Laurent Mauvignier

« Loin d’eux »



La lecture du dernier roman de Laurent Mauvignier, « Des Hommes » , que j’ai beaucoup aimé (lire ici), m’a incité à découvrir un autre de ses livres. J’ai opté pour le premier, « Loin d’eux » , avec lequel il a avait connu d’emblée le succès.

Gestes et mots perdus

Un succès justifié, de toute évidence, car on y découvre un ton, un style, celui du monologue intérieur, ou plutôt des monologues puisque c’est ici une succession de « points de vue » ressassés et remâchés qui dessine peu à peu un conflit de génération entre Luc et ses parents, Jean et Marthe. Luc a choisi de s’éloigner d’eux en s’installant à Paris, matérialisant ainsi la distance et le silence qui les séparent. Incompréhension, communication impossible malgré l’amour qui ne trouve ni les chemins de l’autre ni les mots de l’échange, rancœurs et entêtements, mais aussi sentiment de culpabilité et malaises existentiels conduisent au drame : le suicide de Luc, là-bas, « loin d’eux » et de toute fraternité.
Tout le roman tient à ces voix (celles des parents, mais aussi de l’oncle et de la tante, et de la cousine) qui interrogent, chacune pour soi, le geste fatal, le repliement de Luc, et tous les gestes et les mots à jamais ratés ou perdus.
Avec beaucoup de maîtrise, Laurent Mauvignier recourt au style parlé, en apparence relâché mais terriblement efficace, pour entrer dans l’intimité de ce huis-clos étouffant et pathétique. Pour sonder les têtes et les cœurs rongés de solitude et de remords et exprimer dans un livre court mais formidablement émouvant tous ces mots qui se terrent derrière le mutisme et la douleur.

Michel Baglin



Lire aussi :

Laurent Mauvignier : DOSSIER
Laurent Mauvignier : « Des hommes » (Michel Baglin) Lire
Laurent Mauvignier : « Loin d’eux » (Michel Baglin) Lire



samedi 5 juin 2010, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page
Laurent Mauvignier.
« Loin d’eux »

Postface de Michèle Gazier
Ed. de Minuit

Laurent Mauvignier

Laurent Mauvignier est né à Tours en 1967. Il est aujourd’hui installé à Toulouse où sa femme est libraire. Diplômé des Beaux-Arts en Arts Plastiques, il a commencé à écrire jeune et a publié son premier roman en 1999.
« Dans la foule  » roman ayant pour sujet le terrible match de foot du Heysel, a notamment contribué à sa notoriété.
Il a été pensionnaire de la Villa Médicis l’an dernier.
Il a publié aux Editions de Minuit :
Loin d’eux (1999),
Apprendre à finir (2000),
Ceux d’à côté (2002),
Le Lien (2005).
Seuls (2004),
Dans la foule (2006),

« J’ai commencé à écrire vers huit ou neuf ans, pendant une période d’hospitalisation. On m’avait offert des livres et des cahiers. Plus tard, je me suis dit que l’écriture avait une autre fonction qu’écrire des choses divertissantes, l’écrit est devenu quelque chose de dangereux dont je me suis longtemps méfié. »

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0