous voulez qu’une ville veuille un peu de vous, vous fasse un peu de place, nous dit l’auteur, « vous irez de vous-même vous égarer dans ses gares ». J’en suis bien d’accord, ce sont des lieux où les horizons se rapprochent et les rêves se trahissent… Et Philippe Leuckx est un flâneur des villes (Rome, Porto, Prague…) et des champs, qui accepte d’être « surpris d’un rien » et instaure avec le monde une distance presque amusée, ou désabusée, quand « la douleur dans sa niche » semble vouloir se faire oublier un moment. Quand sa « rêverie passe à d’autres éloignements ».

Cet « éloignement » est tout de pudeur, de retenue, d’écriture fine et déliée ; il dit comme on s’emploie à « défaire les nœuds qui embrouillent le cœur ». Il éclaire l’âpre monde d’une « lumière un peu assourdie », celle même qui baigne cette poésie, jouant de nos « cordes obscures » et sensibles.
On n’est pas ici dans l’errance mais dans l’incertitude, « comme quelqu’un qui cherche à voir un peu plus clair en lui » et qui sait que « pour un rien on se tromperait de vie ». Pas de très loin sans doute de chez Hardellet, écrivain qui l’enchante, On ne sait pas exactement où l’on va, on explore et furète, mais on garde « le poème au travers de la gorge / comme éteignoir des peurs ».

Michel Baglin



Lire aussi :

Philippe Leuckx : DOSSIER
Philippe Leuckx : « D’obscures rumeurs » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Les ruelles montent vers la nuit » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Effeuillement des choses vers les confins » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Lumière nomade » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Carnets de Ranggen ». (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Selon le fleuve et la lumière » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Quelques mains de poèmes » (Michel Baglin) Lire
Philippe Leuckx : « Rome à la place de ton nom » (Michel Baglin) Lire



samedi 20 mai 2017, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Lire aussi :

Lectures de Philippe Leuckx 2017

Lectures de Philippe Leuckx 2016

Lectures de Philippe Leuckx 2015

Les critiques de Philippe Leuckx (2014)

Les critiques de Philippe Leuckx (2013)



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0