Retour à l’accueil > Auteurs > GUENANE > « L’approche de Minorque »

Guénane

« L’approche de Minorque »

Guénane est quasiment une insulaire, du moins l’est-elle par l’esprit : elle vit sur le continent, mais face à la mer et elle sait parler des îles dans sa poésie : des îles du Ponant et de l’île de Groix en particulier. Elle récidive aujourd’hui avec « L’approche de Minorque » publié par Yves Perrine…



Guénane : « L’approche de Minorque »

Les amateurs de voyages le savent : Minorque est une des îles Baléares en Méditerranée. Mais Guénane ne se livre pas à un exercice de géographie ou à la rédaction d’une publicité d’agence touristique. Cette approche est polysémique. Si elle commence par une approche physique qui rappelle le voyage en avion ("dans l’instant neuf / nez au vent de l’île qui approche"), elle est aussi une manière intellectuelle d’aborder l’étude d’un fait, ce qui n’est pas, parfois, sans faire penser à ce que l’on peut lire dans une encyclopédie : géographie, histoire, flore…
Mais ce savoir est fragmentaire (ou du moins se présente-t-il comme tel) et, surtout, il est littéraire : la poésie comme moyen de connaissance, d’une certaine connaissance. Guénane s’attache à mettre en évidence l’atmosphère de Minorque même quand elle cite des lieux comme Ciutadella ou Mahón, comme le phare de Punta Nati ou le cap de Favàritx : Ciutadella est "orgueilleuse multicolore", le Mont Toro est "le nombril saillant de l’île", sur "le cap aux ardoises noires [Favàritx] / les lames explosent et osent / balayer nos gloses". C’est la beauté sauvage du lieu qui est ainsi captée.
La flore ne va pas sans mystère : que sont ces capuchons de moine sinon des arums vulgaires ? Mais là où le mystère est le plus évident, c’est dans le lexique rare : que veut dire tarabiscot ? que veut dire prétalayotique ? Le premier terme est employé pour désigner un outil d’ébéniste qui sert à moulurer une pièce de bois mais dans le poème "des tarabiscots énervés / ont profilé l’île". Le second, prétalayotique, désigne une époque située entre 3000 et 2000 avant notre ère ; mais chez Guénane l’adjectif fait référence à l’habitude des habitants de l’île à l’époque d’enterrer leurs morts dans des grottes (regroupées en nécropoles) taillées dans les falaises de l’île ; les amateurs d’archéologie et de ruines sauront nommer les sites. Façon donc pour Guénane de renouer avec des thèmes poétiques comme la mort, les plantes ou l’indicible… On est loin du farniente, du soleil et de la plage…
Une île certes ; mais une poésie épurée, renouvelée…

(Guénane, "L’approche de Minorque". La Porte éditeur. Ce livret : 36 pages. Abonnement à 6 livraisons, 21 €. Yves Perrine. 215 rue Moïse Bodhuin. 02000 Laon).
Lucien Wasselin



Lire aussi :

Guénane : DOSSIER
Guénane : en poésie (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : en prose (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : L’autobiographie dans l’œuvre. (Lucien Wasselin). Lire
Guénane : « Le Détroit des Dieux » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Atacama » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « En rade 3. Brèves de cale » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « L’approche de Minorque » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « La sagesse est toujours en retard » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Au-delà du bout du monde » Lucien Wasselin. Lire
Guénane : « Un rendez-vous avec la dune » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Venise ruse » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « La ville secrète » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Demain 17 heures Copacabana » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « La Guerre secrète » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Dans la gorge du diable » (Lucien Wasselin) Lire



samedi 17 janvier 2015, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page



Guénane

Guénane, poète, nouvelliste et romancière, est née à Pontivy, au cœur de la Bretagne, et vit en rade de Lorient. Après des études de lettres à Rennes où elle a enseigné, elle a vécu en Amérique du Sud.
Guénane a publié quatorze recueils aux éditions Rougerie ; de « Résurgences », 1969, à « Un Rendez-vous avec la dune », 2014.
Parallèlement, en poésie, depuis 1999, elle a publié quatorze livrets chez La Porte, principalement sur les îles du Ponant dont huit sur l’île de Groix, mais aussi « Venise ruse », 2012, « L’Approche de Minorque », 2014 et collaboré à des livres d’artiste.
En prose, elle a publié des nouvelles, des récits, des romans : les quatre derniers, Le « Mot de la fin », 2010, « La Guerre secrète », 2011, « Dans la gorge du diable », 2013, « Demain 17 H Copacabana », 2014, sont parus aux éditions Apogée.

Pour découvrir l’intégralité des publications voir sa fiche wikipedia et son site.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0