Retour à l’accueil > Auteurs > ASCAL Bernard > « Sorties de pistes »

Bernard Ascal

« Sorties de pistes »

Une lecture de Lucien Wasselin

« Sorties de pistes » est le livre d’une vie, de l’opiniâtreté à faire coïncider désirs et existence. Bernard Ascal est peintre, poète, chanteur, musicien et directeur de collection chez EPM… C’est le parcours de cet artiste protéiforme qui est retracé dans cet ouvrage dont nous parle Lucien Wasselin



JPEG - 97.6 ko
Photo Loïc Séron.

« Sorties de pistes » est le livre d’une vie, de l’opiniâtreté à faire coïncider désirs et existence. Bernard Ascal est peintre, poète, chanteur, musicien et directeur de collection chez EPM… C’est le parcours de cet artiste protéiforme qui est retracé dans cet ouvrage grâce à la complicité d’un excellent connaisseur de la vie et du travail de Bernard Ascal et de quelques témoins et critiques. Bernard Ascal met aussi la main à la pâte dans la biographie de lui que trace Michel Trihoreau et l’on pourrait reprendre le titre d’un chapitre d’une série de notes écrites par l’intéressé lui-même « Peindre, chanter, écrire : comment se font les choix ? » car l’une des questions que se pose le lecteur, c’est bien celle ci : « Comment Ascal peut-il concilier toutes ces activités ? »

Dès son enfance, Bernard Ascal décide de devenir peintre : il se heurte à l’opposition de ses parents et malgré des études en lycée technique (qui ne l’intéressent guère), il finira par réaliser son rêve sans suivre de formation dans une école d’Arts. De l’opiniâtreté, il en aura fallu à cet autodidacte de talent : la poésie, la chanson, la mise en musique de poètes mais aussi la peinture sont affaires de goût et le résultat de rencontres décisives. Rien que pour cela, « Sorties de pistes » est un livre d’espoir. C’est ce que le lecteur découvre au fil de ces pages.

Il me faut l’avouer : je connais très mal la peinture de Bernard Ascal puisque je n’ai vu que les reproductions qui accompagnent certains de ses livres alors que je connais bien son écriture et ses disques (aussi bien en tant qu’interprète que compilateur). Ce livre est donc le bienvenu par la présentation de l’œuvre peint (reproductions et approches de critiques d’art). Si j’en étais resté à Bernard Ascal, peintre de la figuration narrative, José Pierre (historien et critique d’art du surréalisme), dont la préface à l’exposition du peintre à la galerie de Larcos en 1977 à Paris est ici reprise) apporte un éclairage intéressant : « Ce dont […] les trompes d’Eustache et de Fallope sonnent l’hallali, c’est, à n’en pas douter, d’une certaine image de la réalité, aujourd’hui aux abois ». Propos toujours actuels… Une peinture qui, par la juxtaposition d’éléments étrangers l’un à l’autre, n’est pas sans rappeler un morceau de la fameuse phrase de Lautréamont : « beau […] comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie ».
Le « parcours enregistré » de Bernard Ascal est vu à travers le prisme des chroniqueurs qui ont rendu compte de ses disques (ici douze, de « 6 poètes surréalistes » -1997- à « Répétition » -2014- en passant par « Senghor, Césaire, Damas » -2006-), un beau parcours où la voix et les musiques d’Ascal servent admirablement le poème… Suit ensuite une partie anthologique, construite à partir d’extraits de trois de ses livres qui donnera envie de les lire à ceux qui ne les ont pas encore lus…

Pour terminer, il faut signaler l’humour polysémique du titre : la piste, c’est celle du Cirque d’hiver que Bernard Ascal fréquente assidûment dans sa jeunesse. L’expression « sortie de piste » désigne bien l’activité diversifiée du peintre-poète mais aussi son rôle de directeur de collection discographique : la piste n’est-elle pas, également, en musique le canal d’enregistrement du son avant le mixage ? Sorties de pistes renvoyant alors à la sortie commerciale d’un disque… De plus cet ouvrage paraît dans la collection « La Galerie de l’or du temps ». Si la peinture de Bernard Ascal est volontiers rattachée à la figuration narrative, elle l’est tout autant au surréalisme (une de ses expositions, en 1983, ne porte-t-elle pas le titre de « Dans la lumière du surréalisme » ?). Or André Breton avait écrit ces mots « Je cherche l’or du temps »… On le voit, les références sont nombreuses et l’objet d’un hasard plus contrôlé qu’objectif. Les raisons de lire « Sorties de pistes » sont donc tout aussi nombreuses… Un beau livre par la connaissance qu’il apporte du travail de Bernard Ascal, mais aussi un beau livre à l’image de ceux que publie Le petit véhicule…

Lucien Wasselin



Lire aussi :

Bernard Ascal : « Sorties de pistes »

Bernard Ascal a plus d’une corde à son arc... (portrait)

Bernard Ascal revisite Arthur Rimbaud…



jeudi 18 juin 2015, par Lucien Wasselin

Remonter en haut de la page



Bernard Ascal :
« Sorties de pistes ».


Éditions du Petit véhicule,
collection « La Galerie de l’or du temps »,
(118 pages, 20 €. sur commande chez l’éditeur : 20 rue de Coudray. 44000 Nantes).



Bibliographie sélective :

« Sorties de pistes », Le Petit Véhicule (à paraître en mai 2015) Eléments du parcours peinture / chanson / poésie. Textes de Michel Trihoreau, José Pierre, Pierre Tilman et Marc Albert-Levin.
« Pas même le bruit initial », Gros Textes, 2014.Poèmes.
« Pablo Picasso. Poèmes & propos, » EPM, 2013. Anthologie réalisée par Bernard Ascal. « Coup de Cœur 2013 » de l’Académie Charles Cros. Label « Sélection Printemps des Poètes »
« Le Cadre et le clou », Rhubarbe, 2011 (notes d’un peintre)
« Un cul de sac dans le ciel », Rhubarbe, 2008 (notes d’un marcheur)
« Le Gréement des os », Le Temps des Cerises / Ecrits des Forges, 2005. Poèmes. Préface de Bernard Noël. Réédition en 2010.
« Tout l’espoir n’est pas de trop », Le Temps des Cerises / Ecrits des Forges, 2002. Anthologie réalisée par Bernard Ascal, consacrée à douze poètes de l’actuelle francophonie.
« La Cuvette », Chez Léopold, 2000. Nouvelles
« Signe-Singe », Cirrus, 2000. Poèmes accompagnés de cinq photographies de Bernadette Tintaud.
« Imbu d’embu », L’Hypoténuse, 1996. Notes sur la peinture
« Couacs en sourdine », Bleu Pantoufle, 1991 Textes de chansons.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0