Retour à l’accueil > Auteurs > CADOU René-Guy > « Poésie la vie entière »

René Guy Cadou

« Poésie la vie entière »

Cadou est ce grand lyrique qui touche « tous les hommes qui devinent l’éternité dans l’air marin ». Avec son « cœur de plein vent » mais aussi « des trous noirs dans les ailes », il a écrit une poésie de pleine terre que la mort faufile.



JPEG - 38.9 ko
RG. Cadou par Jacques Basse

« La poésie est inutile comme la pluie », affirmait Cadou, toujours en phase avec l’élémentaire. Y eut-il jamais poète plus voué que lui à la poésie, à cette passion qu’il faudrait presque entendre au sens religieux du terme ? « J’écris comme on laboure », disait-t-il pour marquer son opiniâtreté au labeur sans quitter le registre du monde paysan. A travers ses notes réunies dans « Usage interne » , il se dépeint dans sa chambre où chaque jour après la classe, il se mettait au travail : « Ma chambre est comme l’avant d’un navire qui fend les hautes vagues de la campagne et je ne vois rien à l’horizon qu’une ligne d’arbres immobile. Elle est ouverte sur la solitude et respire le silence. Rien ne vient troubler mon regard habitué au balancement des herbes. Rien ne frappe mon oreille qui ne me soit familier : hennissement d’un cheval, pas ferré sur la route, chant d’un coq. Je puis donc tout entier me donner à cette marée montante qui frappe mon poignet. »
Cette « marée » fut prodigieuse si l’on veut bien considérer que le poète de Louisfert a libéré tout ce flot en si peu de temps : il n’a vécu que 31 ans !

Courte vie

La chronologie n’est d’ailleurs pas une mauvaise manière d’approcher l’œuvre d’un homme qui vécut pour écrire, et pour aimer.
Cadou, fils d’instituteurs laïques, nait le 15 février 1920 à Sainte-Reine-de-Bretagne (Loire-Atlantique, alors Loire-Inférieure), au cœur de La Brière et considérera comme « tout à fait extraordinaire / D’être né un jour de Carnaval au fond de la Brière / Où rien n’est travesti / Où tout se règle à l’amiable entre deux coups de fusil ». Ce pays de marais, il l’évoquera souvent dans ses poèmes. Il y passe les dix premières années de son enfance, dans une ambiance d’écoles, de vie paysanne et de scènes de chasse. « A sept ans comme il faisait bon, / Après d’ennuyeuses vacances, / Se retrouver dans sa maison ! / La vieille classe de mon père, / Pleine de guêpes écrasées, / Sentait l’encre, le bois, la craie / Et ces merveilleuses poussières / Amassées par tout un été ».
En 1927 ses parents déménagement à Saint-Nazaire et il découvre la ville. Puis se sera Nantes, en 1930. La ville ne sera cependant jamais son univers et sa poésie demeurera très liée à la nature, à la ruralité, à la frugalité. Il témoignera toute sa vie d’une même volonté de s’ancrer dans sa Bretagne natale sans s’y enfermer et dédaignera de « monter à Paris ».
Le premier drame interviendra pour lui le 30 mai 1932, avec la mort de sa mère. En janvier 1940, ce sera le tour de son père, autre deuil marquant chez un jeune poète que la mélancolie hantera toujours, comme le spectre de la mort.
En 1936, Cadou fait connaissance en sa librairie de Michel Manoll, qui lui fait lire Rimbaud et l’initie à la poésie contemporaine à travers Pierre Reverdy et Max Jacob (qu’il considéra comme son père spirituel et rencontra en février 1940).
Son premier recueil, « Les Brancardiers de l’aube » paraît en 1937 à l’initiative du poète Jean Digot à l’enseigne de ses Feuillets de l’Îlot.
En juin 1940, Cadou est mobilisé et se retrouve dans la retraite à Navarrenx puis à Oloron-Sainte-Marie où, malade, il est hospitalisé puis réformé le 23 octobre. Il regagne alors la région nantaise.

La « cour de récréation » de Rochefort

Il n’entrera pas dans la Résistance, mais résistera à sa manière, par la plume, avec quelques-uns de ses amis poètes et de Jean Bouhier, pharmacien à Rochefort-sur-Loire, qui les réunit en 1941 autour de la publication d’une revue, Les Cahiers de Rochefort. Les poètes qui y participent s’opposent au conformisme littéraire de l’époque et du régime de Vichy, mais ils prennent aussi leurs distances avec l’aventure surréaliste dont ils conservent cependant bien des leçons. « Sans vouloir faire fi des récentes conquêtes surréalistes, qu’il soit permis d’écrire que toute poésie ne redeviendra audible qu’en revenant à une simplicité, une pureté, une identité somme toute élémentaires », écrit Cadou dans « Usage interne ».
Quant à Jean Bouhier, il résume leur état d’esprit et leur engagement : « Dire leurs poèmes à la face du monde, les mêler aux rythmes de la nature, au bruit des arbres, de l’eau, les mêler à la vie. »
« L’école de Rochefort » est née, Cadou préférera parler d’une « cour de récréation ». Elle marquera néanmoins durablement la poésie jusqu’à ce courant d’une « Poésie pour vivre » défendu par Serge Brindeau et Jean Breton dans les années soixante-dix et jusqu’à aujourd’hui. On la redécouvre périodiquement pour saluer chez les auteurs qu’elle fédéra le goût de la vie dont ils témoignaient. Ils ont pour nom Michel Manoll, Luc Bérimont, Jean Bouhier, Jean Rousselot, Marcel Béalu, Lucien Becker,Eugène Guillevic,Roger Toulouse, etc. Autant de personnalités aux engagements très divers, mais que l’amitié ne cessa de réunir.

Le 20 octobre 1941, Cadou croise les camions transportant les 27 otages qui seront fusillés à Châteaubriant. Il ne va pas réagir immédiatement, mais il écrira un de ses poèmes les plus connus, « Les fusillés de Châteaubriant », qui ouvrira son recueil « Pleine poitrine » (1943) et qui marque un tournant : l’expérience de la guerre et de l’horreur oriente son écriture vers une expression plus personnelle, moins abstraite qu’auparavant.

Hélène et l’amour d’une vie

JPEG - 41.4 ko
Hélène et René-Guy Cadou

La date la plus importante de la courte vie de Cadou est assurément celle du 17 juin 1943. Une jeune fille native de Mesquer, Hélène Laurent (1922-2014), elle-même poète, vient avec un groupe d’amis le voir à Clisson. Une des grandes histoires d’amour de la littérature commence. En octobre 1945, Cadou est nommé instituteur titulaire à Louisfert, où il résidera jusqu’à sa mort. En 1946, il épouse Hélène. Ils mènent une vie simple avec les gens du village et les copains qui viennent volontiers les saluer. « A la place du ciel / je mettrai son visage / Les oiseaux ne seront / Même pas étonnés… » C’est « Hélène ou le règne végétal » qui s’écrit.
Cadou se voulait fraternel, simple, presque anonyme. Il a probablement trouvé à Louisfert son lieu et son écriture. Comme tout bon auteur, il parle de tous en parlant de lui. « Toute la poésie qui coule de source, se jette dans la mer, tend à rejoindre l’universel », prétendait-il.
L’amour pour lui est central et salutaire, sa « prise de terre » en quelque sorte : celui d’Hélène – qui prolongera avec lui à travers ses propres poèmes un magnifique dialogue jusqu’à sa mort – mais aussi de la nature, des hommes simples, des bêtes… « Le temps qui m’est donné, que l’amour le prolonge », demanda-t-il.

« Un arrêt brutal du train »

En 1950, la maladie (un cancer) l’oblige à subir deux opérations. La menace qu’elle faisait peser sur sa vie, il en avait depuis longtemps la prescience, elle est un leitmotiv de sa poésie.
Car s’il y a chez Cadou un accord au monde qui est source d’une joie profonde – « Laissez venir à moi tous les chevaux / toutes les femmes et les bêtes bannies / Et que les graminées se poussent / jusqu’à la margelle de mon établi / Je veux chanter la joie étonnamment lucide / D’un pays plat barricadé d’étranges pommiers à cidre » – il y a aussi cette mélancolie discrète et souvent poignante, associée à l’amour de la vie et au sentiment d’une obscure vulnérabilité : « Je n’irai pas tellement plus loin que la barrière de l’octroi / Que le petit bistrot tout plein d’une clientèle maraîchère / Je ne ferai jamais que quelques pas sur cette terre », écrivait-il.
Le poème « Aller simple » le dit plus crument encore :

« Ce sera comme un arrêt brutal du train
Au beau milieu de la campagne un jour d’été
Des jeunes filles dans le wagon crieront
Des femmes éveilleront en hâte les enfants
La carte jouée restera tournée sur le journal
Et puis le train repartira
Et le souvenir de cet arrêt s’effacera
Dans la mémoire de chacun
Mais ce soir-là
Ce sera comme un arrêt brutal du train
Dans la petite chambre qui n’est pas encore située
Derrière la lampe qui est une colonne de fumée
Et peut-être aussi dans le parage de ces mains
Qui ne sont pas déshabituées de ma présence
Rien ne subsistera du voyageur
Dans le filet troué des ultimes voyages
Pas la moindre allusion
Pas le moindre bagage
Le vent de la déroute aura tout emporté. »

Après une courte rémission, René-Guy Cadou décède le 21 mars 1951, à 31 ans, dans sa maison de Louisfert, entouré par sa femme Hélène et Jean Rousselot passé lui rendre visite.

Ne pas réduire Cadou

On apprend aujourd’hui des poèmes de Cadou dans les écoles et c’est heureux. On ne saurait cependant le réduire à une célébration naïve et bucolique du monde. Cadou n’est pas solaire, il est sombre, souvent mélancolique, ses notes d’ « Usage interne » le montrent même parfois mordant. Désireux de bousculer les chaises et les assis. Celle-ci par exemple, qui fustige les tièdes : « Sortez votre cœur du gousset. Vous avez une chance sur mille d’être à l’heure. » Il sait se moquer : « Cocteau s’alite, se soigne, espère un mieux (…) d’où l’atmosphère clinique de ses poèmes. Il s’opère lui-même avec la maîtrise et le petit doigt levé du chirurgien. » Cadou grince parfois.
Il professe que « la poésie sera toujours l’éloge de la vie dangereuse ». Il chante l’amour mais sait que le temps presse et ne cesse d’insinuer le tragique de l’existence dans son chant. Son lyrisme doit beaucoup au sentiment taraudant de sa précarité.
Sa poésie fait référence au concret, aux objets, aux gestes humbles, mais elle laisse entendre en bruit de fond une métaphysique angoissée. L’objet résonne, l’objet rayonne. Les trains par exemple, qui ne cessent de passer et repasser entre ses lignes, avec les gares désertes, abandonnées, les wagons oubliés, sont le plus souvent une figure de la plus poignante nostalgie. Ils creusent l’espace, donnent sa profondeur au temps, ferraillent dans un paysage perdu ou menacé, vont jusqu’à insuffler cette tonalité qu’on pourrait dire du futur antérieur quand l’auteur semble parler d’outre-tombe.
Son rapport au christianisme lui-même se veut sans doute trop naïf pour ne pas dissimuler bien des doutes.
Il me semble que ce qu’il écrit de la peinture, qui n’est pas un art de la reproduction (on lui préférerait la photo), « mais un jet de lumière unique, une concentration de rayons avisés sur les étonnantes profondeurs de la réalité quotidienne », peut s’appliquer à sa poésie. Il parle du quotidien, mais ce quotidien est pour le moins troublant et formidablement riche.
J’aime par-dessus tout ce qu’il a dit de son ami Lucien Becker : « Becker n’a pas construit son œuvre dans un souci de plaire, mais dans celui de se mériter lui-même. ». Il définit ainsi magistralement le rapport entre le poète et l’écriture, loin de toute démagogie, mais il énonce surtout une vérité qui le concerne au premier chef : c’est par la poésie que Cadou s’est accompli.

Michel Baglin



Lire aussi :

"Poésie la vie entière" (portrait)

Martine Caplanne chante Cadou

Paul Dirmeikis chante Cadou

Hélène Cadou, dans la poursuite du dialogue



dimanche 9 août 2015, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



René Guy Cadou
« Poésie la vie entière »


Seghers
Nombre de pages : 480 pages. 23,50 € ISBN : 2-232-12192-5

À l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de René Guy Cadou, Seghers a réédité en 2001 les œuvres complètes du poète, avec notamment ses notes intitulées Usage interne.
Les œuvres poétiques complètes avaient été réunies par Seghers en 1978 sous le titre « Poésie la vie entière ». Ses grands recueils s’y retrouvent ainsi que des inédits et une bibliographie mise à jour.



« J’étais dans la chambre de René Guy, et près de moi la petite table en bois où il avait écrit tous ses chefs d’œuvre. Je me sentais en état de grâce, en parfaite communion avec cet homme que je n’avais jamais rencontré mais dont les œuvres, les sensations, les émotions m’accompagnaient depuis des années. S’il était possible de choisir l’instant de sa mort, j’aurais choisi cet instant là, dans la chambre de Cadou… Ce fut mon dernier récital de poésie et la dernière fois que je suis apparu sur une scène. »
Daniel GELIN « A bâtons rompus »



JPEG - 26.2 ko
Le livre « Geographies poétiques de René Guy Cadou », poèmes choisis par Hélène Cadou et photographies de Vincent Jacques (tirages originaux) est publié par les Editions du Petit véhicule.



Cadou chanté

De nombreux interprètes ont mis en musique et chanté René-Guy Cadou. Citons notamment :

Martine Caplanne
Môrice Bénin
Jacques Bertin
Eric Hollande
Marc Robine
Gilles Servat
Michèle Bernard
Julos Beaucarne
Paul Dirmeikis





Bibliographie

Poésie
Brancardiers de l’aube, Les feuillets de l’Ilôt, 1936
Forges du vent (Sagesse - 1938)
Retour de flamme (Les Cahiers de la Pipe en écume - 1940)
Années-lumière (Cahiers de Rochefort - 1941)
Morte-saison, René Debresse Éditeur, Paris, 1941
Porte d’écume (Proses - Cahiers de Rochefort - 1941)
Bruits du cœur (Les Amis de Rochefort - 1942)
Lilas du soir (Les Amis de Rochefort - 1942)
Amis les Anges (Cahiers de Rochefort - 1943)
Grand élan (Les Amis de Rochefort - 1943)
La Vie rêvée (Robert Laffont 1944)
Pleine poitrine (P. Fanlac - 1946)
Les Visages de solitude (Les Amis de Rochefort - 1947)
Lettre à Jules Supervielle, Éditions Sylvain Chiffoleau, Nantes, 1947)
Quatre poèmes d’amour à Hélène (Les Bibliophiles alésiens - 1948)
Saint-Antoine et Cie, Éditions Sylvain Chiffoleau, Nantes, 1948)
Le Miroir d’Orphée (Gallimard - 1948)
Les sept péchés capitaux (1949)
Roger Toulouse (P.A.B Alès - 1949)
Automne (1957)
Guy Bigot, Éditions Sylvain Chiffoleau, Nantes, 1949)
Art poétique, Éditions Sylvain Chiffoleau, Nantes, 1949)
Le Diable et son train (Chez l’auteur - 1949)
Cornet d’adieu, Éditions Sylvain Chiffoleau, Nantes, 1949)
Moineaux de l’an 1920, Éditions Sylvain Chiffoleau, Nantes, 1950)
Avant-printemps (P.A.B. Alès - janvier 1951)
Les Biens de ce monde (Pierre Seghers - février 1951)
Usage interne (Les Amis de Rochefort - 1951)
Hélène ou le Règne Végétal (Pierre Seghers - février 1951)
Les Amis d’enfance 1973
Ravensbrück (Éditions Seghers - 1973)

Prose

Mon enfance est à tout le monde, Rééditions Le Castor astral, 1995, préface d’Hélène Cadou ;
La Maison d’été, roman, 1955 réédité par le Castor Astral.
Testament d’Apollinaire, René Debresse Éditeur, Paris, 1945)
Guillaume Apollinaire ou l’artilleur de Metz, Éditions Sylvain Chiffoleau, Nantes, 1948)
Monts et Merveilles, Nouvelles fraîches (cinq nouvelles inédites, avant-propos de Philippe Delerm. Éditions du Rocher, 1997.


-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0