Retour à l’accueil > Auteurs > LAMBERSY, Werner > « Tirages de têtes »

Jean-Pol Stercq et Werner Lambersy

« Tirages de têtes »

Superbe album que ce « Tirages de têtes » (La Lettre volée éd. Bruxelles) où les photos de Jean-Pol Stercq répondent aux textes poétiques de Werner Lambersy et inversement.


La moitié des écrivains français sont belges, note plaisamment Jean-Jacques Brochier dans la préface de cet album ; on le découvre parfois avec surprise en feuilletant ce livre qui leur est consacré et s’ouvre sur la silhouette de Norge sous son parapluie.
Stercq est un habitué des portraits et, notamment, des portraits de femmes et d’hommes de plume. Il sait à merveille suggérer un auteur et une œuvre, la malice, la gravité ou l’inquiétude, derrière ce « mystère de la surface » qu’est l’instantané photographique, « chemin de traverse entre l’être et le paraître par le biais du surpris » (Lambersy).

JPEG - 46.5 ko
Jean-Pierre Otte, par Jean-Pol Stercq

Ainsi, de Maurice Carême à Scutenaire, à Françoise Mallet-Joris, Félicien Marceau, Béatrix Beck, Jacques Sternberg, en passant part Hubert Juin, Guy Goffette, Jean-Pierre Otte, Pierre Mertens, Izoard, Raoul Vaneigen, Dominique Rollin, Nyssen, Schmitz, Tessa, et tant d’autres, des regards nous interrogent et livrent un peu de leurs arrière-pays.

« Le miroitement du secret »

Si « la photo d’un visage le défigure » pour traverser l’apparence et atteindre « non pas le trait mais le retrait », ainsi que l’analyse avec finesse Werner Lambersy, ce dernier a assigné la même fonction à ses textes d’accompagnement, véritables poèmes cernant en quelques vers une personnalité et la singularité d’une voix.

JPEG - 9.7 ko
Jean-Pol Stercq montre les photos qu’il vient de réaliser lors des Journées magiques de l’Atelier imaginaire à Hélène Arntzen, Luis Rigou et Luis Mizon. (Photo M.B.)

Là encore, les familiers d’un auteur ne pourront qu’être convaincus de la justesse et de la pertinence des traits en même temps que des résonances universelles de textes qui réussissent, comme les photos, « le miroitement du secret ».
Au bout du compte, une puissante mise en perspective et en abîme, à travers les mots et la lumière, de ce fonds d’humanité riche, fragile et tourmentée qui fait les œuvres.

("Tirages de têtes". Photographies de Jean-Pol Stercq, textes et avant-propos de Werner Lambersy, préface de J.-J. Brochier. 126 p. 20 euros. La Lettre volée éd. Bruxelles)




Lire aussi :


Werner Lambersy : DOSSIER
Werner Lambersy : Ecrire pour tuer le père. Portrait. (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Hommage à Calder » (Marilyse Leroux) Lire
Werner Lambersy : « La dent tombée de Montaigne » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy & Jean-Louis Millet : « De brins et de bribes » (Jacques Ibanès) Lire
Werner Lambersy : « Conversations à l’intérieur d’un mur » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Érosion du silence » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Petits Rituels sacrilèges » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : « Achill Island note book » (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy : Un hommage à Jacques Zabor (Michel Baglin) Lire
Werner Lambersy & Jean-Pol Stercq : « Tirages de têtes » (Michel Baglin) Lire



vendredi 24 avril 2009, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page

Werner Lambersy


Né à Anvers en 1941, il vit actuellement à Paris, où il a été chargé de la promotion et de la diffusion de la poésie francophone de Belgique jusqu’à sa retraite. Son œuvre importante, riche d’une quarantaine d’ouvrages et distinguée par de nombreux prix, lui vaut d’être considéré comme une voix majeure de la littérature francophone.
Pour découvrir son portrait et quelques notes de lectures, cliquer ici.

Jean Pol Stercq

Né en Belgique en 1943 Jean Pol Stercq a poursuivi des études à l’Ecole de Photographie de la Ville de Bruxelles de 1967 a 1969. Dans les années 1970, il est photographe du Journal Tintin et il signe la photographie d’ Hergé ayant servi de support à Andy Wharol pour la réalisation des portraits du créateur de Tintin.
Photographe régulièrement exposé, il s’est spécialisé dans le portrait, et réalise pour le compte du Musée d’Art Moderne de Bruxelles des reportages sur les plasticiens.
Il s’est installé à Paris en 1976 où il réside actuellement. En 1994, il fait don dune collection importante de documents photographiques au Musée de la Photographie à Charleroi.
Après avoir saisi sur le vif les instantanés d’une centaine d’écrivains belges d’expression française, il publie son livre « Tirages de Têtes », avec des textes poétiques de Werner Lambersy et une introduction de Jean-Jacques Brochier. Depuis, il n’a cessé de montrer ses travaux en France comme en Belgique (Bruxelles, Liège, Paris, Le Havre, Neuilly, Tarbes, Le Mans, Quimper, Avignon, Châteauroux…).
Pour voir son site,cliquer ici.

-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0