Retour à l’accueil > Auteurs > VERDET, Gilles > « La Sieste des hippocampes »

Gilles Verdet

« La Sieste des hippocampes »

Le prix Prométhée de la nouvelle a été décerné en octobre 2008 à Gilles Verdet pour « La Sieste des hippocampes » (Du Rocher éd.).



JPEG - 133.5 ko
A l’heure de la remise du prix, Gilles Verdet (au centre) avec Guy Rouquet, pdt de l’Atelier imaginaire et Jean-Claude Bologne. (photo MB)

Ce recueil, « La Sieste des hippocampes », préface par Jean-Claude Bologne, réunit quatre nouvelles. Celle qui donne son titre au recueil met en scène un homme qui croit avoir retrouvé une femme qu’il a aimée dans sa jeunesse et qui est devenue amnésique. Il tente avec elle une nouvelle aventure mais ne parvient pas à remonter le temps et, finalement, tue celle qui s’obstine à ne pas le reconnaître.

« Comma », la dernière, est encore l’histoire d’une dépossession. Un jeune homme victime d’un accident en 1977 vit pendant une vingtaine d’années dans le coma en entendant tout ce qui se passe autour de lui : sa femme qui ne cesse de lui rendre visite et le fils dont elle a accouché et qui grandit. Il vit par procuration leur engagement, la victoire de la gauche en 1981, le militantisme... Mais peu à peu ses proches, comme la vie, lui deviennent étrangers, des pages se tournent irrémédiablement.

Une révolte des gueux

Entre ces deux nouvelles qui mettent en scène les illusions et les désillusions de la maturité, deux autres prennent place, l’une racontant une révolte des gueux (« Le Grand Palais d’hiver ») dont on apprend à la fin qu’elle est le fruit de la manipulation d’une agence de pub. Une autre narrant les espoirs d’une dame pipi de la gare de Lyon qui croit entrer, comme dans les polars dont elle se nourrit, dans une aventure et un rôle de justicière et provoque en fait des catastrophes (« Roman de gare »).

Très bien construites, ces nouvelles sont servies par un style alerte et nerveux. On y apprécie notamment la verve libertaire, les énumération céliniennes, les mises en scènes très visuelles (le défilé burlesque des « inscrits à l’hôtel des courants d’air » est un vrai tableau), le goût des mots parfois rares, souvent argotiques, l’humour et la poésie des expression, comme la saveur d’une prose bien rythmée.

Michel Baglin



Lire aussi :

Gilles Verdet : DOSSIER
Gilles Verdet : « Fausses routes » (Marilyse Leroux) Lire
Gilles Verdet : « Voici le temps des assassins » (Michel Baglin) Lire
Gilles Verdet : « La Sieste des hippocampes » (Michel Baglin) Lire



mercredi 11 février 2009, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page

Gilles Verdet
« La Sieste des hippocampes »
éd. du Rocher
147 pages. 14.90 euros

Gilles Verdet

Gilles Verdet est né en 1952. Il a déjà publié « Une Arrière-saison en enfer » dans la Série Noire chez Gallimard et « Larmes blanches » chez Buchet Chastel.
« La Sieste des hippocampes » est son premier recueil de nouvelles.

Prix Prométhée de la nouvelle

(1) Le prix Prométhée de la nouvelle est décerné sur manuscrit, en respectant l’anonymat des candidats lors des délibérations, par un jury international composé d’une vingtaine d’écrivains francophones. Le recueil distingué est publié par les éditions du Rocher. Ce prix est doublé d’un autre, réservé à la poésie, le prix Max-Pol Fouchet. Renseignements auprès de Guy Rouquet. L’Atelier imaginaire. Boîte postale 2. 65290 JUILLAN.

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0