Retour à l’accueil > Auteurs > LAMBERSY, Werner > « Hommage à Calder »

Werner Lambersy

« Hommage à Calder »

A l’instar d’une œuvre de Calder, la poésie de Werner lambersy équilibre les forces contraires dans un seul mouvement, la légèreté en apanage...



JPEG - 37.7 ko
Editions Rhubarbe, mars 2017, 84 pages, 8 euros.

Qui ne connaît les mobiles de Calder, régis par des principes de physique très simples de mise en tension des éléments ? Légers, graciles, ils s’animent d’un simple toucher de la main ou de l’air. Suspendus, ils s’affranchissent de tout lien terrestre pour tourner libres « dans le grand espace », le cosmos, cher au sculpteur américain comme au poète.
Cette mise sous tension permanente des éléments est aussi celle de tout artiste qui tire son mouvement vital, sa gravité astrale de l’équilibre instable − mais vivant − de forces contradictoires : l’amour/la mort, la sérénité/la violence, la gravité/la légèreté, le présent/le passé, les laideurs de l’époque/ la beauté du monde. On retrouvera cette dualité jusque dans l’évocation de la naissance du poète : « 1941 / l’automne / où je suis né / fut un grand / millésime de sang dans la mémoire des papillons ».
A l’instar d’une œuvre de Calder, la poésie équilibre les forces contraires dans un seul mouvement, la légèreté en apanage. Le texte, long fil fin et vertical, tendu entre ses marges, bouge tel un mobile au gré des jours, des événements, des humeurs dans une continuité de vie à laquelle le poète se donne tout entier, corps, âme et esprit. Et quand il paye, c’est toujours « rubis sur l’ongle ». (À ce propos, noter que le précédent recueil Rubis sur l’ongle, paru chez Hermaphrodite en 2005, était une version beaucoup plus étendue de cet ensemble dont plusieurs textes ont été remaniés.)
Outre cette recherche d’équilibre, on retrouvera dès les premières pages du recueil les trois couleurs emblématiques des constructivistes russes : le noir, celui d’une nuit sur un tarmac ou de myrtilles « un peu d’encre au bout des doigts », le rouge du soleil et de « son sexe / ras / d’accouchée / dans un lit / d’hôpital », le blanc d’un « néon / qui vide son dentifrice / sur la chaussée »… Les images, originales, inattendues, incisives souvent, balancent entre concret et abstrait : « II neige / et ton âme / est neuve / comme / l’ouvre-boîte / électrique / que tu viens / d’acheter ». S’il est ici un maître mot de vie et de poésie, c’est le désir qui porte à aimer toujours car « il n’y aura que nous / pour s’occuper de nous », pour « emplir d’étoiles la nuit de / l’épiderme », rien que nous pour lier nos fils de solitude et d’absence au mobile qui tourne au-dessus de nos têtes : « L’oiseau sans / pattes / du poème qui / ne peut / que battre des / ailes / et pas se poser. »
Sur le grand cirque de la vie, le poète, ce « pique-assiette de l’infini » seul avec « la caisse à outils / de sa conscience » et sa « famine sans espoir » laisse parler sa « part sauvage / avec un fort désir de femmes et de vins ». Sa poésie se fait sensuelle, charnelle, cosmique. Quelle femme ne rêverait de recevoir pareille déclaration d’amour ? « Jamais / les fenêtres / du monde / ne furent / plus largement / ouvertes / sur l’horizon / un aussi / vaste / et fastueux / frisson… Jamais / l’univers ne fut / un corps / aussi profond / que le tien. » On reconnaît là la langue hautement désirante et toujours renouvelée de Werner Lambersy qui sait allier sobriété et émotion, spécialement dans l’évocation de son fils, de sa mère ou de la femme aimée.
On appréciera à d’autres moments les notes d’humour et de dérision qui montrent que le poète n’est dupe de rien. Ne pas avoir d’illusions permet de vivre pleinement le présent et de continuer à goûter « la matière manquante de l’âme / qui est toujours là ».

Marilyse Leroux


jeudi 1er juin 2017, par Marilyse Leroux

Remonter en haut de la page



Werner Lambersy

Né à Anvers en 1941, il vit actuellement à Paris, où il a été chargé de la promotion et de la diffusion de la poésie francophone de Belgique jusqu’à sa retraite. Son œuvre importante, riche d’une quarantaine d’ouvrages et distinguée par de nombreux prix, lui vaut d’être considéré comme une voix majeure de la littérature francophone.
Pour découvrir son portrait et quelques notes de lectures, cliquer ici.



Lire aussi :


Werner Lambersy : DOSSIER
Werner Lambersy : Ecrire pour tuer le père. Portrait. (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Hommage à Calder » (Marilyse Leroux) Lire
Werner Lambersy : « La dent tombée de Montaigne » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy & Jean-Louis Millet : « De brins et de bribes » (Jacques Ibanès) Lire
Werner Lambersy : « Conversations à l’intérieur d’un mur » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Érosion du silence » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Petits Rituels sacrilèges » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Achill Island note book » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : Un hommage à Jacques Zabor (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy & Jean-Pol Stercq : « Tirages de têtes » (Michel Baglin) Lire



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0