Retour à l’accueil > Auteurs > GARNIER Pierre > « Pierre et Ilse Garnier : le monde en poésie »

Pierre et Ilse Garnier

« Pierre et Ilse Garnier : le monde en poésie »

Catalogue de l’exposition.



Le poète Pierre Garnier nous a quittés début 2014. À l’automne de la même année, la bibliothèque Louis Aragon d’Amiens organisait une exposition autour de celui qui fut, avec son épouse Ilse, l’inventeur du spatialisme en France. C’est qu’il était né à Amiens et vivait depuis 1974 à Saisseval, un petit village picard, à une quinzaine de km à l’ouest d’Amiens.
Le catalogue de cette exposition, « Pierre et Ilse Garnier : le monde en poésie » vient de paraître fin 2015. Le fait est d’autant plus remarquable que cette bibliothèque n’avait pas édité de catalogue depuis plusieurs années ; c’est donc l’occasion, pour tous ceux qui n’avaient pu visiter cette exposition, de la découvrir tranquillement, sans se déplacer. Certes, cette découverte est incomplète si j’en juge par mes souvenirs : la lecture ne remplacera jamais la vision de grands « tableaux » thématiques, le lecteur n’aura pas droit à la voix de Pierre Garnier diffusée dans le local de l’exposition, ni aux documents rares qui étaient montrés aux visiteurs… Mais, en l’état, même si les nombreuses photographies illustrant ce catalogue ne remplaceront jamais la totalité des documents offerts à la curiosité des uns et des autres, le présent ouvrage est une bonne introduction à la vie du poète et à la collaboration entre Ilse et Pierre en même temps qu’une excellente initiation au spatialisme : il a en effet été écrit par Violette Garnier, la fille du couple mythique, et Martial Lengellé (qui soutint sa thèse en novembre 2000 à l’université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, thèse intitulée « L’Œuvre poétique de Pierre Garnier » (1) avec la collaboration de divers spécialistes ou acteurs de ce mouvement poétique.

Un arbre cache la forêt, dit la sagesse ( ? ) populaire… Cela se vérifie ici : si le poème franco-japonais le plus connu est celui de Pierre Garnier / Seiichi Niikuni (réalisé en 1966), Pierre collabora aussi avec Nakamura Kéiichi pour trois recueils dans lesquels le poète japonais utilisait des procédés différents (photographies et papier journal découpé). Le commentaire est assuré par une spécialiste, Marianne Simon Oikawa… La part belle est faite à la poésie spatialiste, le texte de Martial Lengellé n’est pas inédit : il est une reprise de son étude parue dans « Livre / Poésie : une histoire en pratique(s) » - éditions Calliopées, 2013 (Étude que l’auteur et l’éditeur m’avaient autorisé à reproduire dans l’hommage rendu à Pierre Garnier dans Recours au Poème, n° 52 du 29 mai 2013). Il s’agit d’un texte intitulé « La spatialisation du texte poétique dans quelques ouvrages significatifs de Pierre Garnier », très instructif et très détaillé.
Martial Lengellé montre aussi l’originalité d’Ilse Garnier à travers ses « Fensterbilder » et, de façon générale, dans son approche de la poésie visuelle ; et c’est bon qu’ainsi, justice lui soit rendue ! Quant à Violette Garnier, elle s’attache à mettre en évidence la chronologie d’Ilse et de Pierre, leur étroite collaboration, leur amitié pour des peintres, les incursions de la poésie spatiale vers le poème phonétique, leurs rapports avec les poètes de l’Europe de l’Est... Julien Blaine signe un texte qui se souvient de l’exposition des Garnier à Ventabren en 1998, mais je me souviens que Pierre Garnier publia quelques poèmes spatialistes dans le n° 27 de Doc(k)s daté de l’hiver 1980 ! Claude Debon (qui préfaça le tome III des Œuvres Poétiques) donne un texte éclairant sur l’influence qu’eut l’œuvre de Nietzsche sur Pierre Garnier. Giovanni Fontana analyse « Tristan et Iseult » de Pierre Garnier…
Mais je ne dirai rien des Cabotans, de Francis Edeline, ni de la poésie numérique présentée par Martial Lengellé, ni des contributions d’Eugen Gomringer et de celle d’Eduard Ovcacek : c’est pourquoi il faut se procurer et lire ce catalogue !

Lucien Wasselin.

Note. (1). Ouvrage publié sous le même titre, Presses de l’Université d’Angers, 2001, 570 pages (hors annexes).



jeudi 3 mars 2016, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page




Ce catalogue au format 148 x 315 mm, non paginé, PNI ; renseignements à la Bibliothèque Louis Aragon, 50 rue de la République. 80000 Amiens. Tel : 03 22 97 10 10.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0