Retour à l’accueil > Auteurs > GARNIER Pierre > Hommage de Lucien Wasselin et dernier recueil

Pierre Garnier

Hommage de Lucien Wasselin
et dernier recueil

Lucien Wasselin consacre une étude a son ami récemment disparu : « Le temps, la lumière éternelle » . Les éditions L’herbe qui tremble, qui s’attachent à faire lire et entendre l’œuvre de Pierre Garnier, publient son dernier recueil, dont le poète a lui-même dirigé l’édition avant sa mort, sous le titre « Le sable doux »



Pierre Garnier a disparu le 1er février 2014. Lucien Wasselin, qui avait beaucoup écrit sur son œuvre et le « spatialisme », a entrepris une compilation de ses études. Elle paraît, sous le titre « Le temps, la lumière éternelle » aux éditions L’herbe qui tremble (120 pages. 14 euros). Elle est suivie de « Saisseval les hortillonnages », suite de 100 nanopoèmes écrits par Lucien Wasselin en hommage à son ami Pierre Garnier, autour de la figure du cercle. (Voir le dossier sur Pierre Garnier, ici)

Rappelons que jusqu’en 1963, Pierre Garnier écrit dans l’influence de l’École de Rochefort, ensuite, sa poésie ne célèbre plus mais doute et interroge. Il invente avec sa femme, Ilse, le spatialisme où une figure (géométrique ou symbolique) suscite diverses légendes. Leur juxtaposition crée les résonances et la vibration du poème. Il définit ainsi son travail : « Les poèmes spatiaux sont des rencontres, non fortuites, mais voulues par le moi lyrique, entre une figure simpliste et un mot de façon à provoquer un éclair, chez le lecteur - parfois une lueur, parfois une lumière durable ».
Lucien Wasselin dans ses articles évoque les différentes périodes d’une œuvre marquée par la dualité, l’engagement communiste du poète de Saisseval, son attachement d’homme du Nord au picard, ses relations avec Aragon, son rapport au matérialisme, à la spiritualité, à l’écologie, et son travail en collaboration avec son épouse.

Dernier recueil
Dans le même temps, les éditions L’herbe qui tremble, qui s’attachent à faire lire et entendre l’œuvre de Pierre Garnier, publient son dernier recueil, dont le poète a lui-même dirigé l’édition avant sa mort, sous le titre « Le sable doux » et sous–titré « (Cahier d’écolier) poèmes visuels aux longs prolongements ». Cette belle édition (348 pages. 28 euros) mêle les poèmes spatiaux et les poèmes linéaires et se clôt sur les « Poèmes de Saisseval » publiés dans les années 1990, où l’enfance est très prégnante à travers la grand-mère, les bêtes, la campagne, les objets rustiques, la mer, etc.
Les poèmes spatiaux y tiennent une grande part autour de diverses figures, très simples. Comme toujours, la rencontre mêlant à la fois l’objectif et le subjectif, tantôt opère et tantôt n’opère pas. Mais quand les correspondances s’éveillent, que les analogies se révèlent, la polysémie se resserre, le sens se cristallise dans l’étonnement et la poésie, en effet, s’épanouit dans les « longs prolongements ».
Je ne veux pas non plus passer sous silence l’humour, qui y est comme une forme de lumière baignant les évocations : « le jardin du presbytère n’a pas changé / il a toujours son mur au toit d’ardoise / derrière lequel Dieu passe chaque matin / pour aller au travail ».

Michel Baglin



lire aussi :

« Le Sable doux »

Hommage de Lucien Wasselin et dernier recueil

« La Forêt »

« Christianisme »

« Le promeneur de Saisseval  » et « Merveilles »



jeudi 28 mai 2015, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page

Un poète majeur

Pierre Garnier est né en 1928 à Amiens dans la Somme où il vit toujours, à l’ouest de la capitale picarde, dans un ancien presbytère qu’il a recyclé en maison où la poésie et les oiseaux règnent… Il a fait des études universitaires de germaniste en France et en Allemagne où il a rencontré Ilse qui deviendra son épouse, par ailleurs aussi poète. Si sa poésie se situe d’abord dans la lignée de l’Ecole de Rochefort, dès les années 60 il s’en éloigne pour fonder avec Ilse, le spatialisme, un mouvement international qui va révolutionner la poésie, ce qui ne l’empêche pas d’écrire en picard. Il a traduit plusieurs auteurs allemands en français…
Des thèses de doctorat lui ont été consacrées en France mais aussi à l’étranger. Citons celle de Martial Lengellé, L’Œuvre poétique de Pierre Garnier, soutenue en 2001.
Plusieurs colloques universitaires lui ont été également consacrés dont le dernier en date (2008), Pierre et Ilse Garnier : la poésie au carrefour des langues, à l’université de Picardie Jules Verne.
Lucien Wasselin a été à l’origine d’un dossier sur la polémique L Aragon/P Garnier publié dans le n° 31 de la revue Faites Entrer L’Infini (2005).
Plusieurs anthologies des poèmes spatialistes de Pierre (et d’Ilse) Garnier ont été publiées…
La bibliographie de Pierre Garnier (plus de 100 titres) ne peut être reproduite sur le site de revue-texture, d’autant plus qu’elle augmente régulièrement… Nous renvoyons donc nos lecteurs à l’article Pierre Garnier sur Wikipédia.

Les Œuvres Poétiques de Pierre Garnier sont en cours de publication aux éditions des Vanneaux. Trois tomes parus à ce jour :
Tome 1, 1950-1968, préface de Lucien Wasselin,
Tome 2, 1968-1988, préface de Martial Lengellé,
Tome 3, 1979-2002, préface de Claude Debon.
(voir l’article de L Wasselin sur le tome 3 dans Europe n° 1003-1004 (nov-déc 2012) pp 352-354 ; article qui fait le point sur ce chantier…)



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0