Retour à l’accueil > Auteurs > LEROUX Marilyse > D’un livre l’autre

Marilyse Leroux

D’un livre l’autre

Marilyse Leroux, née à Vannes en 1955, éditée depuis les années 80 en revues, recueils et anthologies, elle écrit principalement de la poésie, mais aussi des nouvelles. Elle est également critique et Texture est heureuse de publier ses articles.



Anise Koltz : « Somnambule du jour

JPEG - 20.4 ko
Collection Poésie/Gallimard (n° 506) 256 pages. 7.90 euros

Sous ce beau titre « Somnambule du jour », emprunté à un vers de Galaxies intérieures, c’est la voix singulière d’Anise Koltz qui nous est donnée, poète luxembourgeoise d’expression française, née en 1928. Après un avant-propos de l’auteur elle-même sous la bannière Dieu est mort, finis, fleurs et petits oiseaux (titre ô combien parlant), se succède un choix de poèmes extraits de dix-huit recueils, depuis Le cirque du soleil publié en version bilingue allemand-français en 1966 par Pierre Seghers jusqu’à Un monde de pierres paru chez Arfuyen en 2015. Textes pour la plupart écrits à la première personne. Ainsi, c’est toute une vie de poésie que le lecteur peut appréhender, dans le labyrinthe des mots qui « s’évaporent / sans éclaircir le monde », libre à lui ensuite de refaire le chemin, pas à pas et de lutter à sa manière avec la parole qui « refuse de se laisser appâter » sous l’écriture si têtue soit-elle.
On reconnaîtra la voix concise, déterminée et mordante d’Anise Koltz qui fuit toute fioriture, toute béquille idéologique ou métaphysique stérile. Il s’agit ici d’une parole aiguisée, sans concession, qui s’apparente à une lame, à un fil tendu, parfois à l’extrême. D’une poésie qui ne se berce pas d’illusions, de faux-semblants tant la condition humaine semble dérisoire au regard du néant qui la borne. Parmi « les pierres et les oiseaux morts », c’est un ange déchu qui nous fait face, Dieu, ce « sourd-muet », ou son fils, sont tout juste bons à jeter au feu, ils ne nous sont d’aucun recours et ne méritent que notre refus. « L’immortalité est dans cette vie tant que nous la vivons », inutile de nous encombrer, de nous leurrer. La mort, dès notre conception, est notre donnée et nous laisse sans réponse ni solution « […] Chaque parole / parlée ou écrite / contient notre mortalité. »
Anise Koltz, avec son « cri d’épervier », lutte pied à pied avec ses souvenirs, ceux de sa mère notamment qui a « sucé la moelle » de sa « colonne dorsale », une « femme étrangère / partie / dans l’autre direction  ». Avec la mort qui avance ses pions « Toute ma vie / n’a été qu’un dialogue / avec la mort ». Avec l’amour, ces tensions entre amants « qui traînent avec eux leur piège » tels des « animaux captifs », avec le dialogue interrompu qui la relie par-delà le temps à son époux René trop tôt disparu. Enfin avec l’écriture elle-même, cette « muraille de l’alphabet », qui reste combat, guérilla, insatisfaction, défaite puisqu’elle ne va « nulle part, pas même à la mort ».
Si ce constat lucide et incisif peut nous paraître très noir tel un sang au « rhésus négatif », si notre choix se réduit à une bascule entre hauteurs et précipices, si « tout est faux dans sa vérité », le propos n’en est pas moins empreint de rage et de révolte. Nous pouvons être conscients de « la pesanteur qui « nous cloue par terre », de la fausse liberté, des tourments, des mensonges, des « mirages du quotidien », nous pouvons éprouver sans cesse cette sensation d’être accroché au monde avec une simple « épingle de sûreté », nous pouvons dénombrer les milliers de morts qui craquent sous nos pas, mais nous pouvons garder, chevillée au corps, la volonté de réinventer « la fiction » de notre existence, de réécrire « la réalité factice du monde », de revivre nos « identités multiples » dans l’acceptation de ce que nous sommes : l’humble part d’un tout qui nous traverse, telles des « galaxies intérieures ». Anise Koltz, forte de son âge, nous le dit : « le monde entier » est inscrit « dans nos paumes », temps, histoire et espace. Le silence à faire sien pour appréhender cette réalité fait partie de l’équation, une équation toutefois « qui reste à démontrer. »
Vie et mort sont donc contenus dans ces poèmes « somnambules  » qui avancent dans un monde « démuni de sens », « yeux fermés » sans code ni repères ni retour. Ils nous disent le défi de vivre sous haute tension, sur l’arc électrique du poème, hors artifice, irrémédiablement seuls dans la nuit commune.« Ajouter une terre à la terre  » plutôt qu’un ciel au ciel, voilà à quoi l’homme ferait mieux de s’atteler avant de retourner au néant d’où il vient. Il sera toujours temps de partir puisqu’on n’arrive nulle part.

(Anise Koltz : « Somnambule du jour », Poèmes choisis, Poésie/Gallimard, décembre 2015.)


Lire aussi l’article de Michel Baglin



Katherine L. Battaiellie : « La robe de mariée »

L’ouvrage issu de la collection livrets d’arts des éditions Marguerite Waknine, se présente comme un fascicule d’une cinquantaine de pages A4, pliées, non cousues, et s’ouvre en son milieu sur une œuvre très célèbre de l’art brut : la robe de mariée créée par Marguerite Sir, alias Marguerite Sirvins, née en Lozère en 1890. Cette robe, remarquée par Jean Dubuffet, est aujourd’hui exposée au Musée de Lausanne en Suisse.
Marguerite Sirvins, modiste de son métier qui aimait la vie et ses plaisirs, fut internée à l’âge de quarante et un ans pour troubles schizophréniques à l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban, un établissement de triste réputation. Elle y resta jusqu’à la fin de sa vie en 1957. Elle pratiquera dans cet asile l’aquarelle, le dessin ainsi que la broderie, en utilisant des morceaux de chiffons tissés à des soies de couleur, à des fils de laine qu’elle tirait de vieux chiffons. Elle travaillait d’instinct sans modèle ni esquisse. En proie à des hallucinations et à des délires paranoïaques de plus en plus fréquents, elle mit un terme à ses activités artistiques en 1955. Toutefois la créatrice entama dans les dernières années de sa vie son grand œuvre : nourrie d’un rêve impossible, d’une quête quasi mystique, elle se mit à confectionner une robe pour ses futures noces selon la technique du point de crochet, avec pour simples outils des aiguilles à coudre et du fil issu de draps usagés. Un tour de force, de volonté et de patience, d’une finesse incroyable qui nous bouleverse par sa beauté et son contexte de création.
Le projet de l’auteur Katherine L. Battaiellie est ici de nous donner à entendre les pensées intimes de Marguerite Sir dans une sorte de monologue intérieur, un flux continu de conscience (d’où l’absence de ponctuation et les libertés grammaticales) avec ses dérives, ses égarements, ses rêves improbables. On entre au plus près de son esprit, de son âme, on écoute les voix qui l’habitent. On reste là, à ses côtés, à la regarder penchée sur son ouvrage, repliée sur son rêve, sur cette certitude inébranlable : son Amour, tel le Messie, viendra la chercher, l’emmènera dans sa maison et ce sera le Paradis : « avec ma robe je vais à une nouvelle vie qui sera ma vraie vie ». Sa vision idéalisée de l’amour et du mariage n’en est pas moins très concrète, très charnelle, d’où l’effet encore plus troublant sur le lecteur.
Au fil des pensées de Marguerite, on se fait une idée assez claire de l’arrière-plan terrible qui présida à cette création majeure de l’art brut : le plus grand dénuement moral, affectif et matériel, le froid, la faim, les moqueries, les harcèlements, les cris, les délires hallucinatoires, l’absence de soins… Et on s’étonne que, dans cette détresse sans nom, rien ne parvînt à la détourner de son projet. La robe de fête fut brodée jusqu’à son dernier bouton. Un vêtement tout en dentelle qui tenait des nids d’oiseaux, un subtil montré/caché qui ne fut jamais porté, jamais étreint par des bras aimants. Le mannequin sans tête qu’habille aujourd’hui la robe au musée de Lausanne semble matérialiser le corps absent de Marguerite, la vie qui lui fut volée par la maladie et l’enfermement.
Outre le point de vue interne très poignant adopté par l’auteur, ce qui nous touche dans ce destin hors du commun, c’est la recherche forcenée du bonheur, cette croyance absolue en l’Amour que rien ne peut contredire, et surtout pas les réalités immédiates pourtant bien prégnantes. Coudre cette robe pour Marguerite, c’est retisser les fils de sa vie, c’est remailler le vide qui l’habite, c’est sublimer sa détresse envers et contre tout, avec le peu qu’elle a sous la main. Humblement, patiemment. Non elle ne sombrera pas dans ce mouroir, elle vivra, survivra, autrement. Elle défiera le temps, la raison, existera enfin en remplissant sa vie de milliers de petits trous. Maîtrisant le fil de son existence à la seule pointe de son aiguille, elle donnera une forme à son corps de femme jusque-là inutile, elle s’accrochera comme elle peut à ce qu’elle sent vibrer en elle. Marguerite ou la création patiente et obstinée, le rêve plus fort que la réalité. Un chas d’aiguille plus grand que la souffrance.
Katherine L. Bataiellie réussit, dans ce très beau texte, à nous transmettre avec finesse, sensibilité et réalisme la part artistique, infiniment poétique de Marguerite Sir, qui nous donne une leçon de vie essentielle : ne pas désespérer, jamais, continuer à faire, à croire à la beauté, quoi qu’il arrive, « pour toute l’étendue du temps devant nous ». Y a-t-il une autre exigence à l’art ?

(« Katherine L. Battaiellie : « La robe de mariée ». Éditions Marguerite Waknine, collection livrets d’art, novembre 2015, 9 euros.)



Gilles Verdet : « Fausses routes »

Si le texte, comme nous le rappelle l’étymologie, est un tissu et la nouvelle un tissage bien particulier, Gilles Verdet est un maître qui tire avec brio les fils de sa trame narrative. On reste admiratif devant l’habileté de sa construction en écho et les perspectives qu’ouvre le croisement des récits.
Lire ici

Marilyse Leroux



Lire aussi :

« Grand A, petit m »

« Le temps d’ici »

Les notes critiques de Marilyse Leroux



vendredi 8 janvier 2016

Remonter en haut de la page



Marilyse Leroux

Marilyse Leroux est une poète et écrivain français, née en 1955 à Vannes, en Bretagne. Éditée depuis les années 80 en revues, recueils et anthologies, elle écrit des poèmes en vers et en prose, des chansons d’inspiration diverse, des nouvelles, des récits humoristiques, des jeux de langage, l’écriture pour elle ne connaissant pas de frontières.
Elle est membre de Donner à voir depuis 1986 et de l’Association des Écrivains Bretons. Elle anime depuis 1976 des ateliers d’écriture en poésie et en prose auprès de jeunes et d’adultes.
Ses poèmes ont été publiés dans plusieurs revues et anthologies (Donner à voir, Spered Gouez, Retroviseur, Décharge, Interventions à Haute Voix…) On peut retrouver ses nouvelles sur le site d’Harfang, dans les revues Kahel, Carré, etc.

Principaux recueils :

« Grand A, petit, m », nouvelles, (Stéphane Batigne éditeur, 2016).
« Le Bigre Bang, les Mystères de la Création », co-écrit avec Alain Kewes,(éditions Gros Textes, Les Tilleuls du Square, 2015).
« Blanc bleu », nouvelle, (Editions Rhubarbe, 2014). .
« Le temps d’ici » (Editions Rhubarbe, février 2013), extraits publiés dans Poètes de Bretagne, La Table Ronde 2008)
« Manoli, ciel et feu », inédit , automne 2011.
« Quelques roses pour ton jardin », (Atelier de Groutel 2011, collection « Choisi »).
« Le fil des jours » (Donner à Voir 2007)
« Grains de lumière » (L’épi de seigle, 1999)
« Herbes » (Donner à Voir, 1995)

Certains de ses poèmes ont été traduits en allemand par Rüdiger Fischer dans l’anthologie « Le temps de vivre, 21 poètes de Bretagne », éditions En forêt, Allemagne 2010.



Jacques Morin : « J’écris »

Une anthologie de textes critiques par Christian Degoutte. Qu’est-ce que qui distingue une petite revue d’une grande ? Quelle limite entre le recueil et la revue de poésie ? Qu’est-ce qu’un grand et bon poète ? Sur quoi repose le génie ? Où se lit la poésie ? Dans quel sens a-t-elle évolué ? Autant de questions auxquelles répond Jacques Morin, alias Jacmo , « l’infatigable animateur » de la revue Décharge dans son livre-témoignage « J’écris ». Lire ici.



Vénus Khoury-Ghata : « Les mots étaient des loups »

Vénus Khoury Ghata, poète, romancière, traductrice, critique littéraire, née au Liban, vivant en France depuis quarante ans, méritait bien son entrée dans la fameuse collection de poche Poésie/Gallimard. Détentrice de plusieurs prix importants, Vénus Khoury-Ghata est une signature féminine incontournable parmi les grands noms de la littérature francophone contemporaine. L’anthologie poétique « Les mots étaient des loups » présente des poèmes extraits de ses œuvres majeures : « Quelle est la nuit parmi les nuits », « Les Obscurcis », « Où vont les arbres » et « Le Livre des suppliques ». Lire ici



Adeline Baldacchino : « Michel Onfray ou l’intuition du monde »

« Un Michel Onfray peut en cacher un autre », c’est ce que s’attache à montrer Adeline Baldacchino dans son essai-manifeste, « Michel Onfray ou l’intuition du monde » paru en janvier aux éditions Le Passeur. Marilyse Leroux l’a lu.Voir ici.



Jacques François Piquet : : « Vers la mer »

Un livre d’amour et d’adieu, qu’a beaucoup apprécié Marilyse Leroux.
Lire ici



Jean-Pierre Siméon : « La poésie sauvera le monde »

La poésie sauvera le monde, il faut s’appeler Jean-Pierre Siméon pour oser une telle assertion aujourd’hui. Mais fi du bâton donné pour se faire battre, fi du soupçon de naïveté et d’idéalisme, l’homme en a vu d’autres au pays des « antipoètes ».

Lire ici.



-2016 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0