Retour à l’accueil > Auteurs > ANCET Jacques > « Portrait d’une ombre »

Jacques Ancet

« Portrait d’une ombre »

Poète, essayiste et traducteur, Jacques Ancet est l’auteur d’une cinquantaine de livres de poèmes et proses romanesques. « Portrait d’une ombre » et « Chronique d’un égarement » sont ses deux dernières publications. Jacqueline Saint-Jean les a lues.


JPEG - 38.4 ko
Jacques Ancet par Jacques Basse

« Portrait d’une ombre »  : titre emblématique d’une œuvre tout entière tendue vers l’insaisissable. Dans la lignée de « L’imperceptible » , mais dans une forme plus proche de « Chronique de l’égarement ».
Dès les premiers mots, c’est la présence : « Le revoilà ». La voix, le mouvement de la voix qui nous traverse, se retire, ne laissant dans le corps que «  l’air de son passage ». Écrire, chercher, questionner, provoquer cette présence énigmatique, cet éclat fugace, « cet impossible qui brûle ». La prose s’épure, essentielle, se segmente, trouée de silence, serrée dans une sorte d’urgence vitale. Ou bien frôle, s’amplifie, ondoie de reflets, de frémissements, d’échos furtifs, de scintillements. Tisse les contraires, les constructions en miroir, les questions, le ressassement. Les dessins d’Alexandre Hollan font écho à ce qui bouge, frémit, revient, change, se cherche au fond du regard…
« Le revoilà ». Dans les yeux, dans le dos, dans le métro, dans le miroir. Celui qui remet en mouvement, celui qui chuchote, miroite, appelle. Rappelle à la vie, au mystère d’exister. « Il revient. On y voit mieux. ». Qui ? Faute de mots, on le nomme Lui, quelqu’un, une ombre, Rien, elle, tous et personne, Oui… Est-ce le double, le proche, celui qui passe, l’Autre, la voix qui parle, « ce latent compagnon qui en moi accomplit d’exister » suggère l’auteur, citant Mallarmé ? « Il est la neige »… Dans cette attente extrême, les sens se conjuguent, permutent leurs pouvoirs, l’être tout entier s’engage jusqu’au vertige. En passer par « l’égarement » nécessaire, écouter ce qui pousse, « ça crie soudain. Ça pourrait naître ». Écouter la rumeur phréatique. « On est toujours au bord, mais de quoi ? ». De ces instants d’ouverture, de fusion peut-être, d’éblouissement bref où l’on sort de soi, où «  le monde commence ».
« Un instant on est lui. On saute par-dessus la clôture, on court. On lève les bras pour porter le ciel. On s’écroule, on n’est plus que soi ».
Ou encore « cette effervescence, cette rumeur de syllabes, comme une lumière qu’on n’aurait jamais vue, une lumière qui vient de loin ».
Dans un final troublant de microcosme, dehors glisse dedans - comme en rêve s’opèrent les surimpressions de l’espace et du temps -, « la montagne est posée sur la commode et sous la table on rampe dans les fougères ». Mais la vision se refuse brusquement : « A quoi bon ? On a perdu l’adresse. Et la porte - et la clef ».

Jacqueline Saint-Jean



Voir aussi :

« L’âge du fragment »

« Entre corps et pensée »

« Les livres et la vie »

« Huit fois le jour »

« Portrait d’une ombre »

« Chronique d’un égarement »

Jacques Ancet dans la revue "Autre Sud"



vendredi 2 décembre 2011, par Jacqueline Saint-Jean

Remonter en haut de la page

Jacques Ancet

« Portrait d’une ombre »

Edition Érès. Sous pochette.

dessins d’Alexandre Hollan)

Jacques Ancet

Jacques Ancet est né à Lyon le 14 juillet 1942.
Après des études secondaires et supérieures dans cette même ville, il fut lecteur de français à l’Université de Séville, puis agrégé d’espagnol. Il a enseigné plus de trente ans dans les classes préparatoires aux grandes écoles avant de se consacrer à son travail d’écrivain et de traducteur près d’Annecy, où il réside.

Auteur d’une cinquantaine de livres (poèmes, proses romanesques, essais), il a traduit parallèlement à son travail d’écrivain, quelques-unes parmi les plus grandes voix de la littérature hispanique comme Jean de la Croix, Francisco de Quevedo, Ramón Gómez de la Serna, Jorge Luis Borges, Vicente Aleixandre, Luis Cernuda, María Zambrano, Xavier Villaurrutia, José Ángel Valente, Antonio Gamoneda, Juan Gelman, etc.

Il a obtenu de nombreux prix : le prix Hérédia de l’Académie française, le prix de poésie Charles Vidrac de la SGDL, le prix Guillaume Apollinaire, Prix européen de littérature, etc.

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0