Retour à l’accueil > Auteurs > ROUANET Marie > « Du côté des hommes »

Marie Rouanet

« Du côté des hommes »

« Du côté des hommes », publié en 2001, est le pendant de « Nous les filles » paru en 1990, et qui fut le best-seller de Marie-Rouanet. Avec la même précision de l’ethnologue, elle se penche sur l’univers masculin, qu’elle ausculte avec un peu d’ironie et beaucoup de tendresse.



Les pages d’ouverture qui font revivre le père de l’auteure et les souvenirs des odeurs qui l’accompagnaient, celle du garagiste et celle du chasseur, donne le ton d’un livre où tous les sens sont en éveil. Il s’agit bien d’un essai tentant de cerner les us et coutumes des hommes dans leur quotidien le plus prosaïque mais aussi symbolique. Un essai incarné cependant, à la manière de l’auteure qui se sert du concret parfois le plus trivial pour nous faire toucher du doigt ce qui fait sens dans la geste journalière.

Marie Rouanet a moult fois montré à travers ses ouvrages qu’elle savait revendiquer pour les femmes une identité souveraine, elle sait aussi rendre aux hommes leur part. Parce qu’elle a su les observer, les écouter, et sous la cuirasse du guerrier deviner la faiblesse de l’humain incertain de sa place et de son rôle. Chaque sexe selon elle a son univers, sa « royauté », celui du dedans pour la femme, de l’extérieur pour l’homme, sans qu’on puisse bien sûr les réduire à la domesticité pour l’une, à l’aventure pour l’autre. Marie Rouanet n’est pas plus conformiste dans ses approches des « genres » qu’elle n’est féministe ! Elle observe, rapporte sans préjugé aucun et, d’une certaine manière, célèbre par sa langue superbe, les êtres qu’elle met en scène.

Car il s’agit bien d’une écriture de romancière qui est à l’œuvre quand, par exemple, elle analyse ce qui se joue dans les traditions parfois brutales des carnavals qu’elle a étudiés. Dans le refuge des bistrots où les hommes s’inventent leur monde, dans l’échappée vers les stades, la chasse, la pêche ou la pétanque, ou encore l’engagement dans les activités dangereuses comme celle des pompiers volontaires. Ou quand elle se penche sur la rencontre des corps et les enjeux de l’amour physique. Où d’autres ne verraient qu’habitudes ou manies, elle repère des rituels, de ceux qui aident à se construire ou à se défendre.

Longtemps mariée (aujourd’hui veuve d’Yves Rouquette), mère de deux fils, Marie Rouanet sait faire la part des choses. « J’ai appris à refuser d’être la Marie des Nativités qui n’a d’yeux que pour l’enfant, néglige le père et le renvoie, hirsute, derrière les limites qu’il ne doit pas franchir. »

Elle sait que l’homme a bien du mal à trouver sa place : « On l’a déjà mis dehors, lui, Joseph, mais avec lui tous les hommes : dehors de la mère, dehors de la maison maternelle à l’âge d’homme, dehors dans celle de la femme, dehors à la naissance de ses propres enfants. C’est bien ce rôle du père que personne ne voulait tenir quand nous jouions à la maman parce qu’il n’y avait rien d’intéressant à faire ».

Marie, on l’aura compris, est heureuse d’être femme et le dit avec bonheur. Mais loin de mépriser la gente masculine, elle la dévoile dans ses défauts et ses mérites et, surtout, ses moindres recoins.

Michel Baglin



LIRE AUSSI :

Marie Rouanet : DOSSIER
Marie Rouanet : « Nous les filles ». Portrait (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Territoires sonores » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Arrière-boutique et autres textes » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Mauvaises nouvelles de la chair » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Du côté des hommes » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Il a neigé cette nuit » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet & Éric Teissèdre : « Mon rouge Rougier » (Jacques Ibanès) Lire
Marie Rouanet : « Murmures pour Jean Hugo » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Année blanche » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Enfantine » en six nouvelles » (Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « L’Arpenteur » Michel Baglin) Lire
Marie Rouanet : « Des femmes » (Michel Baglin) Lire



samedi 26 août 2017, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Marie Rouanet

JPEG - 62.3 ko
Photo Guy Bernot

Marie Rouanet (Maria Roanet), est née en 1936, à Béziers d’un père mécanicien. Après l’École normale, elle écrit ses premiers récits en occitan tout en menant parallèlement une carrière de chanteuse et auteur compositeur en langue d’Oc. Elle devient en 1976 déléguée au patrimoine à la mairie de Béziers. C’est en 1990, qu’elle publie son grand succès, « Nous les filles » , où elle raconte son enfance.
Bien des ouvrages ont paru depuis, toujours remarqués. Notamment « La marche lente des glaciers », une réflexion sur le vieillissement, « Les Enfants du bagne » sur l’enfance maltraitée, ou plus récemment « Luxueuse austérité » . Elle a également consacré de succulents livres à la cuisine dont « Mémoires du gout » .
Elle réside aujourd’hui en Aveyron où elle vécut avec son mari, l’écrivain et poète Yves Rouquette, décédé en janvier 2015.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0