Jean-Claude Tardif

« Les jours père »

Si la figure de son grand-père Antonio, républicain espagnol réfugié en Bretagne après la guerre civile, avait inspiré son précédent recueil de nouvelles, « La Nada » , paru aux éditions « Le temps qu’il fait », cette fois c’est à son père, Robert, que Jean-Claude Tardif doit son dernier opus, « Les jours père », préfacé par Philippe Claudel et publié par La Dragonne.



Ce récit esquisse, d’une plume sensible et pudique, le portrait d’un taiseux dont le fils a toujours su l’affection sous les airs bourrus. Cette chronique d’une enfance modeste et des années heureuses doit son titre à la dyslexie qui fit d’abord trébucher l’enfant Jean-Claude Tardif sur les chemins de la parole avant d’en faire un écrivain (lire ici son portrait), auteur d’une quinzaine de récits et recueils de poèmes, tous d’une belle encre.
Dans son quartier « périféérique », chez ses grands parents ou son oncle, à la campagne pour un pique-nique, au « Café du pont », ou près d’une troublante cousine, ou encore au catch où l’emmenait son père – « entre hommes » - les souvenirs de Jean-Claude Tardif trament, sur la musique du jeune Julien Clerc lançant sa « Cavalerie », dans le parfum des jardins ouvriers et dans l’amitié des copains cheminots de son père, des histoires toutes simples du quotidien, de ces rituels et anecdotes qui donnent son prix, sinon son sens, à chaque existence.
Plein de malice et de nostalgie pour toutes les questions qui n’auront pas été posées, l’affection qui aura été tue, les secrets restés enfouis, ce beau récit témoigne en tout cas que dans le cœur de l’adulte, les jours et les années "père", pour le moins, auront compté double.

M.B.



LIRE AUSSI :

Jean-Claude Tardif : DOSSIER
Jean-Claude Tardif : « Les jours père » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La Nada » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La vie blanchit » (Georges Cathalo) Lire
Jean-Claude Tardif : « Bestiaire improbable » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « Bestiaire minuscule » » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La vie blanchit » (Michel Baglin) Lire & (Georges Cathalo) Lire
Jean-Claude Tardif : « Navaja, Dauphine & accessoires » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « La douceur du sang » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « Post-scriptum au chien noir » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : « Les Tanka noirs » précédés de « Ecpyrosis » (Michel Baglin) Lire
Jean-Claude Tardif : & Jean-Albert Guénégan : « Conversation à voix rompues » (Georges Cathalo) Lire
Jean-Claude Tardif & Jean Chatard : « Choisir l’été » (Lucien Wasselin) & (Georges Cathalo) Lire



dimanche 10 janvier 2010, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page
Jean-Claude Tardif
« Les jours père »

Le temps qu’il fait
72 pages. 13.50 euros

Jean-Claude Tardif

Né en 1963 à Rennes dans une famille ouvrière, Jean-Claude Tardif est aujourd’hui installé en Normandie.
Il a publié des livres de poèmes, des récits et des nouvelles. Il est aussi le créateur et l’animateur de la belle revue "A l’index"
Il anime également, avec l’association "A livre ouvert", des rencontres avec des auteurs contemporains (essentiellement des poètes) qui se déroulent à Montivilliers (tout près du Havre), à la Bibliothèque Condorcet (50 rue Léon-Gambetta).
Contact : JC Tardif. 11 rue du Stade. 76133 Epouville

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0