Retour à l’accueil > Auteurs > CATHALO Georges > « L’ivre de livres »

Georges Cathalo :

« L’ivre de livres »

Une double lecture de M. Baglin et L. Wasselin

Le numéro 64 de la revue Chiendents de Luc Vidal est consacré à Georges Cathalo sous le titre « L’ivre de livres » , qui lui va comme un gant...



Une lecture de Michel Baglin

« L’ivre de livres », voilà qui va comme un gant à l’ami Georges Cathalo auquel la revue Chiendents de Luc Vidal consacre sous ce titre son numéro 64 ! Poète et fou de poésie, l’auteur de « Près des yeux près du cœur » et d’une trentaine d’autres recueils ou plaquettes l’est assurément, et depuis lurette, comme aurait dit Autin-Grenier. Je renvoie à son dossier sur Texture, ici. Mais on pourra bien sûr le vérifier aussi dans ce numéro avec nombre de poèmes inédits.
Poète qui se veut inspiré du quotidien le mieux partagé, Georges place souvent ses textes sous le vocable de « Quotidiennes » ; et c’est ici des « quotidiennes pour lire » qui ouvrent la partie poèmes et rappellent que « tout ce qui compte enfin / ne se lit pas seulement dans les livres ». Dans la suite « Et que dire de… », Cathalo égrène les anecdotes et tableautins mettant en scène des êtres portés par la passion des livres, le condamné à mort qui emporte un livre jusque sur l’échafaud, Gilbert Lély, Valéry Larbaud, Ségalen, etc. Quelques pensées et notes autour de la poésie « chant de bataille » suivent.
Mais Cathalo est aussi cet inlassable lecteur et critique assidu qui donne ses notes de lectures à de multiples revues, en militant de la cause poétique. Voilà ce que soulignent également ses amis dans les présentations qui rassemblent Nicole Drano-Stamberg, Jean Chatard, Jean-Louis Clarac, Christian Saint-Paul. Ce numéro qui se clôt sur un portrait chinois réunit aussi Georges et son épouse Marie-Claude puisqu’elle l’illustre de ces acryliques abstraites et très colorées.

Michel Baglin



Une lecture de Lucien Wasselin

Consacré à Georges Cathalo, ce cahier est toujours réalisé artisanalement et avec beaucoup de soin : couverture de papier fort de couleur noire avec une photographie de l’auteur collée, cahier cousu avec un gros fil teinté, reproductions imprimées sur un papier satiné de belle tenue… L’objet ravit l’œil et la main, sans être luxueux, sans être trop couteux. Mais sera-ce suffisant pour faire disparaître cette affirmation selon laquelle la poésie est toujours éditée luxueusement ? Je ne sais pas, mais la preuve est ici apportée qu’avec peu de moyens matériels ou financiers on peut réaliser de belles éditions. Comme d’habitude les inédits du poète sont précédés de plusieurs approches dues à différents critiques, approches déjà parues en revue (pour Jean Chatard) ou inédites (pour Jean-Louis Clarac, Christian Saint-Paul ou Nicole Drano-Stamberg). Les illustrations sont des reproductions d’œuvres de Marie-Claude Cathalo, de petit format trop souvent, mais elle fait preuve dans ces productions d’un beau talent.
Georges Cathalo donne quatre ensembles de poèmes. On ne sait plus trop, dans certains cas, s’il s’agit d’un long poème ou de brefs poèmes regroupés sous un titre commun… Mais on reconnaît la forme (justification par le milieu) propre au poète. J’ai souvent lu ces minces plaquettes intitulées « Quotidiennes… », je ne suis pas surpris. C’est dans « Quotidiennes pour lire » et (surtout) dans « Et que dire de … » que je l’ai préféré. « Et que dire de … » donne à lire des aperçus intéressants qui révèlent bien notre monde et le comportement de nombreux de nos semblables comme ce septain consacré à Georges Mounin, sa misère, son ignorance de la richesse qui repose dans les livres (et singulièrement de poésie)… Ce cahier est une excellente introduction à Cathalo.

Lucien Wasselin



Lire aussi :

Georges Cathalo : « Bestioleries poétiques »

Georges Cathalo : « L’ivre de livres »

Georges Cathalo : « La feuillée des mots »

Trois plaquettes

Georges Cathalo : « Au carrefour des errances »

Georges Cathalo : « Noms communs, deuxième vague »

Georges Cathalo : « A l’envers des nuages » & « L’Echappée »

Georges Cathalo, le poète du quotidien (portrait)



mercredi 22 avril 2015, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Georges Cathalo :
« L’ivre de livres »


Chiendents. Le numéro, 4 euros et 2 euros de port.
Éditions du petit Véhicule.
20 rue du Coudray. 44000 Nantes.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0