Retour à l’accueil > Auteurs > SAINT-JULIA, Monique > Une tendresse endolorie

Monique Saint-Julia, portrait

Une tendresse endolorie

Elle publie "Claire-Voie"

A la fois poétesse et peintre, Monique Saint-Julia tente à travers son œuvre de retrouver l’enfance et son regard émerveillé. Avec, souvent, cette « tendresse endolorie » que souligne Gaston Puel. Celui-ci parle à son propos d’une « poétique de l’élémentaire, une écoute fervente des choses, des animaux, de la lumière d’un instant, cérémonial pour les accordailles, parole et cœur ».

« J’écris pour retrouver une voix, une musique, le parfum de moût fermenté, sentir sous la main le sifflement de la rampe cirée, retrouver des près fleuris de jonquilles », écrit Monique Saint-Julia. Gérard Bocholier, qui préface son dernier recueil, « Claire-voie », paru aux éditions N&B, le souligne avec justesse : elle écrit « pour retrouver ». L’enfance, bien sûr, évoquée dans de nombreux poèmes, et « la cérémonie des souvenirs », mais aussi un regard émerveillé, une appréhension lumineuse de la nature qu’elle approche dans une langue aussi précise que sensuelle et, avec « les visages aimés », un bout d’éternité.

« Jours d’eau lasse »

A propos de son précédent recueil, « Un train de paysage », Gaston Puel parlait lui d’une « poétique de l’élémentaire, une écoute fervente des choses, des animaux, de la lumière d’un instant, cérémonial pour les accordailles, parole et cœur ».
Mais il notait aussi, avec justesse, cette « tendresse endolorie » qui est comme la marque de Monique Saint-Julia. « La terre est dans ma chair », écrit-elle, mais son adhésion frémissante au monde n’est pas totalement sereine. Et la voix qui chante connaît la gravité des « jours d’eau lasse ». Quelque chose est perdu et l’on devine dans maints poèmes « les portes entrebâillées des deuils ». C’est bien sûr ce qui donne à sa façon d’aimer sa profondeur.
« Plus les jours passent menant la fin des choses et des noms, plus le passé résonne. Détachés des muettes saisons, nous cheminons vers une lumière d’éternité. » Toute la poésie de Monique Saint-Julia est de cette eau, cette belle eau claire.

Michel Baglin



LIRE AUSSI :

Monique Saint-Julia : DOSSIER
Monique Saint-Julia : Une tendresse endolorie. Portrait. (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Un toucher de neige » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Un jour de plus à aimer » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Je vous écris » (Michel Baglin) Lire & (Georges Cathalo) Lire
Monique Saint-Julia : « Regards croisés » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « On n’invente pas la neige » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : « Au Fil des nuages » (Michel Baglin) Lire
Monique Saint-Julia : Quelques poèmes et quelques tableaux Lire



samedi 11 avril 2009, par Michel Baglin

Remonter en haut de la page



Monique Saint-Julia

Monique Saint-Julia est née en 1938 à Perpignan. Elle a commencé à écrire et à peindre très tôt, puis a pris des cours d’Art dramatique et de piano au Conservatoire de Musique à Paris.
Elle a publié pour la première fois en 1958, à Rodez dans « Entretiens sur les Lettres et les Arts » que dirigeaient Jean Subervie et Jean Digot.
En tant que peintre, elle a exposé à Toulouse (Galerie le Biblion), Nantes, Paris (Galerie Antoinette) et Galerie Colette Dubois, en Angleterre à Bath et au London Art à Londres. Elle vit aujourd’hui à Revel en Haute-Garonne.

Ses publications :

De mains pigeonnières et d’herbes libres, Guy Chambelland, 1973
La grippeminaude, Guy Chambelland, 1977
In « Le Coffret à Poèmes » éd. Saint-Germain-des-Prés, 1984
Belles Saisons, Guy Chambelland, 1988
Entre Jour, Le Tocsin des Mots, 2002
Un train de paysages, L’Arrière-pays, 2005
Claire-Voie, éditions N&B, 2008
Au Fil des nuages, L’Arrière-pays éd. 2009
Regards croisés » ed de l’Atlantique. 2012
On n’invente pas la neige, Friches 2011. Prix Troubadours 2012
Je vous écrit, L’ Aire éd. 2013
Un jour de plus à aimer, L’ Aire éd. 2015
Un toucher de neige, L’ Aire éd. 2017


JPEG - 24.6 ko
Monique Saint-Julia avec son ami de longue date, Gaston Puel



-2017 Revue Texture Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0