Retour à l’accueil > Auteurs > VINCENOT Matthias > « J’ai vingt ans »

Matthias Vincenot

« J’ai vingt ans »

Une lecture de Murielle Compère-Demarcy

La poésie de Matthias Vincenot s’exécute comme une chanson nous insufflant l’air qui manque, une nostalgie douce comme le refrain d’une mélodie que l’on fredonne encore, avec du sang neuf dans les circuits / « dans les anfractuosités de la mémoire » parfois ombrageuses, dans le flux de nos artères, de nos escapades et par toutes les veines du poème.




« J’ai vingt ans », affirme le poète Matthias Vincenot, le temps après tout n’étant (presque) qu’accessoire, puisque seules comptent les minutes d’enchantement qui nous maintiennent en apesanteur ; puisque l’on garde l’âge intemporel de ses vingt ans tant que le cœur bienveillant offre la possibilité des rencontres accueillantes, des roses, des sourires et des durables choses. Ainsi ce sentiment d’« Être parmi nous » qui fédèrent les amitiés :

« Nous sommes faits de l’écorce /
Des amitiés centenaires /
Indifférentes aux ressacs, plus fortes /
que la force des choses »

Matthias Vincenot bouscule la chronologie, nous offrant par le poème-étendard le sang toujours réactivé des chansons de demain. « Quand je serai jeune » ..., écrit-il du haut de ses vingt ans endossés à contre-temps dans l’air libre, la résistance à « l’implacable réalité » dressée avec les poings généreux du poème levé pour engager le bonheur de vivre. « Je serai libre pour toujours / Et je jouerai à avoir peur. »...

Après le Vivre-Écrire d’ « Un autre ailleurs » (son premier livre, aux Lettres du Monde, en 1998) jusqu’à « Génération deux mille quoi » (aux éditions Fortuna, en 2015), il entonne pour son 15e recueil : « J’ai vingt ans », sur l’air du poème qui regarde en avant, l’espoir têtu, solidaire comme les vraies amitiés fortifient au-delà du temps qui passe et portent nos cheminements en les jalonnant de leurs belles références (« On est toujours l’ancien d’un autre ») :

JPEG - 100.2 ko
Matthias Vincenot (Photo Tristan Sebenne)

« Dans le regard des autres
On est ce qu’on devient
Remontons en selle
Tant qu’on ressent le vent
Et qu’on reste rebelle
Au lent délitement
C’est que la vie nous porte
Que le regard des autres
C’est d’abord le nôtre
Que la réalité
N’est que ce qu’on en fait
Et qu’on passe parfois
Sa vie à la chercher
Un café en terrasse
Dans l’espace que fait
La brume des jours lointains
On se retrouve enfin
Comme on tente d’être
Plus ou moins »

Et « la froide réalité » peut bien se tenir face à la confiance accordée aux autres, à la ronde du temps que le poète affirme sans cesse à renouveler, à partager, sans saper les socles (« À vouloir tout effacer, on oublie ce qui doit / s’écrire »).
Une nostalgie salutaire pointe, forte de ses pieds-de-nez lancés au quotidien morose, restituant le poète dans sa posture authentique : posté à l’avant-garde du temps et n’oubliant pas les pierres édifiées dans le passé, il regarde le monde et en parle, lucide, et prend position loin de l’image édulcorée du poète perdu à perte dans ses rêves. Ici le rêve est salle d’attente pour un rendez-vous engagé sans arrêt (« Remontons en selle ») avec un réel revu et touché par les mots vrillés à « la force de la patience », désolidarisés des « importuns », « contre les empêcheurs de rêve », noués à l’espoir intarissable qui alimente les sources vives (« Et c’est lorsque la vie surprend / Qu’elle se fait // Et qu’elle peut être ce rêve / Dans la froide réalité »).
« Moi je suis de l’époque des albums photos / Du repos le dimanche, quand rien n’était / Ouvert / Quand on prenait la peine de cultiver l’ennui » (…)

« Dans la cour de récré, la guerre pour de faux / S’en croyant protégés, notre belle illusion / Les conflits étaient loin, dans la télévision / On pouvait sans problème avoir le cœur : sensible / On n’imaginait rien de tout ce qui viendrait / C’était avant le temps des guerres invisibles »

Le poète sait peser le cours du temps, chanter la course à contre-courant, aller en avant / de l’avant. Le poète Matthias Vincenot est ce chroniqueur-troubadour-là, à nous offrir « l’éternité dans un instant ».

Murielle Compère-Demarcy



LIRE AUSSI :

Mathias Vincenot : DOSSIER
Mathias Vincenot : « Le mot et la note » (Jacques Ibanès) Lire
Matthias Vincenot : « Génération deux mille quoi » (Michel Baglin) Lire
Matthias Vincenot : « L’Age de mes désirs » » (Michel Baglin) Lire
Matthias Vincenot : « J’ai vingt ans » (Murielle Compère-Demarcy) Lire



mardi 3 avril 2018, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Matthias Vincenot :
« J’ai vingt ans »


éditions Fortuna ; 2018
68 pages. 10 €



Matthias Vincenot

Né en 1981, il a publié plusieurs recueils d’Un Autre ailleurs (Lettres du Monde, 1998) à La Discordance des temps (Le Temps des Cerises, 2009) et figure dans de nombreuses anthologies.
Sociétaire de l’Académie Charles Cros et Président de l’association « Poésie et Chanson Sorbonne », il est aussi le directeur artistique du concours international « Poésie en liberté ».
Il est, avec Thierry Cadet, le créateur du Prix Georges Moustaki de l’album indépendant et/ou autoproduit.
Ainsi que le lui a écrit Jean l’Anselme : « Aucun doute pour moi, tu montres le chemin à ceux de demain ». Il « pourrait même réconcilier le grand public avec la poésie » (François-Xavier Maigre, La Croix).

Bibliographie

Un autre ailleurs, éditions Lettres du Monde, 1998
Un détour vers le rêve, éditions Lettres du Monde, 1998
Funambule, éditions Lettres du Monde, 1999
La vie, en fait..., éditions Lettres du Monde, 2000
Les nouveaux poètes français (en collaboration avec Jean–Luc Favre, préface de Jean Orizet), Jean–Pierre Huguet éditeur, 2001 – collection Les Lettres du temps, partenariat France–Culture
Escapades (préface de Pierre Béarn, postface de Jean Laugier), éditions Lettres du Monde, 2002
A un océan (préface de Geneviève Moll), Aumage éditions, 2002
Les nouveaux poètes français et francophones (en collaboration avec Jean–Luc Favre, préface de Jean Orizet, postface de Pierre Brunel), Jean–Pierre Huguet éditeur, 2003 – collection Les Lettres du temps, partenariat France–Culture –
Le bonheur, rappelle–toi... (préface de Pierre Brunel), éditions La Passe du Vent, 2004.
La vie, le vent, éditions Lanore, 2006
La discordance des temps, Le Temps des Cerises, 2009, postface de Giovanni Dotoli
L’Âge de mes désirs, livre-CD avec 39 poèmes dits et chantés par 41 artistes, Le Temps des Cerises, collection le Merle Moqueur, 2011
Le Juste nécessaire, poèmes inédits, introuvables et retrouvés, édition bilingue français-italien, éditrice APES / éditions Bérénice, 2012
Les années aperçues, Lanore, 2012
Les choses qui changent, avec des photographies de Pascal et Nicolas Rabot, Mines de rien, 2013.
Génération deux mille quoi, Fortuna, 2015
J’ai vingt ans, Fortuna, 2018



-2018 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0