Retour à l’accueil > Auteurs > CIOCAN Iulian > « Le Royaume de Sasha Kozak »

Iulian Ciocan

« Le Royaume de Sasha Kozak »

Le déclin des pays de l’Est au Royaume de Sasha Kozak

Un roman noir qui nous plonge intimement dans le monde violent et chaotique « de l’impitoyable transition » post-communiste des années 1990 en République de Moldavie, ce petit pays latin d’Europe orientale, devenu indépendant après le démantèlement de l’URSS. L’univers trouble d’un pays en quête d’une nouvelle identité, après avoir livré ses habitants à eux-mêmes et fait d’eux « des destins sacrifiés ». Un magnifique roman sur la difficulté de se construire sur les ruines d’un monde décomposé.



par Maria Augustina Hancu

« Le Royaume de Sasha Kozak » de Iulian Ciocan, paru récemment aux éditions Belleville et traduit du roumain par Florica Ciodaru-Courriol, se présente comme un « roman social déjanté », mais aussi, selon l’auteur lui-même, comme une exploration psychologique « de l’individu privé de toute certitude ». On retrouve dans ce livre, d’une écriture sensible et émouvante, tout aussi ironique que drôle à sa manière, le style désarmant du romancier moldave que l’on a apprécié dans ses précédents romans.

Comment vivre sa vie lorsque l’être humain est seul face aux intempéries de l’Histoire, sans autre bouclier de protection que son imagination, ses rêves et ses espoirs ? Comment supporter la réalité insupportable alors qu’il n’a que son propre destin comme frein à l’engloutissement et à l’anéantissement d’une transition postsoviétique sans fin ? Voilà des questions qui hantent les personnages, dans une Moldavie enclavée et déchirée, « entre deux sphères d’influence voisines que tout oppose, une latine et l’autre slave », comme l’a bien remarqué Cristina Hermeziu.
Les protagonistes n’ont d’autre choix que celui de coexister dans ces deux communautés, dans un décor sombre et sans lendemain, en essayant, chacun à leur manière, d’échapper à un environnement suffocant :

« Jusqu’au petit matin, elle dressait le bilan de son existence en tressaillant de temps à autre, lorsque les hurlements des chiens errants déchiraient le silence sinistre de la nuit.
Ses méditations nocturnes la confrontaient dans sa conviction que la nature humaine prospérait dans le règne de la vanité et de la mort. Et s’il en était ainsi, n’aurait-il pas été naturel que l’humanité, partageant une même souffrance, soit meilleure, plus miséricordieuse et soudée ? Or les gens que Victoria Ionovna croisait quotidiennement, non seulement ne se souciaient pas du lendemain, non seulement perdaient leur temps en broutilles, mais en plus étaient dominés par la concupiscence, l’orgueil et l’envie. »

La noirceur d’un monde dépourvu d’espoir, en décomposition lente et inévitable, s’étend sur un vaste espace, à l’instar de l’univers sombre du Tango de Satan (Satantango) du cinéaste Bela Tarr, dans le village perdu de l’immense plaine hongroise Puszta.
Comme les héros du cinéaste hongrois, les protagonistes de Iulian Ciocan luttent contre leurs démons, chacun avec ses propres moyens, pour se donner l’illusion de construire quelque chose, alors que « les années 90 étaient venues, le temps de la débandade et des destins sacrifiés » et que « des ruines de l’URSS naquit le chaos ».

Le besoin de construire un rempart auquel s’accrocher devient impérieux lorsque le temps et l’époque propulsent désespérément ses habitants en avant à une vitesse fulgurante, impossible a à contrôler.
Certains se noient dans leur travail sans chercher à comprendre le sens de leur vie, d’autres ne jurent que par ces feuilletons dramatiques latino-américains qui leur font penser qu’ailleurs il y a plus malheureux qu’eux, d’autres encore sont hantés par un amour mal cicatrisé ; tout est bon pour faire surgir les frustrations d’un monde désillusionné. On ne cherche qu’à s’évader de cet espace « où le plus dur était d’admettre son irrévocable inutilité ».

Octavian Condurache, jeune journaliste désenchanté, ne rêve que d’écrire le roman de sa vie : il s’accroche autant que possible à ses rêves, malgré les critiques de sa femme Marcela.
Alexandru Cazacu, alias Sasha Kozak, ne peut contrôler sa vie, qui lui échappe, en cette époque de transition qui fait glisser les gens comme sur un toboggan. L’unique moyen pour lui d’avoir une prise sur son destin est de séduire les filles et de les jeter après usage, car « la vie était courte ». Mais les protagonistes sont aussitôt rattrapés par leur destin et Sasha Kozak n’échappe pas à la pensée obsessionnelle qu’ « il avait laissé passer sa chance, et peut-être fichu sa vie en l’air... Un goût amer, insupportable, avait inondé sa bouche ; c’était celui de la solitude... Sa vie n’était qu’une succession écœurante d’espoirs réduits à néant ».

Outre quelques pensées sur l’écriture de son roman, Iulian Ciocan, dans le post-scriptum, s’adresse tout particulièrement aux lecteurs français, précisant que la littérature moldave, vue selon une perspective francophone, est à présent à l’ombre de la culture russe et qu’elle mérite plus d’attention car, nous dit-il, « un écrivain russe, quelle que soit sa valeur, ne peut comprendre le passé d’un Moldave de Moldavie latine ».
Raison de plus pour saluer l’apparition de ce roman fascinant, qui nous fait voyager à travers un monde fort peu exploré, riche en culture et en histoire.

Maria Augustina Hancu



mardi 6 juin 2017

Remonter en haut de la page



Iulian Ciocan :
« Le Royaume de Sasha Kozak »


Belleville éditions.
(256 pages.18 euros.)



Iulian Ciocan

Il s’appelle Iulian Ciocan et vit à Chisinau en Moldavie. Son roman, « Le Royaume de Sasha Kozak », vient de paraître aux éditions Belleville.



« Je suis écrivain et journaliste. Je suis d’ailleurs davantage journaliste car il ne m’est pas encore possible de vivre de ma plume. J’anime une rubrique pour Radio Free Europe intitulée « La réalité dans les petits détails » qui me demande beaucoup de travail. J’écris sur le quotidien des gens. La politique ne m’intéresse que lorsqu’elle a un impact sur la vie de tous les jours. Partant du principe qu’en Moldavie, la politique est présente partout, on peut considérer en quelque sorte que je suis un journaliste politique. Quand j’ai du temps libre, j’écris mes livres… et je joue en ligne au tennis de table et aux échecs ! » explique-t-il sur le site de son éditeur.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0