Retour à l’accueil > Auteurs > SAINT-PAUL, Christian > « Les plus heureuses des pierres »

Christian, Saint-Paul

« Les plus heureuses des pierres »

Lectures par Alain Lacouchie et Gilles Lades

Christian Saint-Paul, poète toulousain, qui défend et illustre la poésie avec ferveur, vient de publier « Les plus heureuses des pierres » à Encres vives. Deux autres poètes ont lu son recueil et en parlent ici, Alain Lacouchie et Gilles Lades.

Une lecture d’Alain Lacouchie


Et pourquoi faut-il justement que ce soit en ce jour de Saint-Valentin que j’aborde ce recueil ? Pourquoi cette dédicace à Isabelle (Isabel ?), en première page ? Pourquoi je, tu et nous, « notre duo » ?
Parce que : « Par la parole / je te constitue souveraine du ciel » ? Parce que : « Nous allons ériger notre amour / dans le roc du jour à venir... » A se laisser emporter par ce véritable chant d’amour, émouvant à frémir, sensuel à se troubler : « Je me drape dans tes épaules / pour sombrer léger sur tes hanches / toi et moi fondus dans la mélasse du soir. » et « Nous dévalons les ruelles en pente du plaisir. »
Nous vibrons au plus près des moments essentiels, dans les mouvements d’un imaginaire tendre, d’une intimité ; nous sommes les spectateurs et en même temps nous sommes emportés par cette romance. En tous lieux (Oradour-sur-Glane, Saint-Cirq-LaPopie), en toute circonstance, surgit ce couple ; et le couple s’ouvre de leur fille, Aurélie (poétesse, elle aussi ! voir ses deux recueils à Encres Vives) : « riant avec notre fille / toutes deux égarées d’innocence. ».
Des instants de bonheur comme les pierres du chemin qui sont presque éternelles ? Derniers vers : « Du chemin nous sommes / les plus heureuses des pierres. »
Un recueil qui bat simplement, à l’image du style de l’auteur, mais qui bat fort au rythme des images fortes qui éclosent tout au long des pages. A lire !

Alain Lacouchie


Une lecture de Gilles Lades


Ce recueil procède d’une voix grave et confidente. Un homme émerge de son passé et s’interpelle avec une lucidité sans amertume. Et sa compagne, compagne de vie, compagne de mémoire, compagne d’attente et de désir laisse deviner sa présence intime et décisive :

« c’est l’heure où ta main fidèle
apaise l’impérissable peur ».


Le ressaisissement de la vie à la lumière de l’amour célèbre la quintessence des instants heureux sans dissiper les images de notre destinée. « L’arbre tutélaire » du jardin, choyé d’inquiétude, « l’esprit fantasque d’un air populaire » gardé dans un coin de l’attention, ne font pas oublier que « la nuit douloureuse chuchote / dans la solitude des tombes ».
Ce recueil/poème dédié au couple, hymne et élégie, est traversé par la métaphore passionnelle. Occurrences du feu pour « nos joutes affamées ». Et la certitude gagnée : « jamais plus notre amour ne sera malhabile ».

La femme, forte de son « estivale présence », sauve le poète de l’aridité rencontrée dans l’écriture :

«  ces paroles qui m’attendent
abasourdi de leur tête-à-tête
qui languit quelque temps
dans un ténébreux hiver de la poésie ».


Cette œuvre commune de l’homme et de la femme, Christian Saint-Paul nous la dévoile à travers sa parole rythmée par la ciselure et le profil toujours renouvelés des strophes. Les images sont fortes et franches (« le règne noir / de la blatte », « les ruelles en pente / du plaisir », « le roc du jour à venir », et chaque poème campe une nouvelle perspective :
« Du chemin nous sommes / les plus heureuses des pierres », ce chemin qui se redresse avec le pathétique des espérances hasardées.

Gilles LADES




Lire aussi :

Christian Saint-Paul :DOSSIER
Christian Saint-Paul : de la revue à la radio. Portrait. (Michel Baglin) Lire
Christian Saint-Paul : entretien avec Michel Baglin Lire
Christian Saint-Paul : « Toiles bretagnes » (Michel Baglin) Lire
Christian Saint-Paul : « L’unique saison » (Michel Baglin) Lire
Christian Saint-Paul : « Hodié mihi, cras tibi » (Michel Baglin & Gilles Lades) Lire
Christian Saint-Paul :« Vous occuperez l’été » (Michel Baglin) Lire
Christian Saint-Paul :« Les plus heureuses des pierres » (Alain Lacouchie & Gilles Lades) Lire
Christian Saint-Paul : « Indalo ». (Michel Baglin) Lire
Christian Saint-Paul : « El barranco de la sangre » (Michel Baglin) Lire



mercredi 8 avril 2009, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page

Christian Saint-Paul
« Les plus heureuses des pierres »
16 pages. 6.10 euros

Encres vives
2, allée des Allobroges. 31770 Colomiers

Bibliographie

Les peupliers (Jeune Force Poétique Française éd., 1966)
Les murènes monotones (Jeune Force Poétique Française éd., 1967)
L’homme de parole (Caractères éd., 1983), 48 pages, préface de Michel Eckhard
Prélude à la dernière misogynie (De Midi éd., 1984), non paginé (48 pages), avant-propos de Jean Rousselot, couverture illustrée par Gil Chevalier et illustrations intérieures de Jean-Pierre Lamon et de Lucie Muller
Les murènes noyées (Carnets des Libellules éd., 1985), 40 pages
Les murènes monotones (De Midi/Poésie Toute éd., 1987), 28 pages
Transgression (Carnets des Libellules éd., 1987), préface de Claude Vigée
A contre-nuit (La Nouvelle Proue éd., 1988), 16 pages, préface de Jean-Pierre Crespel
Tendre marcotte (Carnets des Libellules éd., 1988), 34 pages, avant-propos de Michel Eckhart
Les ciels de pavots (Encres Vives éd., 1991)
Pour ainsi dire (Encres Vives éd., 1992), préface de Jean Rousselot
Akelarre, La lande du bouc (Encres Vives éd., collection Lieu N°108, 2000), 16 pages
L’essaimeuse (Encres Vives éd., 2001), 16 pages
Ton visage apparaît sous la pluie (Encres Vives éd., collection Encres Blanches N°61, 2001), 16 pages, couverture illustrée par Patrick Guallino, postface de Alem Surrre-Garcia
L’unique saison (Poésies Toutes éd., 2002), 46 pages, préface de Gaston Puel, postface de Monique-Lise Cohen
Des bris de jours (Encres Vives éd., 2003), 16 pages, couverture illustrée par Christian Verdun, postface de Michel Cosem
L’enrôleuse (Encres Vives éd., 2006), 16 pages, postface de Georges Cathalo
Tolosa melhorament (Encres Vives éd., collection Lieu N°184, 2006), 16 pages, édition bilingue occitan/français, postface de l’auteur.
Entre ta voix et ma voix, la malachite noire de la voix d’une morte (Multiples, 2009)
Les plus heureuses des pierres, Encres vives, 2009.

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0