Retour à l’accueil > Chansons & musique > « Passeurs de souffle »

François Rascal & Arnaud Méthivier

« Passeurs de souffle »

Ce CD se définit comme « une immersion musicale dans la poésie d’aujourd’hui et quelques vers plus anciens ».



Ce CD se définit comme « une immersion musicale dans la poésie d’aujourd’hui et quelques vers plus anciens ». François Rascal officie aux chant, guitare(s), oud et piano à pouces ; Arnaud Méthivier, pour sa part, à l’accordéon, à l’accordina, aux chœurs et aux arrangements. Les poètes, que je connais pour les avoir lus, sont les suivants : Sylvia Baron Supervielle, Jean-Claude Pirotte, André Velter, Paul Éluard, André Spire, Pablo Neruda, Claude Roy, Alain Bosquet et Bernard Ascal. Seuls, Josyane Beaulieu, Paul Fernel et Jean Haguenier sont des inconnus pour moi (ce qui ne prouve rien a priori). La mise en chanson constitue un bel exemple de diffusion insoupçonnée de la poésie : on comprend alors le titre de ce CD, « Passeurs de souffle ». Car il s’agit de passer, de faire passer le souffle du poème.

François Rascal a découvert l’oud lors d’un voyage au Maroc en 2011. Il n’est pas étonnant de retrouver cet instrument en accompagnement sur cet enregistrement, utilisé au mieux de ses possibilités pour servir la poésie. Si la musique est marquée par le jazz, si la voix est singulière et reconnaissable entre mille, la poésie est diverse. Diversité des auteurs (si certains sont bien connus, d’autres comme Josyane Beaulieu ou Paul Fournel [deux contemporains] sont de parfaits inconnus pour le signataire de ces lignes tout comme Jean Haguenier qui semble être un auteur du XVIIIème siècle), diversité des tons et des sensibilités…

Je ne passerai pas en revue les différentes plages de ce disque mais me bornerai à quelques impressions. Jean-Claude Pirotte est décapant comme à son habitude. Bernard Ascal fait preuve d’un humour (parfois noir), surtout dans son poème « La multiplication des vers » où il joue sur la polysémie du mot vers. Paul Éluard rappelle aux distraits que Françoise Sagan emprunta le titre de son roman à succès, « Bonjour tristesse », à l’un de ses poèmes d’amour, beau et triste à la fois… Pablo Neruda est excellent comme à son habitude, Claude Roy mélancolique à souhait… On aura ainsi une idée de la diversité de ce voyage en poésie. Un mot ou deux pour terminer : Jean Haguenier donne à entendre un texte plaisant comme on en écrivait en ce temps, et il est bon que François Rascal remette ainsi en lumière des auteurs méconnus de nos jours, on se prend alors à rêver que la chose devienne habituelle. Et ces longues introductions jouées par l’oud sur les plages 3 et 8 sont un régal.
Au total, ce disque est une bonne introduction à la poésie pour tous ceux qui sont rétifs à ce genre littéraire en même temps qu’un utile rappel aux autres ! La poésie n’existe pas, il n’existe que des poésies et chacun peut y trouver son grain...

Lucien Wasselin.
F Rascal & A Méthivier, « Passeurs de souffle ». EPM, distribution Socadisc n° 986905. Le CD : 15 euros, sur commande sur le site http://ouvemazulis.wix.com/ouvemazulis ou chez les excellents disquaires. Le disque a reçu le soutien du Pôle Régional Chanson / Les Bains Douches de la Région Centre-Val de Loire et de la ville d’Orléans.



Les critiques de Lucien Wasselin

vendredi 23 décembre 2016, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page
-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0