Retour à l’accueil > Auteurs > GUENANE > « La sagesse est toujours en retard »

Guénane

« La sagesse est toujours en retard »

Le dernier recueil de Guénane, « La sagesse est toujours en retard », est un livre atypique, différent de ses précédents. Réflexions sur l’écriture poétique ou sur la vie ? Art poétique ou art de vivre (en poésie) ? Les deux à la fois sans doute.




Le dernier recueil de Guénane, « La sagesse est toujours en retard », est un livre atypique, différent de ses précédents. Réflexions sur l’écriture poétique ou sur la vie ? Art poétique ou art de vivre (en poésie) ? Les deux à la fois sans doute. On trouve ces vers dès les premières pages : « Choisir / avoir ou être. / Avoir je passe outre. » et « Écrire / se confiner / déraciner les mots. » Beau programme, le ton est donné.
Guénane va et vient entre une approche élégiaque et une autre plutôt didactique pour répondre à ces questions, pour illustrer la position qu’elle adopte. C’est une leçon de réalité aussi : « Si t’échappe la teinte du petit matin / ouvre au moins la fenêtre » écrit-elle. Ou encore : « la terre […] demeure la grande receleuse / d’inutiles beautés irremplaçables ». Leçon de méthode également : « Ne pas décrire / la lumière l’horizon l’amour / ressentir / porter haut le regard »… Guénane maîtrise parfaitement l’art de la chute ; le vers final du poème se donne parfois des allures de sentence ou de proverbe : « ne juge jamais si tu veux connaître mieux » ou « Prier ne doit pas être mendier en pensée". Il faudrait citer et relever encore !

Ce qui est émouvant dans ce recueil, c’est que Guénane revient sur sa vie, ses voyages pour en faire apparaître le sens ; ainsi avec l’océan qui donne lieu à de beaux poèmes, Guénane dit-elle son amour de la mer, d’ici ou d’ailleurs (je lis dans ce mot-valise de saxocéan comme un écho lointain de Léo Ferré, comme une contraction de Beau saxo et de La Mémoire et la mer…). L’autobiographie est évoquée pudiquement à l’occasion : « Dur d’avancer avec de la glu sous sa luge / et des barbelés dans la gorge » ou « sur une feuille réapparue / sous l’encre déteinte / affleure l’enfant perdue ». Cette évocation est une invitation à relire les livres précédents de Guénane.
Le poème final (qui explique le titre du recueil) sonne comme une annonce de l’inéluctable qui nous attend tous ; mais il donne tout leur sens à ces deux vers qu’on peut lire peu avant : « Laisser triompher la vie sera le triomphe de l’art. / Pompeuse innocence. » Ce qui n’empêche pas Guénane d’être caustique, mine de rien, jusqu’à la fin, puisqu’elle remarque « La science ignore la morale / elle avance », mais c’est pour ajouter aussitôt « si le rêve recule / les mots lèveront des dagues vitales ». N’est-ce pas la raison d’être de la poésie ?

Lucien Wasselin.


Lire aussi :

Guénane : DOSSIER
Guénane : en poésie (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : en prose (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : L’autobiographie dans l’œuvre. (Lucien Wasselin). Lire
Guénane : « En rade 4 » (Brèves de cale) (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Le Détroit des Dieux » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Atacama » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « En rade 3. Brèves de cale » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « L’approche de Minorque » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « La sagesse est toujours en retard » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Au-delà du bout du monde » Lucien Wasselin. Lire
Guénane : « Un rendez-vous avec la dune » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Venise ruse » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « La ville secrète » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Demain 17 heures Copacabana » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « La Guerre secrète » (Lucien Wasselin) Lire
Guénane : « Dans la gorge du diable » (Lucien Wasselin) Lire



vendredi 1er juillet 2016, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page



Guénane :
« La sagesse est toujours en retard ».

Rougerie éditeur, 80 pages, 13 €.
(Dans les bonnes librairies ou sur commande chez l’éditeur : 7 rue de l’Échauguette. 87330 MORTEMART - voir sur le site www.editions-rougerie.fr-).



Guénane

Guénane, poète, nouvelliste et romancière, est née à Pontivy, au cœur de la Bretagne, et vit en rade de Lorient. Après des études de lettres à Rennes où elle a enseigné, elle a vécu en Amérique du Sud.
Guénane a publié quatorze recueils aux éditions Rougerie ; de « Résurgences », 1969, à « Un Rendez-vous avec la dune », 2014.
Parallèlement, en poésie, depuis 1999, elle a publié quatorze livrets chez La Porte, principalement sur les îles du Ponant dont huit sur l’île de Groix, mais aussi « Venise ruse », 2012, « L’Approche de Minorque », 2014 et collaboré à des livres d’artiste.
En prose, elle a publié des nouvelles, des récits, des romans : les quatre derniers, Le « Mot de la fin », 2010, « La Guerre secrète », 2011, « Dans la gorge du diable », 2013, « Demain 17 H Copacabana », 2014, sont parus aux éditions Apogée.

Pour découvrir l’intégralité des publications voir sa fiche wikipedia et son site.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0