Retour à l’accueil > Auteurs > BRETON, Jean > La poésie pour vivre

Jean Breton

La poésie pour vivre

Le décès de Jean Breton a fait un réel vide dans le paysage poétique. Beaucoup de jeunes poètes, comme moi à l’époque, ont trouvé force en lui, dans son manifeste (signé avec Serge Brindeau en 1964), "Poésie pour vivre" , le manifeste de l’homme ordinaire, dans ses poèmes, dans son attitude. Force pour résister aux modes, singulièrement appauvrissantes alors, et pour oser une certaine simplicité de la parole, de la sensualité, une poésie de l’émotion réhabilitée.

Jean Breton fut un formidable défenseur de la poésie, notamment comme co-fondateur et animateur de la revue Poésie 1 (ainsi dénommée parce qu’elle ne coûtait qu’un franc à l’époque). Nous lui devons ainsi des coups de pouce, des encouragements, des publications.
Tel est mon cas. Nous nous sommes parfois croisés, d’autres fois vus plus longtemps comme en 1989, lorsqu’il m’avait présenté (une présentation très fouillée, riche) à la Maison de la poésie à Paris, ce qui nous avait donné l’occasion de dîner ensemble.
Il m’envoyait tous ses livres, et nous restions en relation par lettres. Et sa poésie, charnelle, ensoleillée, sans oublier d’être intelligente et critique, me paraît être une des plus assurées dans les voix contemporaines. Mais c’est bien sûr surtout le sentiment d’avoir perdu un ami qui m’a attristé lorsque j’ai appris son décès en septembre 2006 (La revue « Les Hommes sans épaules », qu’il dirigea, lui a consacré son n°22 . 17 €. Librairie-Galerie Racine : 23 rue Racine - 75006 Paris. lgr@wanadoo.fr)

« Poésie pour vivre »

"Poésie pour vivre - Manifeste de l’homme ordinaire" est un livre-clef pour comprendre Jean Breton. Il l’a signé avec Serge Brindeau en 1964 mais une réédition fut proposée au début des années quatre-vingt (Le Cherche-Midi, éditeur.). A ce propos, j’écrivais dans La Dépêche le 6 novembre 1983 :
« Voici une réédition nécessaire : Poésie pour vivre avait paru en 1964, non sans occasionner quelques polémiques. Il ne s’agissait pas, en effet, d’un "art poétique", mais bien d’un pamphlet. D’un côté, les défenseurs de l’homme ordinaire, ceux qui, comme nos auteurs, parient sur une poésie destinée à tous et proche de chacun, de l’autre, « les gardiens du laboratoire verbal réservé à une élite ».
On sait que le débat n’est pas clos, mais il était probablement plus virulent alors. On en trouvera d’ailleurs des échos dans ce livre qui reprend le manifeste de 1964 en y ajoutant des textes plus récents : Surréalisme et hermétisme, Dictionnaires des poètes, Hier, demain, vivre et le dire...
En 1964, Breton et Brindeau ont engagé un combat qu’ils ont aujourd’hui en partie gagné : ce n’est pas eux que la poésie, depuis vingt ans, semble désavouer... Malgré quelques réserves (critiques hâtives et parfois injustes de certaines œuvres, surtout), il est aisé de mesurer la portée d’un tel livre : les jeunes poètes sont aujourd’hui de plus en plus nombreux à se réclamer d’une "poésie pour vivre" ».

« Chair et Soleil », « L’Eté des corps »

Avec "Chair et soleil" qui obtint le prix Apollinaire en 1961, Jean Breton laisse parler sa fougue, et récidive en 1966 avec "L’été des corps" (les deux recueils ont été réédités en 1985 au Cherche-Midi éd.), dont Guy Chambelland a pu écrire : « Vingt ans après (il) demeure une des livres les plus paroxystiques de sa génération. Une ampleur d’autant plus rare que l’écriture en est rigoureuse, est tout le contraire du bâclage - danger du lyrique - est peaufinée, presque léchée. »

« L’équilibre en flammes »

Un autre recueil important de Jean Breton est "L’Équilibre en flammes" , paru à Saint-Germaindes-Prés, éd. en 1983. « Un chant et une agression pour casser le chant » : cette citation extraite de "L’Equilibre en flammes" , pourrait en fait assez bien résumer la poétique de Jean Breton, dont ce recueil, par ailleurs, offre un large aperçu. Commençant par des textes disons « surréalistes », il se poursuit en gagnant en gravité par l’évocation du pays natal, ce « Sud » qui est aussi un continent intérieur, puis par certains textes pathétiques sur la mort pour s’achever enfin sur des réflexions concernant l’art poétique. L’éventail est donc ouvert et Jean Breton se livre à découvert, comme il l’a toujours fait.
« Notre moi campe dans une fissure » : il s’agit d’abord de dire ce vacarme au secret ; une « poésie de l’homme ordinaire », certes, mais quand celui-ci renonce au bien léché pour miser sur la spontanéité, l’authenticité et, finalement, veut « dire notre vérité en dents de scie ». La recherche d’un équilibre qui ne renoncerait jamais à la démarche riche, sensuelle et chaotique du vivant, qui ne renoncerait jamais aux « flammes ».
Les aphorismes sont nombreux dans les textes de Breton, mais c’est d’abord une sensibilité qui s’y lit - « une sensibilité, c’est-à-dire le contraire d’une absence ». La parole (« l’alcool des mots ») est revendiquée ici, fortement, comme instrument de communication et d’échange : « le poète essaie de battre langue comme certains battraient monnaie ».

« Un bruit de fête »

Notes sur la poésie et l’édition, souvenirs personnels et portraits littéraires composent ce livre (Cherche-Midi, 1990) cheminant vers un « Bruit de fête » : la célébration sensuelle de l’amour qui clôt le volume et lui donne son titre, comme peut-être son sens ultime. « Chair et soleil », toujours, pour ce fou de poésie qui ne goûte les mots que gorgés de sève et cueillis dans les vergers réels. L’essayiste de "Poésie pour vivre" y a conservé toute sa verve critique et ses convictions, le poète de "L’été des corps" , sa fougue et son érotisme bouillonnant. Mais l’homme Jean Breton y livre aussi quelques confidences puissant dans les eaux secrètes du « vivier intime ».

« La Mémoire, le sable »

Je retrouve un compte rendu de lecture de La Mémoire, le sable (Librairie-Galerie Racine éd.) que je lui avais consacré dans Poésie 1- Vagabondages (n°25) en mars 2001. Le voici :
« Il m’a suffi de te voir pour savoir parler du monde » ou « On s’approche d’une fontaine. Cette voix si fraîche, comment ne pas vouloir s’en couvrir le visage ? » : ainsi s’écrit ce recueil de notations, d’aphorismes, de considérations brèves et parfois proches du poème en prose, voire du haïku, qui constitue, après "Un bruit de fête" , le deuxième tome du journal de Jean Breton. Comme un journal en effet, il mêle l’éphémère et l’intemporel, sans que l’on puisse d’ailleurs savoir ce qui du sable fera mémoire, tant l’essentiel souvent ne tient qu’au fil apparemment anodin de l’émotion qui passe...
L’auteur de "Chair et soleil " et de "L’Eté des corps" , s’y montre toujours aussi attentif à l’amour, fasciné par la femme, convaincu que tout sens procède de la sensualité et que la poésie nous est aussi nécessaire que l’air et l’eau pour exister à hauteur d’homme. Lorsqu’il affirme : « je n’ai eu qu’un moteur - la poésie, valeur inclassable - qui ajoutait un plus à l’homme ordinaire que je refusais de gommer en moi », on se souvient qu’il fut co-auteur d’un essai en forme de manifeste, qui a probablement influencé un grand nombre de poètes contemporains en les persuadant que la poésie du sensible était aussi celle du partage. Et qu’elle était à chercher dans notre ordinaire, à insuffler dans notre quotidien.
Un enthousiasme qui n’exclut évidemment ni la gravité ni la réflexion, un formidable appétit des sensations et des corps, une ivresse renouvelée d’être au monde (« Le vertige se partage comme l’alcool », dit-il) sont le leitmotiv de ce journal qui est comme l’autre versant de son dernier recueil, en forme d’hymne à la jubilation des peaux et des cœurs, et de festin érotique, "Nus jusqu’au cœur" (La Bartavelle éd.). Il conduit la même quête d’amour solaire, de sens et de fusion avec l’autre, en faisant mentir le vers désespéré de Lucien Becker (« Tu ne peux pas aller plus loin que mon corps ») : il répète que l’amour et l’érotisme, qu’il faut toujours confondre, veulent justement qu’on s’abandonne à ce vertige d’aller plus loin, d’être homme de chair, d’inquiétude et de soif, éperdu de mots et de partage. »

Michel Baglin



Des entretiens avec Christophe Dauphin

La Librairie-Galerie Racine publie les entretiens de Jean Breton avec Christophe Dauphin, qu’ils ont réalisés à Paris les 12 mars 2003 et 29 janvier 2006 (année du décès de Jean Breton). Ce livret d’une quarantaine de pages comprend également, outre le texte des entretiens, quelques photos et extraits de textes ; il est accompagné d’un CD de l’interview, qui permet d’entendre la voix de Jean Breton.
Celui-ci parle de ses rapports difficiles avec son père, comment et pourquoi il a créé la revue « Les Hommes sans épaules » en 1953 (revue relancée et aujourd’hui animée par Christophe Dauphin, entre autres), explique ses rencontres et amitiés avec René Char, Follain, Becker, Bérimont, Rousselot, Chambelland, Pierre Chabert, puis sa défense et illustration d’une poésie de l’émotion et de l’image, de la sensualité et, le cas échéant, de l’engagement, en tout cas du refus des ukases religieux comme de l‘intellectualisme pédant qui prétendait imposer son carcan aux poètes de l’époque - bref d’une « poésie pour vivre », comme la définit le manifeste écrit avec Serge Brindeau. Jean Breton évoque aussi ses principaux recueils, « Chair et soleil » et « L’été des corps » dont les titres disent assez l’inspiration solaire, érotique et amoureuse. Un document éclairant. (15 euros)


samedi 11 août 2007, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page

Jean Breton

Jean Breton, né le 21 août 1930, à Avignon, est décédé le 16 septembre 2006, à son domicile parisien, des suites d’une longue maladie. Fondateur des Hommes sans épaules, en 1953, puis de Poésie 1, en 1969, il a été éditeur, animateur et critique.
« Poésie pour vivre, le manifeste de l’homme ordinaire » (1964), co-écrit avec Serge Brindeau, avait fait de lui le chef de file des poètes de l’émotion. Lui rendant hommage, son ami Christophe Dauphin note : « Nous lui devons le fait d’avoir instauré la présence de l’homme ordinaire dans le poème, par un réalisme inédit, allié à une quête perpétuelle du désir, qui le place aux côtés des plus grands poètes de l’amour (…) Chez lui, le poème n’est jamais sève artificielle, pirouette linguistique, verbalisme outrancier. Se méfiant du cynisme comme du décoratif culturel, le poème colle au plus près de la réalité, du vécu de l’homme ordinaire, statut que le poète a toujours réclamé pour lui-même. (…)Cette œuvre poétique est tout entière absorbée par la vie, guidée par l’instinct. Le poète n’omet jamais d’intégrer dans son lyrisme souvent décapant, l’homme, le langage, la sensation, l’émotion et la présence immédiate du quotidien en état d’insurrection ; le tout au service d’une lucidité déchirée. »

Bibliographie (choix)

Poésie

Chair et soleil, suivi de L’Été des corps (Le Cherche Midi éditeur 1985)
Vacarme au secret précédé de Je dis toujours adieu et je reste (Editions Saint-Germain-des-Prés, 1975)
L’Équilibre en flammes (Editions Saint-Germain-des-Prés, 1984)
Serment-tison (La Bartavelle éditeur, 1990)
Vacarme au secret et autres poèmes (Le Milieu du jour, 1996)
Nus jusqu’au cœur, poèmes et proses (La Bartavelle éditeur, 1999).

Prose

Poésie pour vivre, Le manifeste de l’homme ordinaire , en collaboration avec Serge Brindeau (La Cherche Midi éditeur, 2e édition, 1982)
Chroniques sur le vif, 1952-1980 (Editions SGDP, 1982)
Un bruit de fête, Journal (Le Cherche Midi éditeur, 1990)
La Mémoire, le sable (Librairie-galerie Racine, 2000)
Le Péché immortel, une expérience de la poésie (Le Cherche Midi éditeur, 2002).

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0