Retour à l’accueil > Auteurs > SAINT-JULIA, Monique > « Un jour de plus à aimer »

Monique Saint-Julia

« Un jour de plus à aimer »

Encore une fois, avec sa poésie, Monique Saint-Julia met nos sens en éveil



JPEG - 38 ko
(L’Aire éditeur.78 pages.14 euros)

Il y a toujours beaucoup d’oiseaux dans la poésie de Monique Saint-Julia où même « les fenêtres battent des ailes » ! Mais aussi des renards, des chats, « les chèvres dans la clairière (qui) dévorent le silence des feuilles », un « lumineux bavardage de reinettes », « l’appel bègue des brebis »… presque tous les chants du monde !
Une belle musicalité - telle celle de « la blonde marée des blés murs » - accompagne les notations colorées, qui sont aussi celles d’un peintre animalier. La plume est précise, les noms exacts, les marrons tombent au bon moment, quand le ciel s’ébouriffe d’hirondelles. Bref, c’est bien la nature qui nous est livrée dans ces « mélopées à attendrir le cœur ».
Ici, les promeneurs sont « aveuglés de soleil, inondés d’émois ». Entre « simagrées de pluies » et clartés voyageuses, « on écoute avril trotter comme un cheval tranquille ». Le poème est bref, il pose quelques objets, de menus gestes, des émotions discrètes sur la toile : des ruisseaux frétillants, un train de passage, « un bois pourléché de soleil » ou encore ce « chou-fleur blanc comme un sein ».
Tous sens en éveil, « on tâte, on flaire, on touche du regard la terre aimée comme un fruit défendu ». Le temps bien sûr se profile derrière les « allers et venues de saisons » et confère à toutes ces notations leur tonalité automnale. On l’entend dans le titre. Mais on y entend surtout l’ambition du recueil, qui est, oui, de réveiller nos sens en nous faisant partager de simples et belles célébrations.

Michel Baglin



Lire aussi :

Monique Saint-Julia : DOSSIER
Monique Saint-Julia : Une tendresse endolorie. Portrait. (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Un jour de plus à aimer » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Je vous écris » (Michel Baglin) Lire & (Georges Cathalo) Lire
Monique Saint-Julia : « Regards croisés » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « On n’invente pas la neige » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Au Fil des nuages » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : Quelques poèmes et quelques tableaux Lire

« Au fil des nuages »



vendredi 25 septembre 2015, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Monique Saint-Julia

Monique Saint-Julia est née en 1938 à Perpignan. Elle a commencé à écrire et à peindre très tôt, puis a pris des cours d’Art dramatique et de piano au Conservatoire de Musique à Paris.
Elle a publié pour la première fois en 1958, à Rodez dans « Entretiens sur les Lettres et les Arts » que dirigeaient Jean Subervie et Jean Digot.
En tant que peintre, elle a exposé à Toulouse (Galerie le Biblion), Nantes, Paris (Galerie Antoinette) et Galerie Colette Dubois, en Angleterre à Bath et au London Art à Londres. Elle vit aujourd’hui à Revel en Haute-Garonne.



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0