Michel Baglin

Livres d’artiste

Hormis un "livre pauvre" commis il y a quelques années avec Dabo, et bien sûr l’album "Les chants du regard" sur les photographies de Jean Dieuzaide (Privat), je n’ai réalisé que peu de livres d’artiste. Ce mois de mars 2018 en a vu cependant paraître deux : "Orbes" avec les peintures de Maria Desmée, et "Arbres", avec des phtographies de Jean-Pierre Nicol (éd. du Douayeul).



« Arbres » avec Jean-Pierre Nicol



Ma dernière publication est un livre d’artiste, « Arbres » , réalisé par les éditions du Douayeul avec la complicité de Jean-Pierre Nicol, que je savais poète, mais qui est aussi photographe et accompagne les trente exemplaire de tête de cet ouvrage d’une image d’arbres, en beau tirage signé.

Ces exemplaires numérotés sont agrémentés d’une couverture unique, peinte par Denise Jardy-Ledoux et d’un texte manuscrit sur calque signé par votre serviteur. L’éditeur les met en vente au prix de 70 euros.

Mais cette suite de poèmes bénéficie aussi d’un tirage ordinaire agrémenté d’une photo en couverture, au pris de 10 euros. (Editions du Douayeul. 196 avenue Denis Cordonnier. 59500 Douai.)



« Orbes » avec Maria Desmée



Autre livre d’artiste que j’ai signé en ce printemps des poètes, celui réalisé avec Maria Desmée, « Orbes » .

Peintre et poète (elle est cofondatrice de la revue Sapriphage, créée avec Gilbert Desmée en 1987), Maria a réalisé de nombreux livres d’artiste avec des auteurs de renom et des expositions avec ses livres, en France et à l’étranger.

Elle m’a proposé d’écrire en résonance avec ses superbes peintures. Le livre existe en 10 exemplaires, tous différents, tous manuscrits, tous signés bien sûr.



« Du Large » avec Dabo



J’ai été invité par Daniel Leuwers dans une des collections des "Livres pauvres" en compagnie de Dabo.
A propos des "Livres pauvres", rappelons que les éditions Galimard ont salué en 2011 cette initiative en publiant un fort beau livre-catalogue, « Les très riches heures du livre pauvre » , présentant les manuscrits enluminés qui se déclinent en une vingtaine de collections aux titres mallarméens (à l’exception de celle qu’inspire « Ronsard »). Chacune de ces collections est présentée, avec les artistes qui lui sont associés, quelques citations, et bien sûr les reproductions, magnifiques, qui en quelque sorte « donnent à voir » la poésie.



lundi 1er janvier 2018, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page
-2018 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0