Jean-Claude Tardif

« La vie blanchit »

Jean-Claude Tardif publie un nouveau recueil de poèmes, « La vie blanchit », aux éditions de La Dragonne où il a déjà publié quatre livres.



La première des cinq séquences de ce recueil s’intitule « Autour de Perros ». Il s’agit bien sûr de Perros-Guirec, on reconnait la Côte de granit rose aux Sept-Îles, au phare de Ploumanac’h ou encore à l’Ile-Grande et à quelques autres lieux qu’affectionne Jean-Claude Tardif. Mais il est tout aussi légitime de penser à Georges Perros, autre poète breton, auteur des « Papiers collés » , aux affinités (me semble-t-il) partagées. Et qui d’une certaine façon donne le ton d’une poésie à l’inspiration quotidienne et à la nostalgie douce.
Des poètes, des écrivains, on en croise ou devine d’ailleurs beaucoup dans ces pages, de Montaigne à Caussimon, de Neruda à Reverdy, de Chester Himes à Luis Mizon ou Pirotte. Normal, Tardif, qui dirige la revue A l’index, est aussi un grand lecteur. Mais les personnages que l’on fréquente le plus ici sont « gens de peu », pêcheurs, cabaretières, anciens gardiens de phare et autres retraités fréquentant volontiers les bars du port. « J’ai beaucoup fréquenté les bistrots de quartier… », confie l’auteur, qui se ressource aux relations humaines qu’on ne gèrent pas, celles qui doivent tout au hasard et aux bonheurs de rencontre.
Chez Gaby, au Café de l’exil ou du Mont-Salut comme au bar de l’Escadrille, les êtres sont simples et bourrus, mais riches de vécu. Ce vécu qu’on devine quand la tête blanchit et les visages se rident (la fuite du temps s’inscrit partout ici en filigrane). Ceux-là, Tardif nous cisèle leurs portraits avec empathie. Qu’il évoque des personnes rencontrées au cours de ses voyages lointains ou de ses déambulations dans ses territoires intimes, ou qu’il nous parle de ses enfants ou de la femme aimée, sa poésie se tient dans l’échange : il ne prend la plume que pour « essayer d’écrire une complicité avec la vie ». Belle formule, et projet réussi !
(Jean-Claude Tardif « La vie blanchit ». Éditions La Dragonne. 94 pages. 15 euros)

Michel Baglin



LIRE AUSSI :

Jean-Claude Tardif : DOSSIER
Jean-Claude Tardif : « Les jours père » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La Nada » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La vie blanchit » (Georges Cathalo) Lire
Jean-Claude Tardif : « Bestiaire improbable » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « Bestiaire minuscule » » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La vie blanchit » (Michel Baglin) Lire & (Georges Cathalo) Lire
Jean-Claude Tardif : « Navaja, Dauphine & accessoires » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La douceur du sang » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « Post-scriptum au chien noir » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « Les Tanka noirs » précédés de « Ecpyrosis » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : & Jean-Albert Guénégan : « Conversation à voix rompues » (Georges Cathalo) Lire
Jean-Claude Tardif & Jean Chatard : « Choisir l’été » (Lucien Wasselin) & (Georges Cathalo) Lire



jeudi 8 mai 2014, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Jean-Claude Tardif


Né en 1963 à Rennes dans une famille ouvrière, Jean-Claude Tardif est aujourd’hui installé en Normandie.
Il a publié des livres de poèmes, des récits et des nouvelles. Il est aussi le créateur et l’animateur de la belle revue "A l’index"



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0